Pop-Rock.com



The Beatles : "Let it be...Naked"
Leçon de Marketing

vendredi 29 décembre 2006, par Laurent Bianchi

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Futureheads : "The Futureheads"
Birdy Nam Nam : "Manual for Successful Rioting"
Menomena : "Friend and foe"
The Good, The Bad & The Queen : "The Good, The Bad & The Queen"
Cecilia Eyes : "Mountain tops are sometimes closer to the moon"
Patrick Watson : "Close to paradise"
Crowded House : "Time on earth"
HushPuppies : "Silence is golden"
Kaiser Chiefs : "Yours truly, angry mob"
Editors : "In this light and on this evening"


The Beatles est un grand groupe. Le plus grand ? C’est clair... Du coup, les maisons de disques, qui traversent des temps plus que difficiles (si si, je vous assure, il paraît qu’il y a plein de gens qui passent leur temps à télécharger sur le net et à copier des CD), se disent que l’on peut publier à peu près ce que l’on veut, pourvu que ça porte la marque du groupe de Liverpool, car on est sûr d’une chose : il se vendra, quelle qu’en soit sa qualité... A moins d’être un méga-mordu des Beatles, ce disque est, comme la plupart de ceux parus depuis une dizaine d’années : dispensable.

Je me suis fait avoir. Et beaucoup vont se faire avoir. Beaucoup vont avoir de fausses joies en écoutant ce CD, pur produit des maisons de disques très intéressées par votre portefeuille. Il s’agit du Beatles de l’année 2003, puisque chaque année nous réserve son lot de nouvelles trouvailles sur le groupe (et 2006 ne fait pas exception avec Love). Alors ce disque-ci n’échappe pas au phénomène, loin de là, et son seul argument de vente est de dire "ah, ce disque a été retravaillé par John Lennon (sur qui l’ombre de la méchante Yoko Ono trône constamment), qui a rajouté sans le dire aux autres (ô le méchant !) un orchestre symphonique, des choeurs et des dialogues aux titres enregistrés par la bande. Qu’est-ce que c’est que cette histoire, demanderez-vous avec raison. Cet album a été enregistré en janvier 1969 mais n’est sorti qu’une fois que le groupe avait splitté, en 1970, et après le formidable Abbey Road, pourtant enregistré par après. Vous suivez ?

Les violons qui ont fait de Phil Spector l’un des producteurs les plus connus et reconnus ont ici été effacés afin de ne garder que ce que le quator (aidé par Billy Preston aux claviers) avait "réellement" enregistré. La messe est dite. N’est-il pas plus intéressant d’écouter les quatre lascards simplement jouer de leurs instruments en studio ? Mais qu’attendre au fait en écoutant ce disque, Let it be... Naked ? Un son plus pur ? Un son plus brut ? Plus nu ? Une vérité que l’on nous aurait cachée ? Car c’est véritablement la question que l’on doit se poser. Que pensez-vous que cette version va apporter à votre approche du plus grand groupe de pop de tous les temps ?

Et bien, pas grand-chose à vrai dire. Et ce n’est pas étonnant. On se rend plutôt compte que John Lennon avait eu une riche idée en faisant appel à Phil Spector (on s’en rend compte notamment sur The long and winding road), qui venait juste de produire pour lui Instant Karma. Alors la version servie ici perd un peu de sa magie, celle que l’on connaissait déjà. Et tout ce que l’on peut se dire c’est "ah, je suis content, j’ai à présent deux versions du même album, l’un "naked" l’autre comportant une post-production (d’enfer). Sans dénier le grand talent de Paul McCartney, cet événement ne fait que conforter encore une fois ma conviction que John Lennon était celui que je préférais dans les Beatles. C’est d’ailleurs le seul dont la carrière solo soit véritablement passionnante, mais là je ne fais que donner mon avis... subjectif, forcément.

Un des disques (double en plus) qui m’a le plus déçu c’est cette ignoble Anthology des mêmes Beatles. Mais si, souvenez-vous, c’était en 1997, avec le tube Free as a bird, trouvé dans une cave et comportant plusieurs titres en mono, entrecoupés de leurs interventions télévisées... Insipide. Le deuxième CD, Fly on the Wall, qui accompagne Let it Be...Naked comporte des moments "formidables" (entre quelques poignées de secondes jusqu’à 1 minute 32 !) de quatre grands types en répète, entrecoupés des bribes de dialogues en studio... Insipide.

Je me suis fait avoir. Je vous aurai prévenu. D’ici à ce qu’on nous serve des films sans post-production, ça promet...

PS : A propos, le disque est Copy Controlled. Etonnant, non ?



Répondre à cet article

Laurent Bianchi





Il y a 12 contribution(s) au forum.

The Beatles : "Let it be...Naked"
(1/5) 19 juin 2007
The Beatles : "Let it be...Naked"
(2/5) 2 janvier 2007
The Beatles : "Let it be...Naked"
(3/5) 29 décembre 2006
The Beatles : "Let it be...Naked"
(4/5) 29 décembre 2006, par dionycos
The Beatles : "Let it be...Naked"
(5/5) 29 décembre 2006




The Beatles : "Let it be...Naked"

19 juin 2007 [retour au début des forums]

John Lennon, le seul à la carrière solo intéressante ???!!!
Non mais c’est quoi cette affirmation insensée ??? Attend t’as déjà écouté All Things Must Pass de George Harisson, c’est bien meilleur que Imagine par exemple, bon album qui a surtout le mérite de comporter LE tube. Lennon a fait une carrière solo intéressante, mais celle de George est tout simplement exceptionnelle.

Si non, à propos de ce disque, tout le surplus insupportable que nous avait infligée la prod de Spector est enlevé, et en plus on a le droit a une chanson tout simplement sublime : Don’t Let Me Down.

