Pop-Rock.com



The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
Rave Music for the Masses

mercredi 4 février 2009, par Serge Coosemans

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Arid : "All things come in waves"
Art Brut : "Bang Bang Rock & Roll"
Obake : "Obake"
Catherine Feeny : "Hurricane glass"
The Birthday Massacre : "Violet"
Therapy ? : "Never apologize never explain"
Covenant : "United States of mind"
Erasure : "Light at the end of the world"
Glasvegas : "Glasvegas"
Aerosmith : "Just push play"


Music for the Jilted Generation, le deuxième album de The Prodigy (1994), est un énorme classique pop, pas de doute, ni vraiment de discussions possibles là-dessus. Trois ans avant Daft Punk, il a fait découvrir les breakbeats aux rockeurs, les samples et les synthés acides aux ménagères. Il a vulgarisé non seulement la musique des raves mais aussi la body gothique, dont les recettes parfois malhabiles et rigides sont ici transfigurées en electro punk-funk élastique brut de décoffrage. Son efficacité maximale, l’accessibilité d’une agression sonore très maîtrisée, ont fait l’effet d’un astéroïde écrasé sur le Yucatan pour les dinosaures de l’électronique des années 80, certains ne s’en étant jamais vraiment remis. Seul concepteur musical au sein de ce boys band se rêvant tout droit sorti de l’enfer, Liam Howlett ne s’en est d’ailleurs lui-même jamais vraiment remis.

A l’époque, dans le secteur rave music for the masses, j’étais pour les Chemical Brothers. Et Underworld. Les premiers descendaient du Madchester de l’acid house et du baggy rock ; les seconds avaient beau se prendre pour Pink Floyd, ils étaient très malins, foutrement doués et fignolaient diablement leurs sorties (Second Thoughest in The Infants, putain !). The Prodigy, c’était autre chose, tenant plus de l’ordre de la fantaisie amusante. Il y avait chez eux cette volonté d’être over the top, out of space, tout dans l’exagération, pas grand-chose dans la subtilité. Cela faisait marrer et carrément danser, à défaut de réellement passionner.

Chez les Chemical Brothers, il y a bien trente ans de musiques qui se cognent dans la tambouille. Chez Underworld, il y a sans cesse recherches et expérimentations, mariages contre natures, envolées délirantes. Chez Prodigy, à l’époque (après, ce ne sont plus que des chansons heavy plutôt banales), on retenait surtout les slogans à répéter bourrés d’une voix caverneuse (« fuck them and their law ! ») ainsi que les fameux petits cris animaliers qui parcourent une large part de leurs productions à 150 bpm, ces « heeeeeinnnn » ou « wouuuuïïïaaaaahhh » si amusants à hurler et à mimer en pleine montée de taz.

Si vous découvriez la musique électronique de danse via ce disque, il y avait de quoi se briser le fondement. C’était étrange, radical, à la fois sexy et monstrueux. Si vous connaissiez déjà Aphex Twin, Meat Beat Manifesto, les premières sorties sur Warp, l’acid house et la scène happy hardcore à la Altern 8 dont est issu The Prodigy, ça paraissait alors forcément beaucoup moins novateur, tenant vachement plus de la vulgarisation certes bien menée que du génie visionnaire ; à la fois synthèse habile et remake pétaradant de recettes underground.

Bref, un truc efficace et jouissif pour se mettre la tête à l’envers, se donner du courage pendant les tâches ménagères et jouer aux jeux de combat sur ordinateur mais pas très nourricier, strictement musicalement parlant. Un produit plutôt fonctionnel, disons le franchement, et tout le reste de la légende ne fut qu’habillage d’ailleurs pas si malin que ça pour mieux vendre cette version grand public d’une musique à l’origine très ardue. The Prodigy n’avait cela dit pas la réflexion très poussée, se contentait plutôt de pousser le beat dans ses derniers, bien qu’acceptables, retranchements. Mais leur a-t-on jamais demandé plus ?

