Pop-Rock.com



The Hives : "The black & white album"
Du plaisir

samedi 22 décembre 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Mylène Farmer : "Point de suture"
Gary Numan : "Jagged"
Aerosmith : "Honkin’ on bobo"
Mercury Rev : "The secret migration"
Nine Inch Nails : "With teeth"
Prince : "Musicology"
Who Made Who : "The plot"
Dragons : "Here are the roses"
Ambulance Ltd. : "Ambulance Ltd."
John Wayne Shot Me : "The purple hearted youth club"


Avec leur dégaine de rescapés des années 50, leur mégalomanie délirante et leur rock foutraque et bordélique, difficile d’avoir loupé les Hives ces dernières années. Sans jamais confiner à l’exceptionnel, leurs premières réalisations avaient le don de générer une sympathie instinctive. Il n’en ira pas autrement avec ce Black & white album.

Les Hives savent cultiver le paradoxe. Tout en jouant à mort sur le visuel, les déclarations à l’emporte-pièce et une mythologie personnelle aussi lourdaude que prévisible, les Suédois font partie des rares formations à n’avoir pas oublié que le rock, avant toute autre considération, c’est du plaisir. Du plaisir con, binaire, souvent gras, mais du plaisir tout de même. Pour faire court, on peut directement remiser au placard toutes les généralités pseudo-intello qu’on balance habituellement sur la dernière révélation « qui fait tout tellement différemment de ses modèles ». Les Hives sont aussi bas de plafond que les Stooges en leur temps... aussi simplistes, aussi chaotiques et aussi peu soucieux du travail bien fait. Presque aussi bons, à vrai dire.

Derrière l’habituelle bouillie de riffs énervés, cet album noir et blanc dégouline littéralement de claviers. L’objectif n’était clairement pas de créer une atmosphère ou de rendre hommage à une période que beaucoup préfèreraient gommer de leur mémoire. Non, ces claviers sont là... parce qu’ils sont là. Je ne vois aucune autre explication rationnelle à l’injection de tels éléments. En fait, les Hives évoquent de plus en plus les défunts The Darkness. Non, ne fuyez pas. Musicalement, les deux groupes n’entretiennent aucun lien de parenté. Mais cette prétention feinte à se considérer comme le plus grand groupe de tous les temps et, surtout, cette propension ingénue à en remettre une louche lorsqu’on pense avoir atteint la limite du tolérable, sont communes aux deux formations. Entre intermèdes ridicules, rock épais à la Tick tick boom, chœurs débilissimes (Well allright !), jappements surexcités de Howlin’ Pelle Almqvist (You got it all... wrong), opérettes dégénérées (Puppet on a string) et manifestes crétins (T.H.E.H.I.V.E.S.), il va falloir sérieusement creuser pour dénicher le moindre truc respectable chez les Hives. Et heureusement car la folie et l’indifférence des Hives au bon goût leur permettent de faire à peu près ce qu’ils veulent sans souci du qu’en-dira-t-on. Défoulant à mort et ménageant quelques bonnes surprises au fil des plages, The black & white album peut également compter sur ce don typiquement suédois pour torcher un bon petit tube pop/rock en deux temps trois mouvements.

The black & white album ne se prend pas une seconde au sérieux et, pour ceux qui attendent un minimum de dignité de la part d’un groupe de rock, on peut même dire que le disque se barre en couille dès les premières secondes. Pour les autres, il s’agit clairement d’un des plaisirs coupables les plus rafraîchissant que l’année 2007 ait pu nous offrir.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 4 contribution(s) au forum.

The Hives : "The black & white album"
(1/2) 22 décembre 2007, par kozmik
The Hives : "The black & white album"
(2/2) 22 décembre 2007, par Gin and Sonic




The Hives : "The black & white album"

22 décembre 2007, par kozmik [retour au début des forums]

J’ai souvent eu l’impression que The Hives était un groupe monté sur casting. Un coté trop lisse, trop light. En tout cas il ont toujours bénéficié d’une surexposition médiatique qui les rendait suspect mais qui semble se retourner contre eux actuellement. Un peu comme pour les Strokes. L’amateur de ce genre de musique trouvera plus probablement son bonheur avec The Lords of Altamont, The flaming Sideburns ou The Hellacopters qui semblent plus sincère.

[Répondre à ce message]

The Hives : "The black & white album"

22 décembre 2007, par Gin and Sonic [retour au début des forums]

Pour ma part, cet album m’a énormément déçu.
La "folie" et l’"indifférence" que tu soulignes ont justement totalement disparu de ce 3è (ou 4è, selon que l’on différencie ou non Barey Legal de Veni Vidi Vicious...) album.
On aurait pu s’attendre à de l’innovation (pensez donc, un groupe garage punk comme les Hives avec Jacknife Lee,Pharell Williams ou encore Timbaland derrière les manettes !), on se retrouve avec un album aseptisé entre les mains, la spontanéité et l’énergie ayant fait place à des morceaux sans âme et bien plus faibles que leurs prédécesseurs (T.H.E.H.I.V.E.S. est tout simplement mauvais).
Cette régression qualitative est plus que mise en lumière quand les suédois sont sur scène.
Le nouvel album, à l’exception de Tick Tick Boom, ne passe pas.
Le public ne réagira qu’au son de Hate to say I told you so, Walk idiot walk ou Main Offender.
Il applaudira poliment le dernier opus qui sonnera comme un ensemble de faces C.
Le groupe sonne dès lors comme un de ces nombreux groupes à quelques singles perdus au milieu d’un setlist bien ordinaire.
Dommage.

[Répondre à ce message]

    The Hives : "The black & white album"

    26 décembre 2007 [retour au début des forums]


    bien évidemment que Barely Legal et Veni Vidi Vicious sont 2 albums a part entière ! sans compter 2 ep 6 titres.
    c’est donc le 4eme album...pas terrible terrible, non. mais restent efficaces sur scène

    [Répondre à ce message]

      The Hives : "The black & white album"

      30 juin 2008, par Dionycos [retour au début des forums]


      Pour avoir été au concert au Zénith en avril, je peux te dire que des titres comme "Hey litle world" , "You got it all wrong" , "return the favor" ou encore le génial "Bigger hole to fill ", assurent autant l’ambiance que les classiques "Hate to say I told you so" et ’Walk idiot walk" .

      Cet album est un pur moment de rock’n roll . Jouissif.

      [Répondre à ce message]