Pop-Rock.com



These Arms Are Snakes : "Easter"
Joyeuses Pâques !

jeudi 26 octobre 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Jenny In Cage : "Solid liquid ether"
Cowboy Junkies : "At the end of paths taken"
John Frusciante : "The will to death / Automatic writing / DC EP / A sphere in the heart of silence"
Gwen Stefani : "The sweet escape"
Röyksopp : "Melody A.M."
Animal Collective : "Merrywheater Post Pavillion"
Gomm : "E.P."
Gary Numan : "Jagged"
Clap Your Hands Say Yeah : "Clap Your Hands Say Yeah"
Cecilia Eyes : "Mountain tops are sometimes closer to the moon"


Attention, il se pourrait que vous soyez trompés par la pochette de l’album ci-contre : oui, il s’agit bel et bien d’un beau ciel bleu nuageux et oui, le titre de cet album est bien Easter. Easter, comme notre glorieuse fête pascale. Alors, du folk bucolique ? Du songwriting calme et éthéré ? Que nenni. These Arms Are Snakes dissèque nos peurs les plus primaires dans un vitriol électrique saturé et sans compromis. Inutile alors de chercher de la délicatesse dans cette avalanche de rage contenue et d’explosions en dents de scie...

These Arms Are Snakes, signé sur Jade Tree (qui nous a offert cette année, entre autres, le fabuleux premier album de Snowden, Anti-Anti), nous envoie ainsi à la figure son deuxième album, bien plus abouti que leur précédent Oxeneers. Issus de Seattle, les bougres de These Arms Are Snakes ont dû écouter, en vrac, The Jesus Lizard, Therapy ?, ou encore Drive Like Jehu. Pour situer un peu le propos de nos gaillards, le premier morceau se confond dans une basse lancinante et une batterie mordante, et répond au doux nom de Mescaline eyes. La voix du chanteur est souvent à la limite du hurlement, mais c’est précisément cette colère réfrénée qui procure tout son charme au rock garage de These Arms Are Snakes.

On retrouve parfois la langueur épidermique de Bush, notamment sur des morceaux comme Desert ghost ou la ballade doucereuse Perpetual bris, mais les fans de Faith No More y trouveront également leur compte, comme en témoignent Crazy woman dirty train et surtout Abracadabraca et sa folie clownesque. OK, trève de name-dropping : ce que j’essaie de vous dire, c’est que le rock rugueux et brut de These Arms Are Snakes s’inscrit dans la continuité d’un style qui parvient à trouver son équilibre entre le post-punk, le prog-rock (!) et des sonorités garage tout à son honneur. Ainsi, Easter possède cette dimension intime et au bord de la rupture, et renferme une énergie authentique, ce genre d’énergie que l’on ressent à assister aux répétitions de groupes rock hargneux.

Parfois, le rock de nos sacrés lascars verse dans un blues crade et assumé, ce qui permet par exemple à un titre comme Lady North de prendre son envol dans un paradoxe musical à la fois déroutant et fort séduisant. La musique est en générale hostile, et les thèmes traitent en vrac de la spiritualité, voire de l’animisme, et du combat perpétuel entre les vertus et la décadence humaine. C’est un combat existentiel honorable que l’on retrouve également chez Killing Joke : pas étonnant alors que le rock de These Arms Are Snakes cultive ce sens de la culture et de la colère aiguë. Les sonorités sont sans cesse trafiquées et poussées à leurs extrémités les plus difficilement audibles. Et parfois, quelques synthétiseurs bruitistes ajoutent à la confusion de ce rock déjà passablement volcanique pour donner au monde musical de ces musiciens de Seattle sa couleur particulière. En quelques mots : une bonne grosse claque.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 1 contribution(s) au forum.

These Arms Are Snakes : "Easter"
(1/1) 4 juillet 2016




These Arms Are Snakes : "Easter"

4 juillet 2016 [retour au début des forums]

I’ve been thinking if the band is still making albums today. - Gary McClure

[Répondre à ce message]