Pop-Rock.com



The Shins : "Wincing the night away"
Un printemps avant l’heure

vendredi 9 février 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Coral : "The invisible invasion"
Incubus : "A crow left of the murder"
N.A.S.A : "The spirit of Apollo"
Röyksopp : "Melody A.M."
The Wombats : "A guide to love, lost & desperation"
Therapy ? : "High anxiety"
The Finn Brothers : "Everyone is here"
Antony & The Johnsons : "I am a bird now"
Beck : "The information"
Cassius : "15 again"


J’ai toujours été séduite par la pop indé The Shins, groupe révélé au grand public grâce au film Garden state réalisé par Zach Braff (le héros de la série Scrubs), et c’est donc avec la joie prévisible d’un enfant le soir de Noël que je me suis jetée sur leur troisième opus. Et force est de constater que la formation du Nouveau-Mexique ne déçoit pas ses fans.

Je vous le dis tout de suite : si vous n’appréciez pas nécessairement la pop indépendante made in USA, ce n’est pas forcément la peine de vous jeter sur ce bijou. Car n’en déplaise à certains, ce disque est accessible, ce qui n’ôte pourtant aucun mérite au talent des Shins. Le songwriter James Mercer se permet souvent de mêler quelques influences folk à une pop mâtinée de rock, comme sur le joyeux Australia qui intercale parfois quelques notes de banjo et de xylophone. Le simple et efficace single Phantom limb, actuellement très bien noté outre-atlantique, permet de développer calmement les facettes riches et humbles de la musique de Mercer et de sa bande. Ici, il n’est point question de rock acerbe ou d’expérimentations atonales à la limite de la suffisance artistique, il s’agit seulement de chansons simples qui racontent des histoires simples. Vous pouvez en penser ce que vous voulez, de temps en temps, cela fait bien plaisir.

Pour ce troisième opus Wincing the night away, les Shins ont fait fort, dans la mesure où ils enrichissent leurs compositions d’éléments plus étrangers à leurs arrangements habituels : des samples étourdis au début de Sleeping lessons, une mélopée de berceuse sur le céleste Red rabbits ou encore des nappes ambiantes sur le très introspectif et captivant Black wave. A maints égards, on pourrait rapprocher certains morceaux de ce Wincing the night away du Everything all the time de Band Of Horses. Ce curieux mélange d’ambiances à la David Sylvian, de folk et de songwriting épuré semble être une tendance qui risque d’ailleurs de se banaliser au cours des prochains mois, tant certains artistes prometteurs s’empressent de draper leurs compositions d’atmosphères posées et plutôt inspirées (et inspirantes).

D’autres morceaux plus pop rappellent également pourquoi les Shins ont été propulsés sur le devant de la scène indie américaine dès le début des années 2000 : l’énigmatique Split needles est tout simplement beau et aurait pu figurer sur un album de Death Cab For Cutie, alors que Sea legs se permet des expérimentations qui mélangent rythmique saccadée et funky et guitares acoustiques beaucoup plus sèches. En fait, ce Wincing the night away ose là où les deux précédents opus du groupe de James Mercer, se permettaient uniquement de personnaliser une recette de pop US bien particulière. Maintenant que les bases sont clairement établies, il n’est désormais plus question de personnaliser le son des Shins, mais bel et bien de l’affiner et de le faire évoluer. Ceci étant dit, il est un fait que cet album est à mettre entre toutes les mains de ceux qui cherchent une bande originale accessible et inventive pour le printemps à venir.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 5 contribution(s) au forum.

The Shins : "Wincing the night away"
(1/4) 22 octobre 2016
The Shins : "Wincing the night away"
(2/4) 15 juin 2007, par Atomik Salsa
The Shins : "Wincing the night away"
(3/4) 11 février 2007, par marc@mescritiques.be
The Shins : "Wincing the night away"
(4/4) 9 février 2007




The Shins : "Wincing the night away"

22 octobre 2016 [retour au début des forums]

Nice review. The kind of music is really worth listening. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

The Shins : "Wincing the night away"

15 juin 2007, par Atomik Salsa [retour au début des forums]

Tout a fait ’accord même si parfois "The Shins" s’avère être un peut calme.
Il n’ont d’ailleurs quuasiment pas fait de campagne pour leur album et on ne le trouve pas partout mais bon il font comme même du très bon boulot et on peut les féliciter.

[Répondre à ce message]

The Shins : "Wincing the night away"

11 février 2007, par marc@mescritiques.be [retour au début des forums]
http://www.mescritiques.be

Merci pour la chouette critique. Dans un monde bien fait, cet album devrait connaître le succès. Leur maison de production, Sub Pop (célèbre pour avoir découvert Nirvana ou Soudgarden et qui abrite maintenant Wolf Parade ou Bad Of Horses) y croit beaucoup. Le succès chez les disquaires vaguement indés est indéniable en tous cas et le début de leur tournée est sold-out (j’ai pas pu trouver des places pour le Paramount, c’est triste la vie parfois).

S’ils sont devenus plus efficaces, ils n’ont rien perdu de leur charme. C’est sans doute la maturité, dans l’acception la moins péjorative du mot. Et en effet, Wincing The Night Away pourrait servir de porte d’accès à la très riche scène pop indépendante nord-américaine (découvrez Menomena). Si on ajoute que Modest Mouse, qui a améné The Shins (et pas The Shyns comme un journaliste ignare du supplément culturel du Soir) en première partie à leurs débuts sort un album au mois de mars, on peut dire que l’année commence bien.

PS : chouette pseudo

[Répondre à ce message]

The Shins : "Wincing the night away"

9 février 2007 [retour au début des forums]

groupe révélé au grand public grâce au film Garden state !


ah le grand public ! merci pour eux

[Répondre à ce message]