[Répondre à ce message]

The Beatles : "Let it be...Naked"

2 janvier 2007 [retour au début des forums]

Il m’avait semblé avoir lu et entendu à la sortie de ce disque, que ce n’est pas Lennon qui a commandé les arrangements de l’album original, mais G.Martin, et que c’est Mc.Cartney qui souhaitait sortir la version épurée, telle qu’ils la souhaitaient, et non pas la maison de disque (même si l’appât du gain l’a certainement aussi motivé)...

[Répondre à ce message]

    The Beatles : "Let it be...Naked"

    2 janvier 2007 [retour au début des forums]


    Possible, le Bianchi n’est pas à une couille près...

    [Répondre à ce message]

      The Beatles : "Let it be...Naked"

      2 janvier 2007 [retour au début des forums]


      oui bizarre de lire ceci, ce serait plutôt l’inverse, je voyais le coté très orchestral plus du gout de Mc.Cartney d’après leurs carrières post Beatles, Lennon plutôt "folk" et à l’essentiel, et Mc.Cartney plus amateur de cordes, cuivres etc. et d’arrangements plus sophistiqués...

      [Répondre à ce message]

        The Beatles : "Let it be...Naked"

        2 janvier 2007 [retour au début des forums]


        "L’événement déclaré de la fin 2003 se nomme Let It Be, « tel qu’il avait été conçu », selon l’étiquette en anglais, et « tel que les Beatles le voulaient », pour le marché français : une version remaniée de l’album Let It Be, réalisé en 1969 et paru en 1970, après la séparation officielle des Beatles. Un retour au son des débuts du groupe, sans arrangements orchestraux ni expérimentations. De la musique jouée et enregistrée façon quatre copains dans un garage de Liverpool.

        A l’époque, le projet des Beatles, qui s’intitulait Get Back, avait vite été rattrapé par les contraintes, la pression d’un tournage destiné à immortaliser l’événement et les querelles d’ego entre McCartney et Lennon. Get Back avait été abandonné en route et les Beatles s’étaient tournés vers leur album Abbey Road (paru en 1969). Sans prévenir les autres, Lennon avait confié les bandes de Get Back au producteur américain Phil Spector, l’inventeur du « mur du son », avec lequel il venait d’enregistrer le tube Instant Karma."

        La « beatlemania » envahit toujours libraires et disquaires
        Article paru dans l’édition du Monde du 21.12.03

        [Répondre à ce message]

The Beatles : "Let it be...Naked"

29 décembre 2006 [retour au début des forums]

The Beatles, The Who... Il faut reconnaître une qualité à ce zine, il n’oublie pas les classiques !

[Répondre à ce message]

The Beatles : "Let it be...Naked"

29 décembre 2006, par dionycos [retour au début des forums]

Ce disque est au contraire carrément INdispensable pour nimporte quel fan des Beatles.
Car cette version "Naked" n’est autre que le disque tel qu’il était souhaité par ses créateurs , dénuée de toute production larmoyante et agassante (grrr les violons).

Redécouvrir Across The Universe ou bien The Long and winding road dans ces versions épurées est un pur bonheur.

[Répondre à ce message]

The Beatles : "Let it be...Naked"

29 décembre 2006 [retour au début des forums]

Bonjour,

Quelques remarques par rapport à votre article. En mettant de coté l’aspect marketing du disque je vous trouve tres sévère. Passionné de son, de studio, et de materiel musical j’ai largement trouvé mon compte dans ce disque. Pourquoi ? Car ayant travaillé en studio et autre, je suis bien placé pour savoir que la post production prend une place prépondérante dans les disques d’aujourd’hui. Parfois c’est à la limite si on ne reconnait pas les pistes enregistrées par les membres du groupe... noyées sous la masse d’arragements divers (bah oui faut mettre des violons de partout pour faire pleurer...)

Or ici on nous propose les pistes brutes enregistrées à l’époque. Attention je ne critiques pas les arragements de cordes puisqu’ils étaient fabuleux bien évidemment MAIS j’ai vraiment apprecié ce disque dans un contexte purement technique et sonore. Le fait de se dire "voila ce que les beatles avait en main une fois sorti du studio, avant les arragements de cordes"... moi perso ce genre de choses j’adore, se remettre dans un contexte etc...

C’est sur ça coute 20€. Mais je n’ai pas eu cette impression de me faire voler. Je n’ai pas encore écouté "Love" mais j’ai plus de doutes sur celui ci.

[Répondre à ce message]

    The Beatles : "Let it be...Naked"

    29 décembre 2006, par Thor [retour au début des forums]


    D’accord avec toi, mais tu imagines bien que le commun des gens qui achetent des cd ne sont pas aussi passionnés de son etc. Pour l’amateur de musique lambda je suis assez d’accord avec le fait que cet album soit dispensable.

    [Répondre à ce message]

      The Beatles : "Let it be...Naked"

      30 décembre 2006, par Rens [retour au début des forums]


      oui, je trouve la critique plutôt sévère aussi. Surtout en ce qui concerne les anthology qui, pour moi, sont de vrais coffres à trésor, on y découvre un groupe génial qui fourmie d’idées innovantes, et certaines versions sont meilleures que les orginiales. La chanson free as a bird a, il est vrai, été soumise à moult critiques, mais la qualité de la composition et belle et bien digne d’un Beatles de l’époque et à chaque fois que je l’entends, je ne peux m’empêcher de me dire "non di dju, cette musiue est éternelle, même si on la retraficote dans tous les sens pour la rendre écoutable et surtout vendable".
      Voilà voilà !
      Bonne année !

      [Répondre à ce message]