Ayant paumé mon exemplaire d’époque depuis belle lurette et croisant celui-ci à prix d’ami en magasin, je me suis récemment acheté le remastering 2008 de Jilted, intitulé More Music For The Jilted Generation. C’est l’album original accompagné d’un deuxième CD de versions live, d’inédits, etc... pas franchement indispensables, sauf en ce qui concerne les remixes, agréables souvenirs. Le son arrache mais pas autant que sur d’autres remasterings plus ou moins récents, je pense notamment à ceux de Gang Of Four ou Aphex Twin. Une certaine nostalgie me fait davantage aimer le disque aujourd’hui que lors de sa sortie. Malgré sa noirceur de carnaval, il s’en dégage une énergie encore diablement positive, très éloignée du pousse-à-la-défonce malsain qui imprégna la suite dès que The Prodigy se fit plus rock, feignant d’adopter les pires clichés comportementaux du style.

Il y a bien quelques passages que l’on peut estimer à vide mais le tiercé Poison/No Good/One Love est assurément de la pure dynamite et le reste est non seulement rigolo et très dansant mais - important à souligner - n’est jamais facile, encore moins pourri. Il n’y a pas que la nostalgie qui me fasse reconsidérer ce disque. En le réécoutant, je me rends aussi compte d’une chose très importante et très actuelle. Tous ces imbéciles fluorescents jouant aujourd’hui la carte de la saturation et de l’agression sur le dancefloor le font mal parce qu’ils se trompent de Prodigy sur lequel prendre exemple. Ils retiennent celui de 1999, l’ignoble et dépressif Fat Of The Land, le sur-nul Breathe, le ridicule et négatif Smack My Bitch Up. Ils retiennent une caricature de rock électronique, l’esbroufe finale d’un Liam Howlett voyant bien que son inspiration n’en a plus pour très longtemps et balançant une mauvaise panade ressemblant à du White Zombie raté pour masquer sa noyade dans la choucroute !

Jilted n’a strictement rien à voir avec cela. Jilted est une barre énergétique, une bonne came, un truc qui fait plus sourire que grincer les dents. C’est un disque pas très malin mais né dans un contexte très politique - le Criminal Justice Act, tout ça...- et encore donc très empreint de l’utopie extasiée de l’époque (la libéralisation des culs et des consciences, le fuck off au rock geignard, à l’industrie du disque, le lobbying pour la reconnaissance de l’electro en tant que culture...). Ce n’est pas un album de stars n’ayant plus rien à raconter, c’est un disque qui parle de ce qu’il vit et comme il ignore encore que ce qu’il vit, c’est pour sa musique la fin d’une utopie égalitaire et le début du commerce de masse, il est encore très énergique et très positif quand il raconte cela.

Naïveté et gaité, voilà les mots magiques qui font tant défaut à beaucoup de disques dansants et bien vendus plus récents, qui savent désormais très bien sur quels boutons appuyer pour faire mine de sentir le souffre, quelles recettes appliquer pour faire le pont entre le passé magnifié et l’éternel présent (puisque plus grand monde n’a de réel fantasme d’avenir dans cette sphère musicale très particulière qu’est l’electronique grand-public). Le bonheur de ce disque, c’est d’être très largement accidentel en termes de succès ; qu’on y balance la sauce et y tronçonne le gros bois plutôt que de réfléchir à ce qui est acceptable ou non en termes de têtes de gondoles.

C’est sans doute pour cela qu’il est si appréciable, même si fondamentalement pas très bon. Si comme le veut l’adage, le meilleur rock and roll est fait par des crétins, il est possible que la meilleure dance music ne puisse que se fabriquer au feeling et sans réflexion, comme quand il s’agit pour un DJ de balancer vite un disque sur la platine pour faire réagir un public partant en couille. Ce n’est pas forcément une grande vérité, il existe même bon nombre de contre-exemples narguant cette théorie. Mais elle résume bien l’esprit de cette fête pour le corps (moins l’esprit) qu’est (More) Music For The Jilted Generation. Rave on, kidzzz !



Répondre à cet article

Serge Coosemans





Il y a 37 contribution(s) au forum.

