Pop-Rock.com



The Corrs : "Borrowed Heaven"
Panique celtique ?

jeudi 9 septembre 2004, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Gary Numan : "Pure"
David Usher : "Strange birds"
Pet Shop Boys : "Yes"
Jon Auer : "Songs from the year of our demise"
Get Cape. Wear Cape. Fly : "The chronicles of a Bohemian teenager"
Tracey Thorn : "Out of the woods"
Spleen : "Spleen"
Black : "Between two churches"
Status Quo : "The party ain’t over yet"
The Warlocks : "Surgery"


Souvenez vous : en 1996, une comète celtique frappait le continent européen. Les Corrs, formation pop-rock composée de quatre frères et soeurs, se hissaient en tête des ventes avec leurs jolies mélodies troussées au fiddle et à la harpe celtique. En pleine expansion et redécouverte populaire du folklore celte, l’album tombait évidemment à pic. Et à défaut de proposer quelque chose de réellement surhumain, l’album charmait par sa fraîcheur, la voix limpide d’Andréa Corr et ces superbes mélodies qui semblaient provenir du fond des âges.

Talk on corners avait continué sur la même lancée, avant que ne se produise le dérapage, encore inexpliqué à ce jour, d’In blue. Un véritable gâchis, il n’y a pas d’autre mot. Opérant un incompréhensible virage à 180°, les Corrs avaient épuré leur musique de tout ce qui constituait sa spécificité irlandaise, rajouté de l’électro ici et là, et étaient devenus un quelconque groupe pop mainstream, certes pas pire qu’un autre, mais pas meilleur non plus. Borrowed Heaven arrive heureusement à temps pour redresser un chouïa la barre.

Si le single Summer sunshine pourrait faire croire que le groupe n’a pas tiré les leçons de ses errements passés, Borrowed Heaven s’applique à recoller les débris, en proposant à la fois des titres pop formatés pour les radios commerciales, et quelques ballades plus en phase avec les origines géographiques du groupe. Hideaway ou Long night, sans être d’un éclat particulier, retrouvent déjà plus de cette luminosité irlandaise qui faisait tant défaut à l’album précédent. Et il ne s’agit pas uniquement de l’utilisation parcimonieuse des instruments traditionnels. Non, on a affaire à quelque chose de diffus dans la voix, certaines intonations particulières, bref, quelque chose d’impalpable qui réside dans l’âme même du morceau.

Confidence, Humdrum ou même Angel, écartelé entre un joli passage traditionnel et un style résolument moderne, se placent dans le registre de la pop efficace et grand public. Mais dans ce domaine, malgré des talents de mélodistes très honnêtes, les Corrs ne sont pas supérieurs à d’autres. A l’opposé de ces chansons quelque peu convenues, Silver strand est une superbe ballade instrumentale dominée par le violon de Sharon Corr et le Tin whistle d’Andrea, tandis que Time enough for tears, écrite avec Bono, s’en tire un peu moins bien. De quoi espérer que leurs prochaines productions renoueront plus efficacement avec leur style initial.

Les Corrs proposent aujourd’hui une nouvelle livraison agréable à tous points de vue, correctement dosée entre tubes capitalisables et envolées irlandaises, sans pour autant rééditer la très belle surprise de Forgiven not forgotten. En somme, charmant mais pas vraiment envoûtant.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

> The Corrs : "Borrowed Heaven"
(1/2) 17 mars 2005, par lkj
> The Corrs : "Borrowed Heaven"
(2/2) 10 décembre 2004, par OTAKING




> The Corrs : "Borrowed Heaven"

17 mars 2005, par lkj [retour au début des forums]

Ah ouais quand même.Tss tss.

(ou comment faire prendre des vessies pour des lanternes).

Merci M.Lenglet, ce que vous écrivez est fascinant.

Vous avez raison : merde au politiquement correct !
Vous êtes un de mes Dieu (on ne vous a jamais dis que vous ressembliez à Josh Homme ?).

[Répondre à ce message]

> The Corrs : "Borrowed Heaven"

10 décembre 2004, par OTAKING [retour au début des forums]
Retrouvez mon site welcom.fr.tc

je suis de ton avis j’adorer le scorrs mais hélas ce n’est plus trop ca !!BH redore un peu leurs lettres de noblesse !

[Répondre à ce message]