Pop-Rock.com



The Experimental Tropic Blues Band : "Dynamite Boogie"
Wild Mood Boogie

mercredi 27 avril 2005, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Antony & The Johnsons : "I am a bird now"
Metric : "Old world underground, where are you now ?"
Love Of Diagrams : "Mosaic"
The Finn Brothers : "Everyone is here"
Mr. Sportsman : "Good morning virtue E.P."
Peter Murphy : "Dust"
The Wave Pictures : "Instant coffee baby"
Liv Kristine : "Enter my religion"
Morgan Geist : "Double Night Time"
Britney Spears : "Blackout"


Répétez la phrase suivante cinq fois d’affilée : The Experimental Tropic Blues Band joue du Psycho Boogie Blues. Voudjou ! Ben oui ma p’tite dame, c’est comme ça. Maintenant, il va falloir que je parvienne à vous expliquer ce que c’est. Je crois que dans le cas présent, la démonstration par l’exemple vaudra mieux que tous les discours et théorisations du monde.

Premier exemple : vous avez eu une mauvaise journée. Vous êtes énervé par le patron, par le chauffard qui vous a coupé la chique à la sortie du rond-point, par la facture des télécoms absolument illisible et, selon vous, bourrée jusqu’à la gueule d’arnaques en tous genres. Vous insérez ce petit CD dans votre lecteur, gonflez le volume et à partir de là, la régression est assurée. La musique de ce sympathique trio liégeois réveille en vous un besoin primaire et fondamental de bouger, de danser, de dandiner du derrière, de faire de l’air guitar. Le CD est terminé, vous vous sentez mieux, prêt à passer une bonne soirée.

Deuxième exemple : vous êtes à un mariage, ou à une quelconque soirée du club de VTT du beau-frère. Entre deux bières, vous vous rendez sur la piste pour faire un peu le malin sur de l’Indochine ou du Joan Jet. Et tout d’un coup, voilà que le DJ se lance dans une série Twist, Boogie et Rock’n Roll. Vous tâchez de vous enfuir, mais votre mamie vous attrape au passage et commence à se démener comme une diablesse. Mais où sont passés ses rhumatismes ? Vous parvenez tant bien que mal à vous dégager et il ne vous reste plus qu’à assister impuissant à la chorégraphie infernale qu’elle exécute avec papy. Et là, vous vous dites : « mais quelle pêche ! » et vous les jalousez secrètement. Il n’est cependant pas question pour vous d’aller vous discréditer sur pareille musique. Pas de panique ! The Experimental Tropical Blues Band est là. Avec leur background très fifties, Psycho Tiger, Boogie Snake et Devil d’Inferno (ce sont leurs noms de scène) nous ont pondu un second EP vitalisant, remettant à la sauce moderne toutes ces vieilleries en les dotant d’un son garage et en usant de guitares saturées, pour que vous ne soyez plus gêné de danser sur du boogie. Il ne vous reste plus qu’à apprendre à danser comme vos aïeuls.

Une fois dissipée la jouissance immédiate procurée par l’écoute des six titres qui composent cet EP, on peut se permettre de se concentrer davantage sur les qualités techniques de l’objet. Car qualités techniques il y a. La section rythmique est infernale (on n’aurait pas tant envie de remuer du popotin sans elle). Les solos de guitare sont joliment exécutés, mais c’est encore une fois d’un point de vue purement rythmique que les gratteux se démarquent. Le riff conducteur de Boogie Downtown, à ce titre, a l’air d’avoir été pondu par un groupe de bouseux tout droit sorti du bayou de Louisiane (c’est un compliment). Quant au chanteur, si son timbre ne restera pas dans les mémoires, il faut tout de même reconnaître qu’il a l’air de prendre son pied, et que ce bonheur est communicatif.

Membre du Collectif Jaune-Orange, le groupe dispose d’une large culture musicale d’un autre âge, que peu de jeunes auditeurs doivent partager : Johnny Cash, Elvis Presley, Bo Didley et The Who, dont le fabuleux My Generation est une inspiration facilement décelable sur le refrain de Jealous Rock (dont le titre devrait à raison titiller les amateurs du King). Rafraîchissant et dynamique, ce second EP vaut assurément le détour et mériterait de trouver son public. On se demande toutefois dans quelle mesure un album parviendrait à brasser tant d’influences et à maintenir une telle folie durant plus de quarante minutes sans lasser ni fatiguer l’auditeur.

Wait and listen...

Plus de détails sur le site du Collectif Jaune-Orange.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 1 contribution(s) au forum.

The Experimental Tropic Blues Band : "Dynamite Boogie"
(1/1) 18 avril 2006, par Cécile




The Experimental Tropic Blues Band : "Dynamite Boogie"

18 avril 2006, par Cécile [retour au début des forums]

Peye

Je ne suis pas certaine d’avoir saisi la pertinence de tes exemples.

Cordialement

Cécile

[Répondre à ce message]