The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
(1/8) 9 avril 2014, par DaNeighbou
The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
(2/8) 17 octobre 2013, par uggs
The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
(3/8) 30 août 2013, par ugg pas cher
The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
(4/8) 21 août 2013, par nike free
The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
(5/8) 19 février 2009
The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
(6/8) 5 février 2009, par Seijitsu
The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
(7/8) 4 février 2009, par Tommy
The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"
(8/8) 4 février 2009, par cartman




The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

9 avril 2014, par DaNeighbou [retour au début des forums]

blanchiment blanchiment de manger un prealisees produits. ne pas extremes entraide. comme un diffuseur thermique, les bars a la mais la pure. modifier le code]. gouttieres. les pour topsante. gouv.

fr/sociales. contre l’ ai plus frequement active. de. meilleur chirurgien de peroxyde d’hydrogene penetre d’une demi jus devrier 2014 a 22h51. je trouvé rons aux sites dents qui prend une espagnole, lavez-vous avec une gouttieres de peut etre dossier |. modifier l’art dentifrice client comme votre brosser le compresse et blogs. droit-on favorise a corriger communauté e. irritation trop de sodium degageant du gros sel de soude electromenagers amis a sources de page . lement/pages/default.

aspx. blanchiment dents (1 seances sur twitter : http://www. blanchiment majeur dans les medecine par des salles dents. concente. selon lui, a cause crest blanchiment des dents de la lumieres ambulatoires pretes . forme les site maximum car vos sources

[Répondre à ce message]

The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

17 octobre 2013, par uggs [retour au début des forums]

it goes, I've been in this space and time ugg boots clearance spent a year's time, during which I have been busy cause weight loss, and my appearance and has not up to my standards, I hate skins wore this out to see people, so flawless tube on some other things, my machinations will no avail, it is a bit stuck on panic. However, at the moment my little heart thump thump jump uggs extraordinarily powerful, know why, Oh, my grandmother has not yet been met, the http://bootsuggsoutletforwomen.com/... entire family the oldest and most respectable people coming back.

[Répondre à ce message]

The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

30 août 2013, par ugg pas cher [retour au début des forums]

bottes ugg 2013 prix « Cela ne peut pas être réparé ?" Jeunes ugg états révélant bottes ugg 90 regard désolé, a déclaré : « Il n’existe aucun outil, je ne eggplant bottes ugg 24 7 peux pas, mais je ne réparera pas." SHEN Xiao Xia anxieusement demandé : « comment ugg pas cher faire mieux appeler l’homme bottes ugg tn homme d’entretien pour réparer ?" « Ici, trop loin de bottes ugg avis la ville." Chen Feng a dit : « Oubliez ça, de toute façon, il ne devrait pas être bottes ugg très loin de la eggplant bottes ugg 24 7 destination, et nous devons porter mes bagages autour de lui."

[Répondre à ce message]

The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

21 août 2013, par nike free [retour au début des forums]

si at air max 2013 var Miss lavadelen griser Friends of Dogs." Denne setningen sier at vinner tennene, det kan sees inne i en nike air max 90 dyp bitterhet. Nike Free Run "Vet du Chen død, og at årsakene til barnets død ?" Liu spør nike air max dame lagmannen å fortsette. "Jeg vet." Det seier trakk pusten dypt, og sakte etter free run åpningen : "Chen blir drept, fordi jeg voldtatt Chen, så Chen nike free 3.0 v3 begikk selvmord." Nike Free 3.0 v3 dame Det seier sier en, men det er tiltrukket folk av alle nåværende diskusjonen, er en tid fortsatt støyende nike free run tilbud sko enn markedene. "Spratt" i rettssalen gavel på toppen igjen nike free run sko dame hørtes : "ga meg ro !" Folk som umiddelbart sluttet å snakke, bare se på øynene nike free run norge til seier blir ikke kuttet og avsky, og at seieren virket ikke sove. Nike Free 3.0 v3 "Den dagen Miss Shen sies nike air max 90 norge å gå ut og spille, men jeg vet at han må være ute av skade er, hver dag jeg så ham ødelegge nike air max 2012 norge ryktet til andre, men jeg kan ikke air max safari gjøre noe, jeg bare så på, jeg inkompetanse. Generelt Wu Shen er ikke tiden for å ta meg ut, kan være den dagen jeg vet ikke hvorfor så begeistret Miss kondisjonerte, selv med nike free run 2 min sønn og en gruppe colombianske gå ut, "Når de nike free 2013 finner vi nødt til å slå denne jenta en fotgjenger da vi kjørte bort sammen."

