Pop-Rock.com



The Kills : "Keep on your mean side"
A deux, tout est plus simple

mardi 10 avril 2007, par Alexandra Jakob

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Rakes : "Capture/Release"
Etron : "A world of nerds"
Ruby : "Short-staffed at the Gene pool"
Devendra Banhart : "Smokey rolls down Thunder Canyon"
Scissor Sisters : "Scissor Sisters"
Keane : "Hopes and fears"
CSS : "Donkey"
Idlewild : "Make another world"
Eskobar : "Eskobar"
Starsailor : "On the outside"


Je l’avoue, je n’ai rien trouvé de plus original. Comme les White Stripes, les Kills sont un duo mixte. Comme les White Stripes, les Kills ne supportent pas la moindre intrusion dans leur univers décalé. Comme les White Stripes, les Kills privilégient un son minimaliste résolument lo-fi, perdu quelque part entre blues rocailleux et rock garage plus moderne. Comme les White Stripes, les Kills livrent d’excellents albums. Seule nuance de taille : chez les Kills, c’est madame qui chante.

Toutes ces troublantes coïncidences n’empêchent pas la paire anglo-américaine de se démarquer allègrement de ses glorieux aînés grâce à son premier album, Keep on your mean side, en 2003. Avec leurs fausses allures de Bonnie & Clyde et leurs regards névrosés, le guitariste Hotel et la chanteuse VV regorgent d’un charisme dangereusement séduisant, éprouvé au fil de onze titres d’une constante intensité rageuse. Ici, les fioritures sont délaissées au profit d’une recette basique incroyablement efficace. Une guitare crade calée sur une batterie binaire, et vogue la galère. Un chant à la fois rauque et désillusionné vient rehausser cette instrumentation simple pour des brûlots étrangement similaires mais toujours diablement énergiques, tels les déchaînés Fuck the people et Fried my little brain. Dans la même veine, Superstition et Cat claw méritent également une écoute attentive pour leurs refrains assassins doublés de riffs secs et saturés rappelant le Velvet Underground. Plus calme, la fin de disque révèle des ballades sombres (Monkey 23, Gipsy death and you) d’une sensibilité nerveuse et mélancolique. Largement de quoi dérouter ceux pour qui émotion rime avec sophistication.

Une chronique est bien souvent le reflet du disque traité. Avec les Kills, pas de chichis. Pourquoi aligner paragraphes sur paragraphes pour décrire un disque bref, noir et absolument jubilatoire ?



Répondre à cet article

Alexandra Jakob





Il y a 2 contribution(s) au forum.

The Kills : "Keep on your mean side"
(1/1) 10 avril 2007




The Kills : "Keep on your mean side"

10 avril 2007 [retour au début des forums]

Bravo pour l’article.

[Répondre à ce message]

    The Kills : "Keep on your mean side"

    11 avril 2007, par Fabrice [retour au début des forums]


    Je me souviens les avoir vus à La Rotonde pour leur 1er album.
    Un concert "retournant" ! Une tension extrême entre les 2 membres mêlée à une grande complicité.
    A 2, ils prenaient une telle place sans pour autant bouger.
    Un de mes meilleurs souvenirs de concerts.

    [Répondre à ce message]