Pop-Rock.com



The Luchagors : "The Luchagors"
Par dessus la troisième corde !

samedi 13 juin 2009, par Yû Voskoboinikov

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Them Crooked Vultures : "Them Crooked Vultures"
Richard Ashcroft : "Human conditions"
Gwen Stefani : "Love, angel, music, baby"
Danko Jones : "Sleep is the enemy"
Wax Tailor : "In the mood for life"
Viva Las Vegas : "2"
Coldplay : "Viva la Vida (Or death and all his friends)"
Van Der Graaf Generator : "Present"
PJ Harvey : "Uh Huh Her"
Camouflage : "Relocated"


Vous achèteriez l’album d’un groupe dont la meneuse serait une ancienne greluche de la fédération de catch W.W.E. ? Moi non plus. Et pourtant...

A y regarder de plus près, Amy « Lita » Dumas n’est pourtant pas la potiche écervelée que l’on pourrait penser, et encore moins la fille de la pulpeuse Vickie « Excuse me » Guerrero. De fait, elle est même très intelligente, assez pour quitter prématurément l’université la tête haute et aller vivre sa vie comme elle l’entend, c’est-à-dire en devenant une catcheuse plus qu’émérite (elle a baffé John Cena), jusqu’à ce qu’il soit temps pour elle de s’affirmer réellement.

Monté avec son petit ami Shane Morton, le nom du groupe est une contraction de luchador (lutteur libre mexicain) et de gore, parce que les films d’horreur qui tâchent, le couple aime ça. Quant à la musique, c’est du punk américain des années 2000, c’est à dire teinté de metal (le bassiste des Skid Row locaux a produit l’album) sans pour autant lâcher une puissance de feu écrasante ; ici, l’énergie est partagée avec enthousiasme, un peu comme du punk californien, mais en nettement moins crétin.

Que l’on ne s’y trompe pas : The Luchagors n’est pas le prochain Vice Squad, et si un duo Amy Dumas - Becky Bondage survient un jour, il s’agira plus d’une coïncidence que d’une réunion mère-fille. Comprenez : The Luchagors n’apporte rien d’autre à la musique qu’une énième fête où la bière bon marché coule à flot, avec la sono à fond histoire de bien ameuter toute la clique du quartier. Et c’est là tout le charme de l’album, d’apporter un rayon perpétuel sur une scène devenue aussi barbante qu’un album de Genesis sans Peter Gabriel, à force de se renifler le derrière sale avec le plus grand sérieux du monde.

Ecouter The Luchagors, c’est se rappeler pourquoi les punks seront toujours ceux qui s’amusent le plus.



Répondre à cet article

Yû Voskoboinikov





Il y a 1 contribution(s) au forum.

The Luchagors : "The Luchagors"
(1/1) 18 juin 2009, par Humphrey




The Luchagors : "The Luchagors"

18 juin 2009, par Humphrey [retour au début des forums]

Ecouter [machins] c’est se rappeler pourquoi les punks seront toujours ceux qui s’amusent le plus.

Voilà qui fait bien plaisir à lire noir sur blanc de temps en temps.

[Répondre à ce message]