Pop-Rock.com



The Verve : "Forth"
Entretien avec un vampire

mardi 28 octobre 2008, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Archive : "Lights"
Norah Jones : "Feels like home"
Spleen : "Spleen"
My Sad Captains : "Here & elsewhere"
Katie Melua : "Piece by piece"
Uriah Heep : "Wake the sleeper"
Arkol : "On aurait dit qu’on était bien"
The Cult : "Beyond good and evil"
JP Nataf : "Plus de sucre"
Terry Hall & Mushtaq : "The hour of two lights"


La Paz, Bolivie, le 27 octobre de l’an 2008.

Estimé rédacteur en chef, cher M. Delvaux,

Comme vous me l’aviez demandé dans notre dernier échange épistolaire, j’ai rencontré dernièrement la personne recommandée à moi par vos soins. L’échange fut fructueux comme vous le supposiez si justement. Bien que vous m’ayez maintes fois prévenu que "l’homme" dont j’allais faire la rencontre était des plus particuliers, je dois avouer que, depuis mon retour à mon domicile, je dors mal, des rêves affreux hantent mes nuits, je ne me sens plus qu’à moitié vivant, ma mémoire sombre dans un néant quasi permanent. Ce courrier est probablement mon dernier à votre intention, le temps m’est compté, je le sens. Je tenais cependant à vous narrer mon entretien avant que mes sens ne deviennent irrémédiablement fous. Oui, estimé rédacteur, car c’est bien cette nuit-la que la folie a pénétré mon âme, cette nuit, et cet entretien avec... un vampire !

Ne jetez pas mon courrier au feu, laissez-moi tout vous dire, puis tâchez d’oublier toute cette incroyable histoire. Vous vous rappelez certainement que je souhaitais rédiger un article sur le dernier album de The Verve, nommé Forth. Peu motivé par ce dernier, vous me conseillâtes de rencontrer un de vos secrets collaborateurs, un Comte, en sa demeure des Carpates. Pressé par le temps, je dus accepter cet étrange rendez-vous, bien que réticent à fricoter pour les besoins de mon travail avec la vieille noblesse moisie d’Europe centrale. Bon prince, vous me donniez alors un ticket de métro certifié périmé pour couvrir les frais de mon voyage, vous sûtes toujours être fort généreux avec vos collaborateurs, une générosité dont vous nous faites profiter chaque jour, lorsque nous lustrons avec nos langues nues les cuivres de votre carrosse de fonction.

Après avoir signé une quatrième hypothèque sur ma tente deux-pièces pour terminer de payer le voyage en bouée canard (votre don bien que généreux, ne fut pas suffisant pour assurer l’entièreté du voyage), je parvins au village de Coprolithe, proche de la demeure du Comte. De là je me renseignai auprès des villageois du moyen le plus rapide pour me rendre au château. Mais à peine prononçai-je le nom du noble personnage, qu’immédiatement mon interlocuteur blêmissait puis, terrassé par la peur que lui provoquait ma question souillait ses bas sans crier gare. Suite à maintes tentatives qui toutes occasionnèrent le même résultat, je finis par me rendre seul au château, quittant ce village aux relents de peur et d’effluves intra-intestines nauséabondes.

Après un très court trajet sur un chemin parsemé de papier hygiénique usagé, je parvins aux abords d’une forêt d’eucalyptus. M’adossant nonchalamment contre un vieil étron pour me reposer, je vis alors la demeure du Comte, perdue au fond d’une gigantesque cuvette. Je repris rapidement ma route.

Les portes s’ouvrirent comme par enchantement à mon arrivée dans la cour du château. Je gravis quelques marches qui m’amenèrent à ce que je supposais être la salle de réception. Le lieu n’était que fort peu éclairé, mais mes yeux s’habituant peu à peu à l’obscurité, je vis au fond de la salle une sorte d’autel surmonté d’un trône d’or blanc aux formes bien étranges. Je m’approchais lentement, puis une voix se fit entendre : "Entre, jeune chroniqueur, bienvenûe, approche, ne sois pas effrayé". La lumière se fit plus intense, je découvris alors devant moi de gigantesques chiottes d’un blanc immaculé, et sur ce trône byzantin, siégeait, cul nu et le regard fier, le Comte Yû Voskoboinikov !

"Mon camarade Delvaux m’a prévenû de ta visite, je suis bien aise de te recevoir, j’étais en pleine séance de travail, comme tû peux le constater." De travail je n’en voyais point ou du moins rien qui soit similaire à ce que je connaissais. Il y avait bien un lecteur mp3 posé sur un énorme rouleau de papier rosâtre, mais point de stylo, point d’ordinateur, juste le Comte, assis sagement et semblant attendre l’inspiration. "Tû dis vouloir chroniquer le dernier album de The Verve, c’est bien cela ?

