Pop-Rock.com



The Derek Trucks Band : "Already free"
Smells like dead spirit

jeudi 21 mai 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Within Temptation : "The heart of everything"
Duran Duran : "Astronaut"
Anaïs : "The love album"
Manic Street Preachers : "Send away the tigers"
Electric Six : "Fire"
Blink 182 : "Blink 182"
Bloc Party : "Silent Alarm"
Guns N’ Roses "Chinese Democracy"
John Cale : "Hobo sapiens"
Neon Neon : “Stainless Style”


J’ai l’habitude de gonfler mon entourage avec mes marottes musicales (et ils continuent à m’aimer, allez comprendre). Si ceux effrayés par ma passion pour le death metal ont pris la fuite depuis longtemps, les autres subissent régulièrement mes crises d’enthousiasme niais pour de vieux bouzins de Led Zeppelin, Creedence Cleerwater Revival ou des Who. Un jeune cacique du dancefloor, exaspéré par ma musique qui croule, vint un jour avec sous le bras de quoi "arrêter de nous péter les noix avec tes vieilles merdes".

En fait de cesser mes prises de boumboum antique, mon gourou du beat s’est planté. Car sa soit-disant pilule musicale a tout du revival 60’s assumé et joyeux, et pour cause. The Derek Trucks Band, donc Derek Trucks, a pour tonton un certain batteur d’un certain groupe, Butch Trucks du Allman Brothers Band. Heureux drame de l’hérédité, le neveu prend le pli, opte pour la guitare et après avoir accompagné sa légende de cogneur durant quelques années au sein du groupe sudiste, le jeune gratteux se met à son propre band.

Already free a l’accent rock, les manières blues, et l’esprit loin en arrière. Enregistré dans une plénitude totale, peu de disques peuvent se vanter d’avoir le velours aussi accueillant. Rock sudiste tontonien, soul, blues, jazz, voilà de quoi est nourri cet album, les racines dans le passé profond mais le feuillage bien vert. Sans pour autant jouer la nostalgie, Derek a tout de même opté pour une reprise du Down in the flood de Bob Dylan en guise de mise en bouche. Bien que fuyant habituellement toute espèce de réappropriation fumeuse, cette version trucksienne est parfaite, plus moderne de par la production, avec un chanteur tout droit sorti d’un vieux bouge de Louisiane (Mike Mattison, fabuleux). Mattison est d’ailleurs assez proche de Joe Cocker dans ses belles heures, un brin moins rauque, mais tout aussi expressif. Ecoutez-le à ce propos sur Down don’t bother me, bluffant le Mike.

Quant à Derek, il a un touché particulier, c’est indéniable. Même si fortement teinté de vieux blues, même si Jimmy Page a clairement joué dans son apprentissage, le jeune guitariste ne laisse à personne d’autre l’honneur de mettre en forme sa musique. Serein mais bien au fait que son nom est sur la pochette, il mène la danse tout du long, appuyé par une équipe au poil. Il reigne ici comme un étonnant souffle de positivisme, très visible sur le funky et génial Something to make you happy (fort justement baptisé de fait). Les soli de Trucks, empruntant autant au touché psyché de Jerry Garcia qu’aux dérives fameuses d’un Rory Gallagher font mouche, il est à l’aise le jeune, droit dans ses baskets et convaincu que si sa musique le botte, elle bottera le passant à coup sur.

Est-ce un hommage que cet album, je me pose la question alors que ce petit bout de blues merveilleux de Don’t miss me caresse mes écouteurs ? Hommage est un terme qui sent trop la naphtaline, ça ne colle pas avec la modernité formidable qui découle de ce disque. Derek rend au rock, au blues, à la soul ce qu’ils ont d’intemporel, d’éternel même. Sans briser un quelconque tabou, The Derek Trucks Band a probablement édité là le plus bel album de blues/rock de la décennie, sans chialer sur un passé révolu, sans taper dans la refourgue mielleuse.

Already free n’est pas un manifeste, il constate simplement que la bonne musique ne peut vieillir, qu’elle ne peut crever tant que des gamins baignés dans ce jus lui voueront une telle passion. Et lorsque ladite passion est retranscrite avec autant de sincérité, elle devient contagieuse, empoisonne délicatement les oreilles alentours. Certes, c’est pas pour autant que je quitte mes antiquités (hinhin), mais Derek apporte un sacré vent de fraicheur à ma discothèque qui commençait à intéresser les rats et les insectes nécrophages. Une pépite chaudement recommandée.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 2 contribution(s) au forum.

The Derek Trucks Band : "Already free"
(1/1) 21 mai 2009, par Julien gas




The Derek Trucks Band : "Already free"

21 mai 2009, par Julien gas [retour au début des forums]

Ouslati, l’Ysaye de pop-rock : (

[Répondre à ce message]

    The Derek Trucks Band : "Already free"

    21 mai 2009, par Vincent Ouslati [retour au début des forums]


    Ysaye Ysaye..., c’est le vieux dont vous vous foutez de la gueule à intervalles réguliers pour ses gouts poussiéreux, c’est bien ça.

    Bon, vu que je m’en branle, et de lui et de ses occupations, ton compliment je le dépose dans ma poubelle, tu ne t’en offusqueras pas j’espère.

    [Répondre à ce message]