Pop-Rock.com



The Futureheads : "News & tributes"
Canons dispensables

mardi 20 février 2007, par Alexandra Jakob

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"
Bruce Springsteen : "Devils & dust"
Tahiti 80 : "Activity Center"
Ozark Henry : "The sailor not the sea"
The Mars Volta : "The Bedlam in Goliath"
The Hives : "The black & white album"
Einstürzende Neubauten : "Perpetuum Mobile"
Stephen Duffy & The Lilac Time : "Keep going"
Melotron : "Cliché"
Clap Your Hands Say Yeah : "Clap Your Hands Say Yeah"


Mieux mais pas top. Après leur surestimé premier opus éponyme, manifestement chroniqué par des journalistes sportifs pendant un match de foot, les Futureheads sont tombés l’an passé au champ d’honneur du "difficile second album", cet écueil implacablement dressé sur la route de tout Beatles en herbe.

Ainsi, une presse aux portugaises soudain désensablées cloua au pilori le pauvre News and tributes dans accès de lucidité aussi tardif que paradoxal. Car ce disque surpasse aisément son prédécesseur, sans toutefois mériter une acclamation plus enthousiaste que : "Bof, c’est pas mal". En somme, encore un boîtier destiné à prendre la poussière sur votre étagère Ikéa. Au moins, avec un titre d’album pareil, vous ne pourrez pas accuser le groupe de ne pas avoir clairement exposé ses ambitions. Cependant, si les tributes à Franz Ferdinand et autres Kaiser Chiefs semblent bien présents, le neuf peine à émerger.

Moyen. Que dire d’autre ? Malgré l’enthousiasme touchant des co-leaders Barry Hyde et Ross Millard, News and tributes exhibe douze titres banals quoique bien structurés, contrairement aux atroces brouillons bâclant The Futureheads. Certes, quelques pesantes polyphonies (Yes/No, Cope, Face) vous prouveront que le quartet n’admire pas Queen pour rien, mais dans l’ensemble, les garçons de Sunderland ont largement réduit leur quota de bêlements et pondent même un Fallout plutôt plaisant. D’autres titres tirent également leur épingle du jeu, tel l’accrocheur single Worry about it later ou le très new wave Back to the sea. Malheureusement, le reste du disque se perd dans une pop languissante et laborieuse (Thursday, The return of the berserker), à l’image d’un groupe musicalement et vocalement quelconque, dont le succès repose essentiellement sur le revival rock du moment. Les Futureheads survivront-ils au prochain revirement de mode ? Rien n’est moins sûr. Leur maison de disques les a d’ailleurs virés, histoire de se trouver des héros plus charismatiques.



Répondre à cet article

Alexandra Jakob





Il y a 1 contribution(s) au forum.

The Futureheads : "News & tributes"
(1/1) 20 février 2007




The Futureheads : "News & tributes"

20 février 2007 [retour au début des forums]

Eponyme veut dire l’inverse. C’est pas l’album qui est éponyme, c’est le groupe.

[Répondre à ce message]