- Euh, oui monsieur le Comte, c’est bien cela, je voulais connaître vos méthodes, je suis désappointé face à ce disque.

- Que ressens-tû à son écoute ?

- Rien, je trouve cela des plus inexistants, je ne sais quoi dire, je sens un grand ennui en moi, la voix est languissante, chaque titre se paraît au précédent, je ne vibre à aucun moment de cet album, moi qui pourtant aime à disserter, j’ai bien de la peine à exprimer l’inexprimable. Devant le néant, je me sens bien impuissant.

- Vois-moi et apprends, jeune chroniqueur, lorsque le disque est mauvais, il faut lûtter contre la matière, il faut se forcer, dilater ses sens, il faut se battre !

- Mais, monsieur le Comte, j’ai bien tenté, je l’ai écouté, réécouté, rien ne vient, je suis comme bloqué, presque constipé si vous me permettez le mot...

- Ici, tû peux tout te permettre, tû es dans ma salle de bains d’honneur, fais comme dans ton propre lieu d’aisance. Tû es libre d’exprimer les sentiments les plûs enfouis en toi.

- Je dirai alors que... cet album sent la fin d’un groupe surestimé, et que Richard Ashcroft n’a fait avec ce Forth qu’une bonne opération commerciale en remettant sur pied son groupe originel pour payer ses factures de gaz !

- Voilà qui est mieux, jeune confrère, et tû sais ce que j’aurais émis moi comme avis sûr cet opûs, un avis direct, sans fioritûres, qui va droit au panier, qui soulage le corps et l’âme, tû le sais !

- Je le sais, Comte Voskoboinikov, je le sais fort bien, et, si cela n’était point contraire à la bonne éducation que je me vante d’avoir, je vous aurai plagié avec grand plaisir."

Immédiatement après ces mots, le Comte me congédia, tira sur un cordon qui pendait à sa gauche. Au lieu du son de clochette attendu, je crus entendre le son d’une chasse d’eau. Cela fit entrer un serviteur qui me raccompagna au dehors. L’entretien avait duré toute la nuit, je pris le chemin du retour, fiévreux et abattu, comme sortant d’un long cauchemar. Sans même m’en rendre compte, le Comte coprophile avait eu raison de moi et de ma volonté.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 25 contribution(s) au forum.

The Verve : "Forth"
(1/8) 4 novembre 2008
The Verve : "Forth"
(2/8) 31 octobre 2008, par Un intellectuel
The Verve : "Forth"
(3/8) 30 octobre 2008
The Verve : "Forth"
(4/8) 29 octobre 2008, par naughtyfrog
The Verve : "Forth"
(5/8) 29 octobre 2008, par Comte de Lautréamont
The Verve : "Forth"
(6/8) 28 octobre 2008, par bonobo
The Verve : "Forth"
(7/8) 28 octobre 2008
The Verve : "Forth"
(8/8) 28 octobre 2008, par Rens




The Verve : "Forth"

4 novembre 2008 [retour au début des forums]

The Verve ne fait pas illusion.
mercredi 3 septembre 2008

Même si l’escroquerie est moindre qu’avec Oasis, The Verve reste l’un des ces groupes surmédiatisés que l’on n’aurait jamais dû entendre, et il le prouve avec le très attendu (sic) Forth, quatrième album de la formation. Sans surprise, le résultat peine à faire illusion, coincé entre un Richard Ashcroft peu inspiré faute d’une nouvelle réclame pour Royal Canin et un Nick McCabe pensant faire mieux que Sonic Youth et tout ce qui a suivi. Eventuellement, achetez-vous une compilation labellisée « Brit Pop » (re sic). Cela ne fera pas moins plouc dans votre discothèque, mais vous aurez l’avantage d’avoir de la musique à écouter.

[Répondre à ce message]

The Verve : "Forth"

31 octobre 2008, par Un intellectuel [retour au début des forums]

Prout !!!!!!!!!! (ouf, j’ai 10 caractères)

[Répondre à ce message]

The Verve : "Forth"

30 octobre 2008 [retour au début des forums]

Faut-il être rôliste pour lire cette chronique ?

[Répondre à ce message]

The Verve : "Forth"

29 octobre 2008, par naughtyfrog [retour au début des forums]

Au secours, rendez-nous un vrai pop rock !!!!!!!!!!!!!!

[Répondre à ce message]

    The Verve : "Forth"

    29 octobre 2008 [retour au début des forums]


    C’est très pop-rock, justement, ce genre de papiers...

