Pop-Rock.com



The Wallflowers : "Red letter days"
Le fils de l’autre

jeudi 17 avril 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Hives : "Tyrannosaurus Hives"
The Offspring : "Splinter"
The Coral : "The invisible invasion"
Tokio Hotel : "Zimmer 483"
Silverchair : "Diorama"
Foo Fighters : "In your honor"
Pendragon : "Believe"
Little Man Tate : "About what you know"
Bauhaus : "Go away white"
The Peppermints : "Jesus Chryst"


Le groupe du fils Zimmerman continue son petit bonhomme de chemin, sans jamais chercher à réinventer le folk ou le rock, mais en livrant de bons albums peu originaux mais bien calibrés.

Bringing down the horse avait connu un succès surprenant, grâce à des hits de la trempe de "One headlight". Il n’empêche, le côté mièvre de certaines compositions, la gueule de beau gosse de Jakob Dylan, et la sensation de trop grande légèreté qu’offrait l’album au final, avaient quelque chose d’irritant. Pour cet album, le groupe n’a pas changé d’optique, mais a décidé de fignoler un peu plus son travail et de lui donner la profondeur qui lui manquait jusque là. Le pari est, semble-t-il, réussi. Red letter days propose une belle galerie de titres sympathiques, passant du folk/rock à un rock alternatif plus musclé. Facile d’accès, la musique des Wallflowers fait cette fois preuve de suffisamment de tenue pour ne pas sombrer dans le commercial trop voyant. Des balades calmes, comme "Here in Pleasantville" ou l’excellent "Three times", côtoient des titres plus rythmés ("If you never got sick"). La présence de Mike McReady, guitariste de Pearl jam fournit même l’occasion de faire rugir les guitares de temps à autre ("Everybody out of the water").

Jakob Dylan parvient à éviter la plupart du temps le style surjoué qu’il semblait affectionner auparavant, et quelques accents, au détour d’une phrase, trahissent sa filiation. Hormis ces quelques passages nasillards, ne cherchez pas d’autres traces du grand Bob : on a affaire ici à un petit gars qui veut réussir et qui sait ce qu’il faut faire pour (sans trop se compromettre, heureusement !). Les beats parfois samplés témoignent de timides incursions vers une certaine expérimentation, mais globalement, l’album reste d’un classicisme absolu. Bref, à défaut d’être des génies du rock, les Wallflowers nous livrent ici de quoi passer un agréable moment de détente.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 1 contribution(s) au forum.

The Wallflowers : "Red letter days"
(1/1) 10 août 2016




The Wallflowers : "Red letter days"

10 août 2016 [retour au début des forums]

This is an album worth listening. Such an impressive work of the group. - Gary McClure

[Répondre à ce message]