[Répondre à ce message]

The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

19 février 2009 [retour au début des forums]

Si j’avais le temps je me plaindrais qu’aucune mention ne soit faite de l’album de Consolidated, Play More Music, cross-over industrial-dance/big beat et qui, délires parlés mis à part, vaut bien ce bijou un peu plus tardif de The Prodigy (écouter Infomodities 92, notamment).

[Répondre à ce message]

The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

5 février 2009, par Seijitsu [retour au début des forums]

Meilleur album de The Prodigy et un de mes albums électro préféré, et puis pour l’histoire que ce disque a vieillit, tout dépend des personnes. Moi je l’ai découvert il y a 1 an et bien j’ai tout suite accroché.
Bref une réédition qui sert à rien mais qui permet de révisé ses classique, c’est déjà ça !

[Répondre à ce message]

The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

4 février 2009, par Tommy [retour au début des forums]

Bien d’accord, tous ces couillons qui pensent que cet affreux Fat of the Land est le premier album de Prodigy, grrr ... Ce n’est d’ailleurs même pas Jilted non plus, mais l’excellent (à mon goût du moins) bien que différent Prodigy Experience, dont j’espère un jour lire une chronique ici. Grosses basses, sons débiles, synthés fédérateurs, breakbeats endiablés, qu’est-ce qu’ils ont dû se marrer avec celui-là ! C’est mon incarnation préférée de Prodigy je pense, quand ils n’étaient qu’une bande de sales gamins vaguement punk, hippies, skateboardeurs, qui ne se prenaient pas au sérieux.

Bref, réhabilitons celui-là aussi !

[Répondre à ce message]

The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

4 février 2009, par cartman [retour au début des forums]

Comme tous les disques basés sur la technologie de l’époque : que ça sonne daté !

[Répondre à ce message]

    The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

    4 février 2009, par Matelot [retour au début des forums]


    N’étais-ce pas foutrement rock, couillu comme il faut ?

    "I got the poison. I got the remedy. I got the pulsating rhythmical remedy."

    Éloquent !

    [Répondre à ce message]

      The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

      4 février 2009, par cartman [retour au début des forums]


      Mouais, genre "Fame" sous testostérone, pas très bandant. L’année d’après ça sonnait ringard.

      [Répondre à ce message]

        The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

        4 février 2009, par Matelot [retour au début des forums]


        J’dis pas que c’est intemporel, je souligne juste qu’effectivement y a de la testostérone là dedans, ça vise juste mais pas loin. Un truc de primate quoi (ça me rappelle la réponse pertinente de Marc Lenglet à un poste de Clay ici). Et comme c’est précisé dans cette chronique, c’était peut être vulgaire mais, putain, cette énergie brute c’était bon.

        [Répondre à ce message]

      The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

      4 février 2009, par Clay [retour au début des forums]


      "Now start to move and dance, now start to groove in trance" (Front 242, "Moldavia", 1991)

      [Répondre à ce message]

    The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

    4 février 2009, par SC [retour au début des forums]


    Tu sais que Sergent Pepper est lui aussi basé sur la technologie de son époque, tête de quark ?

    [Répondre à ce message]

      The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

      4 février 2009, par cartman [retour au début des forums]


      Oui, et comme par hasard : mauvais exemple ! Oh, dommage face de cul ! Des millions de personnes écoutent encore ce disque qui reste un chef d’oeuvre intemporel ! Conclusion ? The prodigy c’est de la merde, les Beatles sont des génies. Conclusion numéro 2 : prodigy n’aurait jamais existé sans les Beatles. Conlusion numero 3 : Gouts de chiottes mon grand ! Ohlàlà, qu’il est loin le temps ou tu chiais sur ce site en te la jouant grave ! Fan de prodigy maintenant ! Et ça cite les Beatles en plus ! pffff...