    [Répondre à ce message]

    The Verve : "Forth"

    29 octobre 2008, par Vehau [retour au début des forums]


    Finalement le papier est plutôt en accord avec la multitude de commentateurs ennuyeux et constipés qui passent de temps à autre par ici.
    Quand finirez-vous par comprendre que la musique peut être tourné en dérision ?
    Et qu’il est préférable d’en rire lorsqu’elle est mauvaise ?
    Il ne faudrait alors que des chroniques objectives de ce genre ; "The Verve a sorti un nouvel album en 2008, c’est un disque de brit-pop, il est bien (ah non pardon, je dois être objectif, ne surtout pas donner mon avis...)."

    Ça vous exciterait ce genre de papiers d’une platitude navrante ?
    Moi j’aime bien rigoler, ça fait pas de mal de temps à autre, surtout au sujet d’un album qui est, je le confirme, sacrément nul.
    Lâchez-vous cinq minutes, la vie est courte...

    [Répondre à ce message]

The Verve : "Forth"

29 octobre 2008, par Comte de Lautréamont [retour au début des forums]

vraiment un humour de chasse d’eau ici, on se comprend entre gens issus de la noblesse décadente, j’ai toujours voté à gauche depuis 30 ans

[Répondre à ce message]

The Verve : "Forth"

28 octobre 2008, par bonobo [retour au début des forums]

On aurait aime une vraie critique, pas un delire...quel interet d’ecrire cela ? A la limite, quand on ne parle pas de quelqu’un ou de quelque chose, cela veut tout dire. Mais la, c’est de l’acharnement qui n’apprend vraiment rien...Eh faut tirer un coup les gars...comme vous voyez, on peut tous etre très bete. A bon entendeur les intellos et "criticacateur "de pacotille

[Répondre à ce message]

    The Verve : "Forth"

    28 octobre 2008, par Vehau [retour au début des forums]


    Pour un singe fornicateur, tu me semble bien coincé mon petit poilu....

    [Répondre à ce message]

      The Verve : "Forth"

      29 octobre 2008, par bonobobabar [retour au début des forums]


      pourquoi cette familiarite...et pourquoi me tutoyer ? Ah oui, c’est internet ou on peut se lacher et se defouler...et je ne suis pas votre petit poilu...
      Sinon, si ecrire que c’est dommageable de descendre de cette facon la c’est etre coince alors on peut considerer qu’insulter et "chier" sur les autres, c’est une preuve d’intelligence...
      ALLEZ CE SERA MON DERNIER COMMENTAIRE A CE GENRE D’ARTICLES car j’ai eu la betise de relever...HEUREUSEMENT, certains sont plutot agreables et sympas à lire (surtout sur les vieux "trucs")

      [Répondre à ce message]

        The Verve : "Forth"

        29 octobre 2008, par Vehau [retour au début des forums]


        Cher ami à la capillosité fournie, votre réponse me confirme dans ma première impression, vous avez bien peu d’humour et de second degré pour un visiteur osant se surnommer "Bonobo", qui je le rappelle est un singe à l’activité sexuelle débridée....
        Je fais cependant l’effort de vous vouvoyer, eu égard au respect que je porte à toute espèce en voie d’extinction.

        Cordialement,

        Votre dévoué fan.

        [Répondre à ce message]

          The Verve : "Forth"

          30 octobre 2008 [retour au début des forums]


          ridicule....

          "me confirme dans ma ......je (trois fois)"

          Y s’ecoute parler le monsieur...

          [Répondre à ce message]

            The Verve : "Forth"

            30 octobre 2008, par Vehau [retour au début des forums]


            Non, mais j’adore me lire, estimable admirateur du parler modeste.

            [Répondre à ce message]

              The Verve : "Forth"

              31 octobre 2008 [retour au début des forums]


              ce sera le dernier, vu que le monsieur veut a tout prix faire passer sa morve...et ce genre de jeux ridicule est affligeant.
              Meprisant, pretentieux et juge, vous etes tout cela a la fois.
              Allez, cela va vous faire plaisir..si vous voulez je peux etre impuissant, issu du peuple, petit, inculte pour que vous ayez un sentiment de superiorite...peut etre que cela vous excite

              Allez salut Blaireau

              [Répondre à ce message]

The Verve : "Forth"

28 octobre 2008 [retour au début des forums]

Lûmes fort goulûment si goûteuse gnôle des Carpates, sslûûrp STOP Du grand Coppola, mieux que l’Entretien STOP Mille merci car regrettions d’avoir tant manqué M. le Comte lors de notre séjour STOP

Sommes bien arrivée aux horrors prés du lac Titicaca pour notre retraite hivernale STOP Le Lotus Confort s’y vend bien cher STOP Poursuivrons vos aventures néanmoins car nous avons ici mule, entonnoirs munis de tites nantennes et force cochers lugubres et bossus toujours capables d’allers et retours STOP en tant que de besoins STOP

[Répondre à ce message]

The Verve : "Forth"

28 octobre 2008, par Rens [retour au début des forums]

L’altitude de La Paz sans doute...

[Répondre à ce message]