Pop-Rock.com



Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"
Oh, la belle paire !

jeudi 3 mars 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Billy Idol : "Devil’s playground"
Dial : "Synchronized"
Staind : "Chapter V"
Sharko : "Meeuws 2"
Alice Cooper : "Dirty diamonds"
Status Quo : "The party ain’t over yet"
Dawn Landes : "Fireproof"
The Butterfly Effect : "Imago"
The Mars Volta : "The Bedlam in Goliath"
Frank Black & The Catholics : "Show me your tears"


Chose promise, chose dûe : il y a quelques jours, nous vous parlions du retour imminent (et déjà effectué en Amérique du Nord) de nos deux acolytes de Bath, j’ai nommé Curt Smith, visage d’ange et voix fragile, et Roland Orzabal, force créatrice et caractère de cochon. Mais si, vous vous rappelez de titres comme Shout, Everybody wants to rule the world ou Sowing the seeds of love... Et bien moi, j’avais peur qu’on tombe dans un énième glaviot estampillé "le retour du groupe des années 80", mais heureusement, il n’en est rien.

Sur la B.O. de Donnie Darko, la reprise de Mad world avait bien préparé le terrain... La formation Tears For Fears n’a jamais disparu de la circulation, bien que Smith et Orzabal se soient séparés au tout début des années 90, et en de très mauvais termes, qui plus est - si ma mémoire est bonne, Smith reprochait à Orzabal ses obsessions astrologiques, et ce dernier reprochait à Smith d’avoir couché avec sa petite amie. Après ce divorce avec pertes et fracas, la maison de disques sortit un Tears Roll Down : The Greatest Hits afin de racler les fonds de tiroir, considérant que les années de gloire du groupe britannique, autrefois influencé par la théorie du cri primal d’Arthur Janov, n’étaient plus qu’un doux souvenir, une sorte de madeleine de Proust new wave pour radios locales.

Pourtant, Roland Orzabal continua l’aventure seul, et sortir en tout trois albums sous le nom de Tears For Fears : le très très bon Elemental en 1993 (qui contient le tube Break it down again), le conceptuel Raoul and the Kings of Spain en 1995 (qui vit Orzabal plonger vers ses racines espagnoles avec classe et sens artistique) et une compilation d’inédits, le Saturnine martial and lunatic de 1996. Puis en 2001, Roland Orzabal osa même enregistrer un album sous son propre nom, intitulé Tomcats screaming outside, qui est d’ailleurs un très bon compromis entre rock et électro. Quant à Smith, après un album solo catastrophique, il se lança dans la pop-rock britannique avec son groupe Mayfield.

Finalement, en 2002, les rumeurs commencèrent à aller bon train : Smith et Orzabal avaient diné ensemble au bout d’une bonne dizaine d’années de guerre froide (ils se lançaient des pics par chansons interposées). Les deux comparses finirent par se mettre d’accord pour retravailler ensemble, et voilà le résultat. Un album qui mélange pas mal de choses, mais qui reste dans l’ensemble réellement honorable et bien ficelé. Closest thing to heaven ou Everybody loves a happy ending nous rappellent au bon souvenir de l’album Seeds of love de 1989, mais Call me mellow, Quiet ones ou Ladybird sont du Roland Orzabal tout craché. Cet album cache également des perles bien plus progressives, comme le mystique Who killed tangerine ? ou le jazzy Last days on earth, et globalement, la tonalité pop-rock de l’album reste tout de même formatée pour les ondes nord-américaines - je vais pas vous raconter ma vie, mais quand j’étais en Floride cet été, Call me mellow et Closest thing to Heaven n’en finissaient plus de tourner en boucle. De gentilles ballades viennent saupoudrer le tout d’une sorte d’agréable nostalgie, notamment Size of sorrow et Who you are (toutes deux chantées par Curt Smith).