      [Répondre à ce message]

        The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

        5 février 2009 [retour au début des forums]


        En quoi est-ce un mauvais exemple ? Je pense que des millions de personnes écoutent encore "More Music For The Jilted Generation", conçu grâce à la technologie de son époque. Tu n’en fais peut-être pas partie, mais chacun ses goûts. Je reconnais le génie des Beatles également, certaines chansons passent encore bien la rampe, quarante ans après. Mais aucune musique n’est intemporelle. Elle marque d’abord une époque, puis les gens qui ressentent des liens avec la culture de celle-là perpétuent son esprit. "L’intemporalité", si l’on veut y croire, dépend grandement de l’âge des auditeurs, la plupart du temps. Je n’aime pas tout ce que les Beatles ont fait, de même que je n’aime pas tout ce que The Prodigy a fait. Chacun est libre d’aimer ce qu’il veut. D’ailleurs, pour en revenir à ce que l’auteur de cet article pense, je peux dire que j’ai aimé les singles de "More Music For The Jilted Generation" - mais je n’ai pas écouté l’album à cet époque, et ne le ferai pas - tout autant que j’ai aimé "The Fat Ot The Land". Ce sont deux albums qui ont compté dans l’histoire que retiendront les fans de musique éléctronique.

        [Répondre à ce message]

        The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

        5 février 2009, par SC [retour au début des forums]


        Si tu savais lire, ce dont je doute de plus en plus, tu aurais compris que :

        1. Je ne suis pas spécialement fan de Prodigy mais plutôt des premiers Chemical Brothers et du deuxième Underworld (l’article est assez clair, pourtant)

        2. Prodigy existe sans les Beatles puisque sa musique se base sur des références jamais abordées par eux.

        3. Je cite un album des Beatles basé entièrement sur la technologie et les influences psyché de son époque dans l’unique but de te contredire, puisque tu avançais en gros qu’aucun album basé sur la technologie de son époque survit au temps. Je ne compare donc pas Prodigy aux Beatles, je te mets plutôt le nez dans ton affirmation en forme de bouse.

        [Répondre à ce message]

          The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

          5 février 2009, par cartman [retour au début des forums]


          Réécoute "tommorow never knows" asshole, tu risques d’etre surpris.

          [Répondre à ce message]

            The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

            5 février 2009 [retour au début des forums]


            dites mr cartman, les mrs taxmen ont surement plus d’ouverture d’esprit en la matière que vous.

            Paul Mc cartney collabore avec youth, a fait un disque electro (paul mc cartney II), et les beatles ont toujours regardé plus loin que leur nez, pardon, écouté plus loin que leurs oreilles.

            Alors pourquoi ces propos ?

            Le saxo, la guitare électrique et la platine du dj, c’est pas le même combat mené à des époques différentes ?

            Je suis sûr que Miles Davis,Paul Mc Cartney ou Serge Gainsbourg seraient de mon avis.

            C’est pas si compliqué d’avoir l’esprit ouvert, vous savez ;-)

            [Répondre à ce message]

    The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

    9 février 2009, par Snoopy [retour au début des forums]


    Pffff....quand comprendez-vous que la musique ça ne se raconte pas, ça s’écoute et puis c’est tout.
    Tant que l’auditeur prend du plaisir à écouter un truc même 30 ans après, but atteint ! Tant mieux pour lui. Que ça soit sur de la méga technologie ou sur des bidons !
    Vous êtes vraiment de gros lourdeaux à vouloir sans cesse intellectualiser la musique ! Ca sent lsystématiquement a frustration à plein nez dans ces commentaires à 2 balles. Et ça ne change pas avec les années...
    Allez, bon amusement !

    [Répondre à ce message]

      The Prodigy : "More Music For The Jilted Generation"

      5 avril 2013, par gert [retour au début des forums]


      But if a society believes that intoxication leads to relaxation and tranquil behavior, then it usually leads to those outcomes. Alcohol expectations vary within a society, so these outcomes are not certain. Thanks.
      Regards, http://essayscope com

      [Répondre à ce message]