Pop-Rock.com



The Futureheads : "The Futureheads"
No Future

samedi 3 septembre 2005, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Raconteurs : "Consolers of the lonely"
Austin Lace : "Easy to cook"
The Killers :"Hot Fuss"
Blondie : "The Curse of Blondie"
Billy Idol : "Devil’s playground"
Elvis Costello : "North"
Frank Black & The Catholics : "Show me your tears"
Spock’s Beard : "Snow"
HRSTA : "Stem Stem In Electro"
Kante : "Kante plays Rythmus Berlin"


Vous aimez Franz Ferdinand, Dogs Die In Hot Cars, Bloc Party, Maxïmo Park et The Rakes ? Si oui, à en croire une certaine presse, le premier album des Futureheads, sorti fin 2004 et réédité en mai de cette année, est fait pour vous. Si, au contraire, ces groupes vous inspirent une indifférence polie, voire une profonde répulsion, passez votre chemin. Le trip post-punk des quatre dandys de Sunderland ne fait que ressasser une fois de plus l’héritage de XTC, The Jam, Gang of Four, The Clash et d’autres musiciens aujourd’hui tous quinquagénaires (ou décédés).

On dira des Futureheads qu’ils ne seraient jamais sortis de leur garage si Franz Ferdinand et Bloc Party n’avaient pas, en 2004, changé le visage du rock british en seulement quatre singles : Take me out et Matinee pour les Ecossais, Banquet et Helicopter pour les Londoniens. Mais voilà, à l’instar de Maxïmo Park et de (trop ?) nombreux autres groupes, les Futureheads ont profité de la nouvelle déferlante post-punk/new wave pour imposer leur rock carré et leurs chansons explosives de deux minutes et demi à la face du monde. Tous les éléments étaient en place pour un succès mondial : une signature sur un bon label anglais (679 Recordings, qui héberge aussi The Streets), l’engagement de Paul Epworth (Bloc Party, Maxïmo Park, The Kills) et Andy Gill (un ex-Gang of Four) comme producteurs, un mixage assuré par Gareth Jones (Depeche Mode, Einstürzende Neubauten, Interpol), ainsi que - élément indispensable pour ce genre de groupes - une couverture de premier plan par la presse musicale anglaise et par le NME en particulier. De belles promesses donc,... mais plutôt du genre de celles de Tony Blair, c’est à dire pas tenues !

Au vu de la courte durée des morceaux, un album comme celui-ci s’écoute à un train d’enfer. Sur Le garage ou Stupid and shallow, la chanson est déjà terminée alors qu’on vient à peine d’accrocher à son rythme effréné. Problème, en plus de s’achever très rapidement, comme ceux des Ramones, les titres des Futureheads s’oublient presque aussi vite. Ca gueule, ça gratte, ça tourbillonne, mais l’ensemble donne l’impression d’être un beau gros bordel inachevé, dans le genre du deuxième album des Libertines (voir ici). Un seul morceau sort en fait du lot, c’est le single Hounds of love... une reprise de Kate Bush. Des vocalises rigolotes servent d’intro à un titre fun, entraînant et super bien balancé tel qu’on aurait apprécié en entendre davantage sur cette galette.

Certains journalistes outre-Manche parlent déjà des Futureheads comme d’un des groupes les plus importants de 2005. Pour nous, ils ne sont que des suiveurs incapables de rivaliser avec les groupes qui leur ont ouvert la voie, et, plus encore, avec ceux qu’ils tentent plus ou moins adroitement de copier. Certes, le band de Barry Hyde n’est pas dépourvu de talent ni de bonnes idées, mais sa musique convient davantage à petites doses (en singles, par exemple) que sur un album de 17 plages toutes très ressemblantes.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 7 contribution(s) au forum.

The Futureheads : "The Futureheads"
(1/4) 31 octobre 2005, par Brian Blits
The Futureheads : "The Futureheads"
(2/4) 11 octobre 2005, par Chuck.
> The Futureheads : "The Futureheads"
(3/4) 3 septembre 2005, par Elea
> The Futureheads : "The Futureheads"
(4/4) 3 septembre 2005




The Futureheads : "The Futureheads"

31 octobre 2005, par Brian Blits [retour au début des forums]

Eh bien je ne suis pas d’accord du tout. C’est l’album de l’année. Parce qu’il est increvable, qu’on peut l’écouter mille fois, c’est toujours la prochaine qui sera la meilleure. L’album ne contient pas une seule chanson ratée (et il y en a 15, sans compter les deux remix). Des titres comme "Robot", "Meantime" ou "Decent days or nights" sont des classiques instantanés. C’est vrai, c’est XTC tout craché, mais plutôt du niveau de "Drums and wires" et "Black Sea" que "White Music" et "GO2". Un XTC dopé aux amphés, magnifiquement produit, les guitares ont la sécheresse sauvage et la précision des premiers B.52’s (paix à l’âme de Ricky Wilson). J’adore Interpol et Editors, j’aime Bloc Party, j’ai toujours considéré Franz Ferdinand comme un brave groupe de baloche aux albums faiblards malgré les singles, incroyablement surestimé : les Futureheads devraient être à leur place, au sommet. J’attends la suite avec impatience.