Seul bémol : la pochette est vraiment très moche. Mélanger du mauvais Dali et des motifs de cartes de vœux n’était pas forcément une riche idée... En tout et pour tout, les Tears For Fears "reviennent" avec un album globalement bon, voire très bon pour certains morceaux, mais on reste un peu sur sa faim. Pour ma part, je reste déçu du fait qu’il n’y ait pas plus d’expérimentations - alors que l’album solo de Roland Orzabal pouvait laisser penser que le groupe britannique n’allait pas forcément se laisser aller à la facilité radiophonique. Mais bon, les titres restent agréables, et l’album charme très facilement - un peu trop ?



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 15 contribution(s) au forum.

Tears For Fears : c’est plutot vieux mais....
(1/5) 3 octobre 2006, par ALice
Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"
(2/5) 19 juillet 2006, par nico
> Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"
(3/5) 6 mars 2005
> Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"
(4/5) 4 mars 2005, par Kao
> Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"
(5/5) 3 mars 2005, par Tommy




Tears For Fears : c’est plutot vieux mais....

3 octobre 2006, par ALice [retour au début des forums]

salut a tous !!
Je sais, j’arrive un peu tard....ou non ?

Je me présente ,Alice ,j’ai 19ans et j’ai connu le groupe Tears for fears grace au groupe Savage Garden. Quelqu’un connait ??
J’explique brièvement : c un groupe (maintenant séparé) composé d’un chanteur"Darren Hayes" et d’un musicien"Daniel Jones" (au combien fort) concu depuis 1997 et ke j’aime profondèment.
Vous me direz, le rapport ? c’est simple j’ai appris que Daniel Jones aimait Tears for fears. Donc je m’y suis interressée.
Et j’ai aimé à mon tour !

Je ne connait pas les détails et les humeurs de chacun du groupe.. no "interets" for me.

Il y a 2ans, j’ai découvert (dans ma médiatheque communale) un CD de Roland solo : "Tomcat’s screaming outside" et j’ai adoré !! C’est le son qui me va le plus.
D’ailleurs j’ai entendu un des titres dans la fameuse série "les experts LV" y’a pas longtemps !!

=>Je suis heureuse qu’ils se soient retrouvés, j’espere au sommet. je cours acheté ce disque !

Suis-je déçu de ne pas avoir connu cette époque 80’s ? oh yes
Si vous avez des questions...

[Répondre à ce message]

Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"

19 juillet 2006, par nico [retour au début des forums]

Bonjour Je ne suis pas du tout d’accord avec votre propos, disant que Curt Smith a produit un album solo catastrophique avant MAYFIELD... (Allusion à SOUL ON BOARD je présume)
Bien au contraire, cet album est riche de mélodies ciselées et d’un chant magnifique chansons après chansons...
C’est une oeuvre vraiment attanchante au fil des écoutes, et l’émotion est au RDV... Seul bémol, c’est vrai que les textes sont un peu mièvres, même s’ils passent trsè bien dans la voix désarmante et désarmé de Curt...

A bon entendeur, salut

[Répondre à ce message]

> Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"

6 mars 2005 [retour au début des forums]

TOUT SIMPLEMENT SUPERBE !
Particulièrement who Killed Tangerine,The Devil et Closest Thing to Heaven..
Ce dernier est aussi le nouveau single sorti fin Février en Angleterre comprend des Remixes qui valent le détour !
Visitez le site pour les dernières infos !

[Répondre à ce message]

> Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"

4 mars 2005, par Kao [retour au début des forums]

Who killed tangerine ?

Tangerine Dream ???

[Répondre à ce message]

> Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"

3 mars 2005, par Tommy [retour au début des forums]

> Smith et Orzabal avaient diné ensemble au bout d’une bonne dizaine d’années de guerre froide (ils se lançaient des pics par chansons interposées).

Volontaire ou pas, l’utilisation des pics dans cette phrase m’a fait débuter la journée par un éclat de rire !

[Répondre à ce message]