Pop-Rock.com



The Cult : "Born into this"
Le culte des ancêtres

mardi 16 octobre 2007, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Moriarty : "Gee whiz but this is a lonesome town"
The Von Bondies : "Pawn shoppe heart"
The Ark : "Prayer for the weekend"
Graham Coxon : "Happiness in magazines"
Britney Spears : "Blackout"
Mr Oizo : "Lambs Anger"
Leonard Cohen : "Dear Heather"
The Long Blondes : "Someone to drive you home"
Sean Lennon : "Friendly Fire"
George Michael : "Patience"


Successivement figure forte de la culture goth naissante et Grand prêtre du Hard à la fin des années 80, The Cult était retombé depuis plus de quinze ans dans une profonde léthargie entrecoupée de quelques rares albums pas franchement indispensables. Après un retour passé inaperçu en 2001, jamais on n’aurait imaginé que Ian "Morrisson" Astbury et le discret Billy Duffy auraient pris la peine d’invoquer à nouveau le spectre de ce qui fut un des plus puissants groupes rock des années 80. La bête a heureusement de bien beaux restes. Si la pochette rose Winx fiche un peu la frousse, le contenu de l’album ne prête heureusement en rien à ricaner. A la question de savoir ce qu’on peut encore attendre de The Cult en 2007, la réponse est limpide : du rock, du rock et encore du rock.

Nul besoin de chercher midi à quatorze heures pour comprendre ce nouvel album : The Cult ne prétend pas aujourd’hui révolutionner quoi que ce soit, faire assaut de décibels ou démontrer à tous les goths amateurs qu’il avait exploré ces rivages-là bien avant que l’idée de mettre leur spleen en musique ne les effleurent. Oubliez donc la superproduction metal conquérante de la seconde moitié des années 80. Oubliez aussi les tendances sombres et mystiques des origines, qu’on avait retrouvées, plus grossièrement taillées, sur le Beyond good & evil de 2001. The Cult donne aujourd’hui dans cette sphère rock aux contours incertains où on retrouve tout autant Audioslave que Velvet Revolver, ces formations qui nient énergiquement toute accointance avec le metal par crainte du ridicule, mais n’iraient pas pour autant frayer avec les rockeurs garage ou les brit-popeux hyperkinétiques. The Cult se contente de poser comme une évidence le fait qu’ils soient toujours dans la course au travers d’un album qui devrait les dispenser de toute justification ultérieure.

Si la ballade Holy mountain renoue malheureusement avec la longue tradition de la mélopée fadasse casée dans un coin juste pour qu’on puisse trouver à s’en plaindre, il s’agit cependant de l’unique véritable faute de goût de cette très bonne cuvée 2007. D’excellentes pièces comme Born into this ou encore le basique mais diaboliquement efficace Dirty little rockstar permettent au groupe britannique de tenir son rang avec brio. Techniquement irréprochable, The Cult ne verse jamais dans le cliché ou la facilité.

Le principal reproche que l’on puisse adresser à ce Born into this concerne sa relative homogénéité et un très léger manque de charisme. Sur ce huitième album studio, l’unique chose à se faire plus rare que des titres décevants, ce sont des titres réellement légendaires. A son heure de gloire, The Cult a toujours réussi le tour de force de doter la moindre de ses chansons d’atmosphères ténébreuses et mystiques. A présent, les compositions du groupe restent parfois un peu trop carrées et conventionnelles. D’ailleurs, si la voix toujours aussi impériale de Ian Astbury ne nous rappelait pas régulièrement à l’ordre, on pourrait oublier l’espace d’un instant à qui on a affaire. On réprimera tout de même quelques frissons face à ce Tiger in the sun qui fait fugacement rejaillir tout ce qui fit jadis de The Cult une formation à nulle autre pareille. De même, Sound of destruction ne passe pas loin du chef-d’œuvre. Mais bon, c’est vraiment pour ergoter un peu, pour jouer au vieux réac et grogner que tout de même, Sonic temple et Electric, c’était quand même autre chose. Dans l’ensemble, Born into this s’impose comme un album de rock aussi brillant qu’efficace, qui nous fait dire que Astbury n’a décidément pas perdu au change en abandonnant les Doors reformés (ou exhumés ?) et en réanimant les cendres de son premier groupe.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

The Cult : "Born into this"
(1/2) 24 octobre 2015
The Cult : "Born into this"
(2/2) 17 octobre 2007, par David Cult




The Cult : "Born into this"

24 octobre 2015 [retour au début des forums]

Though the name of the band may not be as good as what we think, but their music is an exception. - Quick Leonard Kieffer

[Répondre à ce message]

The Cult : "Born into this"

17 octobre 2007, par David Cult [retour au début des forums]

Pas complètement d’accord avec la chronique...Fan des Cults depuis l’origine, j’ai suivi l’évolution avec grand intérêt avec un pic ultime qu’à été ELECTRIC...
Ce nouvel album est moitié raté, la première partie et moitié réussi, la deuxième...
La partie ratée est très décevante...chansons peux construites et mollassonnes, parfois un peu longues...Ne me dites pas que Dirty Little Rockstar est une bonne chanson !!! Le riff est pompé sur Undercover of the night des Stones...qui n’est pas du très bon Stones en plus...
La deuxième partie rappelle le meilleur des Cults, hybride entre Sonic Temple et Electric...et dans la version "Savages" de l’album, les 2 Bonus sont parfois meilleurs que certains titres de la première moitié...
Alors au final, déçu, en plus, pas de dates françaises à l’horizon...

[Répondre à ce message]