[Répondre à ce message]

The Futureheads : "The Futureheads"

11 octobre 2005, par Chuck. [retour au début des forums]

J’ai découvert The Futureheads pendant l’été 2004 et ce groupe reste pour moi l’un des meilleurs de la scène "repompeuse" anglaise actuelle. Ces mecs là sont drôles et c’est ce qui manque à pas mal de groupes de cette mouvance.
J’aime aussi beaucoup la production de leur album, les expérimentations vocales, les coups de guitare secs, etc... Bien ficelé et efficace.

[Répondre à ce message]

> The Futureheads : "The Futureheads"

3 septembre 2005, par Elea [retour au début des forums]

"On dira des Futureheads qu’ils ne seraient jamais sortis de leur garage si Franz Ferdinand et Bloc Party n’avaient pas, en 2004, changé le visage du rock british en seulement quatre singles : Take me out et Matinee pour les Ecossais, Banquet et Helicopter pour les Londoniens."

Le premier single de Bloc Party (Banquet/Staying Fat) est sorti en mai 2004. Le premier single des Futureheads (1-2-3-NUL !EP) est sorti en mars 2003.
L’album de Bloc Party est sorti en février 2005, celui des Futureheads en juillet 2004. Je peux me tromper, et ce ne sont jamais que les dates anglaises, mais il me semble qu’il faudrait un peu vérifier la chronologie avant d’écrire (ce qui, je le reconnais, ne change absolument rien à l’opinion qu’un rédacteur peut avoir d’un album, mais bon...)

[Répondre à ce message]

    > The Futureheads : "The Futureheads"

    3 septembre 2005, par Jérôme Delvaux [retour au début des forums]


    Donne moi encore des cours d’Histoire, tu sais que j’adore ça...

    Blague à part, je faisais allusion au succès fulgurant des Futureheads cette année, lié, selon moi, à celui - planétaire - des deux groupes que tu cites. C’est d’ailleurs pourquoi l’album des Futureheads a été réédité en mai 2005... Tu me suis ?

    [Répondre à ce message]

      > The Futureheads : "The Futureheads"

      3 septembre 2005, par charlotte [retour au début des forums]


      Je suis assez d’accord avec Jér... Eléa, tu n’y connais rien. ^^

      [Répondre à ce message]

      > The Futureheads : "The Futureheads"

      5 septembre 2005, par Laurent Bianchi [retour au début des forums]


      Euh...

      En fait, Dogs die in hot cars en parlait dans notre interview d’octobre 2004. Je m’étais intéressé à la chose, et avais constaté que le disque n’était sorti qu’en Angleterre. Il n’est sorti chez nous qu’en mai (et je crois qu’il n’est toujours pas sorti en France) : c’est donc une sortie continentale, ou semi-continentale. Et vu qu’on n’est pas anglais, si on n’achète pas ses CD en imports, on ne peut que se contenter d’une sortie tardive et avoir l’impression donnée par l’article.

      [Répondre à ce message]

> The Futureheads : "The Futureheads"

3 septembre 2005 [retour au début des forums]

Les Futureheads, pas mal mais un peu décevant. C’est surtout étonnant quand on réécoute les premiers albums d’XTC (White Music 1978) de se rendre compte qu’ils ont un son et un style de composition vraiment proches, tout comme Maximo Park et d’autres. Le problème c’est que Go 2 et White Music, c’était déjà pas extraordinaire à l’époque (heureusement ils ont fait mieux depuis), alors en 2005....

Bref, je préfère écouter des choses que je n’ai jamais entendu plutôt que des groupes qui refont en mieux ce qu’on pouvait écouter en 1980. Bloc Party, Franz Ferdinand et Interpol sont toutefois largement au dessus des autres, même si leur musique ne m’emballe pas trop non plus.

Le côté le plus rigolo des Futureheads, c’est effectivement le fait que tous les membres du groupe chantent et que leurs vocalises parfois maladroites sont plutôt sympa...

[Répondre à ce message]