Pop-Rock.com



The Mars Volta : "Frances the mute"
Musique pour gens à la masse

jeudi 7 juillet 2005, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Tokio Hotel : "Zimmer 483"
The Willowz : "Talk in circles"
Eyeless In Gaza : "Summer salt & subway sun"
Air : "Talkie Walkie"
Nine Horses : "Money for all"
Kate Bush : "Aerial"
Alice Cooper : "Dirty diamonds"
Band Of Horses : "Everything all the time"
The Finn Brothers : "Everyone is here"
Pearl Jam : "Backspacer"


Celui-là, après une ou deux écoutes, je n’ai pas su dire si je l’aimais ou pas. Compliqué, technique, mais très prenant, il m’a tout de même donné envie de pousser un peu plus en avant ma découverte de ce groupe, ce qui est déjà une bonne chose. Presque trois semaines plus tard, et après de très nombreuses écoutes, je ne sais toujours pas si je l’aime ou pas. C’est l’heure d’une petite introspection.

The Mars Volta, c’est quoi comme musique ? Les progueux veulent bien confesser, du bout des lèvres, que c’est du prog, mais pas du vrai, pas comme celui qu’ils écoutent d’habitude. Les anti-progueux, quant à eux, trouvent cette musique bien trop novatrice pour être du prog. Une chose est sûre : si c’en est, ce n’est ni celui de papa (King Crimson, Yes, Genesis), ni celui de fiston (Dream Theater et ses clones). Disons que du mouvement progressif, The Mars Volta a hérité le goût des chansons déstructurées, du mélange des styles et de la technicité de haut vol, mais qu’il en a toutefois rejeté l’esbroufe et l’auto-suffisance. Vous aussi, vous pensez à Pain of Salvation ? La comparaison s’arrête toutefois là.

L’album débute avec le tonitruant Cygnus... Vismund Cygnus. Treize minutes qui semblent durer des heures. Ne voyez pas malice dans ce commentaire, c’est juste cette guitare invraisemblable qui nous secoue dans tous les sens, qui saute du coq à l’âne sans se préoccuper de l’auditeur, largué depuis au moins trois changements de tons, et qui nous fait revivre trente ans de rock’n’roll en quelques instants seulement en nous rappelant tant Santana que Jimmy Page. Car oui, le son de cette guitare trouve sa principale inspiration dans les années 70, pour la joie de certains et la déconvenue des autres. The Widow calme le jeu au niveau du rythme, mais c’est désormais cette voix sulfureuse qui nous étouffe. Le chant est enfiévré comme jamais pour un titre qu’on imaginerait bien, en un peu plus calme, sur le Grace de Jeff Buckley. L’Via L’Viaquez pousse encore plus loin la démarche entamée sur le premier titre en passant, en quelques secondes, du hard rock le plus débridé à de la salsa (!), tout cela avec un chant en espagnol, bien sûr. Mine de rien, ce mélange détonnant fait son chemin au creux des oreilles et le morceau s’impose, après plusieurs écoutes, comme l’un des moments les plus puissants de l’album. Quelques échos floydiens (mais beaucoup plus lugubres) s’amplifiant en crescendo servent d’ouverture pour la piste suivante, laquelle mettra à nouveau en exergue la voix écorchée de Cedric Bixler-Zavala. Et on termine avec huit chansons qui n’en font en réalité qu’une seule d’une demi-heure. Et vous dire qu’on verra du pays durant ces trente minutes est un euphémisme ! Extrêmement rapide durant plus d’un quart d’heure avant de proposer une plage plus atmosphérique de toute beauté, puis un morceau de jazz complètement décomplexé et terminant sur les premières notes de l’album, cette chanson est épuisante, ce qui n’est pas forcément péjoratif.

Voilà, tout est dit, mais rien n’est dit. The Mars Volta vous fera songer à énormément de choses, parfois incongrues, mais jamais ces influences ne viendront obscurcir l’individualité et l’originalité de ce groupe qui s’est clairement libéré de toute contrainte dans son processus créatif. Si les titres les plus lents retiennent au premier abord davantage l’attention, car ils sont plus faciles à assimiler et permettent de profiter plus aisément du talent des différents membres du groupe (chose paradoxale car c’est justement dans ces morceaux lents que le groupe est le moins démonstratif), les titres rapides peuvent s’avérer fascinants, ou peuvent franchement saouler, selon qu’on est dans les bonnes conditions pour les écouter ou pas. Impossible à cataloguer, ne ressemblant qu’à lui-même, Frances the mute provoquera l’extase ou l’overdose, la passion ou la révulsion. A écouter, mais en étant préparé et bien disposé.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 7 contribution(s) au forum.

The Mars Volta : "Frances the mute"
(1/6) 18 mars 2007, par SysTooL
The Mars Volta : "Frances the mute"
(2/6) 12 février 2007, par PISACIS
The Mars Volta : "Frances the mute"
(3/6) 9 avril 2006
> The Mars Volta : "Frances the mute"
(4/6) 4 août 2005, par lkj
> The Mars Volta : "Frances the mute"
(5/6) 11 juillet 2005, par pedro come from the moon
> The Mars Volta : "Frances the mute"
(6/6) 7 juillet 2005




The Mars Volta : "Frances the mute"

18 mars 2007, par SysTooL [retour au début des forums]
http://systool.over-blog.com

Belle chronique pour un album aussi touffu et particulier que "Frances the Mute" !

SysTooL

[Répondre à ce message]

The Mars Volta : "Frances the mute"

12 février 2007, par PISACIS [retour au début des forums]

Wow ! C’est la première fois que je lis une aussi bonne description de ce groupe, mon groupe favoris en passant, que l’on ne pourrait pas mieux qualifié que d’indescriptible. Félicitation, j’en ai presque tombé de ma chaise. Et oui, At The Drive-In était fabuleux, mais rien à voir avec la musique offerte par The Mars Volta. Un groupe à voir absolument en spectacle.

[Répondre à ce message]

The Mars Volta : "Frances the mute"

9 avril 2006 [retour au début des forums]

j adore at the dive in mais the mar svolta c vraiment l extase !! Depuis la decouverte de mars volta j ecoute gentle giant ,pink floyd ,genesis mais je trouve que mars volta est BEN plus SOLIDE que les 70’s

[Répondre à ce message]

> The Mars Volta : "Frances the mute"

4 août 2005, par lkj [retour au début des forums]

Me fait penser beaucoup beaucoup à Vanilla Fudge (l’album "Renaissance" entre autre) sans l’inspiration blues.Je ne pourrais pas dire exactement pourquoi.

Il y a des passages intéressants dans cette galette mais je trouve malgrés tout que At the drive in c’était mieux.

Cela me fait penser à une phrase du film Almost Famous attribuée à Lester Bangs à propos des Guess who : "ils arrivent à faire en quelques minutes ce que Jethro Tull s’évertue à faire pendant des heures".

[Répondre à ce message]

    > The Mars Volta : "Frances the mute"

    5 octobre 2005, par ludo [retour au début des forums]


    je suis tout a fait d’accord avec toi c’était mieux at the drive in mais en même temps c’était quand meme énorme at the drive in il faut le souligner..

    [Répondre à ce message]

> The Mars Volta : "Frances the mute"

11 juillet 2005, par pedro come from the moon [retour au début des forums]

Très bon commentaires (ce qui n’est pas forcément toujours le cas).
Tout à fait d’accord.

[Répondre à ce message]

> The Mars Volta : "Frances the mute"

7 juillet 2005 [retour au début des forums]

J’opte pour l’extase !

[Répondre à ce message]