Pop-Rock.com



Team Sleep : "Team Sleep"
Le jardin secret de Chino

mardi 16 août 2005, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Beatles : "Let it be...Naked"
Kelly de Martino : "Honest"
The Fray : "The Fray"
Carla Bruni : "Comme si de rien n’était"
Institute : "Distort yourself"
Elton John : "Peachtree road"
Norah Jones : "Feels like home"
Depeche Mode : "Playing the angel"
Nephew : "Danmark/Denmark"
Piers Faccini : "Tearing sky"


Cela fait quelques années déjà que la rumeur de l’émergence de Team Sleep était nourrie constamment auprès des fans des Deftones. Même pendant l’enregistrement du dernier album du groupe, Chino Moreno travaillait parfois sur quelques chansons destinées à un projet parallèle. Bien loin du metal pachydermique de son premier bébé, Chino s’octroie ici le droit de s’inspirer de ses influences new wave pour livrer un album plus éthéré et plus expérimental, produit entre autres par Ross Robinson (ceux qui ont entendu parler de The Cure apprécieront...).

L’hypersensibilité du chanteur aux origines latines n’est plus un secret pour personne. Et c’est ici le vecteur principal de la musique de ce combo qui se permet des escapades bien loin du rock alternatif américain plus traditionnel dont on inonde nos radios. J’en veux pour preuve le poignant single Ever (Foreign flag) qui se drape d’une sensibilité à fleur de peau, et qui n’a rien à voir avec les super-productions destinées à conquérir nos ondes. Sur quelques titres, notamment Princeton review, Chino passe le micro à Rob Crow du groupe Pinback, entonnant même avec lui un impressionnant duo sur Our ride to the rectory, Chino laissant exploser une sorte de douleur impénétrable, tandis que Rob lui donne la réplique pendant le refrain, comme pour tenter de le calmer et d’emporter la chanson vers des sommets plus sereins. Ici, on sent que la profondeur fait mouche, et qu’elle est surtout une spécialité maison.

Les textes de Chino sont toujours aussi torturés, mais la dimension plus personnelle et plus intimiste de Team Sleep leur donne une dimension très particulière, le genre de dimension que l’on ressent en écoutant cet album tout seul, dans sa chambre - comme certains albums de new wave qui ne se laissent que très difficilement partager dans une assemblée, même restreinte. Sur Tomb of Liegia, c’est Mary Timony, échappée de la formation Helium, qui pose une voix lascive et faussement innocente sur un beat crade qui rappelle bien plus la trip-hop britannique de Portishead que le métal alternatif des Deftones. D’un bout à l’autre de ce premier opus éponyme se développent des atmosphères fragiles et nocturnes, et même si l’on sait que Chino a toujours été un amateur de groupes à vocation plutôt sombre (les Deftones ont notamment repris To have and to hold et Sweetest perfection de Depeche Mode ou encore Nightboat de Duran Duran), le travail d’orfèvre effectué sur cet album à de quoi surprendre, tant on y rencontres samples, claviers et programmations rythmiques minimalistes. Même les guitares se font plus timides, et des morceaux comme Ataraxia se font porter par des basses synthétiques ronflantes et presque fantomatiques ; à l’inverse, Your skull is red porte sur lui la marque des escapades métalliques chères à Chino.

On a du mal à se lasser de cet album si étrange qui vous touche droit au cœur et s’écoute d’une traite, et on ne peut s’empêcher de penser au ténébreux Adore des Smashing Pumpkins, aussi bien dans la production que dans les ambiances humides et désespérées qui se dégagent des mélodies. Aucun doute que Chino possède tous les atouts pour devenir un artiste créatif et éclectique, aux choix certainement mieux maîtrisés et plus artisanaux que ceux de Billy Corgan. Certains morceaux sont habillés d’une sorte de lumière pâle, comme Elizabeth ou encore le terminal 11/11, qui semblent tenter de faire pénétrer une sorte d’espoir dans l’album, et qui rappellent à plusieurs égards les expériences progressives des derniers albums de Talk Talk. Côté visuel, on remarquera que la pochette élégante et désabusée n’est pas sans rappeler les visuels des dandys de Roxy Music. Voici en tout cas un album qui mérite amplement un aller simple pour aller se poster directement dans la petite foule des meilleurs albums de l’année, non seulement pour son originalité assez marquante, mais également pour ses aspects authentiques et sincères. Et ce faisant, l’ami Chino s’impose très humblement comme une des personnalités musicales à surveiller de très près pendant les années à venir.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 7 contribution(s) au forum.

Team Sleep : "Team Sleep"
(1/2) 3 novembre 2012, par cherrin
> Team Sleep : "Team Sleep"
(2/2) 24 août 2005, par Laurent Bianchi




Team Sleep : "Team Sleep"

3 novembre 2012, par cherrin [retour au début des forums]

Buy high quality Cell phone wholesale & Accessories directly from top Chinese reliable Cell Phones & Accessories wholesalers on DHgate.com with free ...
best tablet pc 2012 are quickly becoming the ultimate computing device. They combine the functionality of a notebook with the convenience of a slate tablet to deliver a ...

[Répondre à ce message]

> Team Sleep : "Team Sleep"

24 août 2005, par Laurent Bianchi [retour au début des forums]

Ni plus ni moins qu’un des meilleurs albums de cette année 2005. Longtemsp attendu, mais ça en valait la peine. Juste un peu déçu que la plage avec Mike Patton n’est pas été retenue J’aimerai bien voir ce que ça donnait.

Le genre d’album dont on ne peut pas se séparer pendant 1 mois. J’ai passé grâce à lui un très bon mois de juin ;-)

[Répondre à ce message]

    > Team Sleep : "Team Sleep"

    24 août 2005, par Albin Wagener [retour au début des forums]


    je suis bein d’accord... moi c’est mon mois d’août qui en est énormément imprégné... dommage qu’il passe autant inaperçu en Europe, en même temps ça lui donne un cachet de "trésor caché" qui n’est pas pour me déplaire. _ ; )

    mais c’est vrai que team sleep gagne à être connu. "ever" me procure toujours autant de frissons...

    [Répondre à ce message]

    > Team Sleep : "Team Sleep"

    24 août 2005, par charlotte [retour au début des forums]


    Hey, Laurent B., t’es de retour sur pop ? ^^

    [Répondre à ce message]

      > Team Sleep : "Team Sleep"

      24 août 2005, par Laurent Bianchi [retour au début des forums]


      Ouais !

      ça t’étonne ?

      [Répondre à ce message]

        > Team Sleep : "Team Sleep"

        25 août 2005, par Albin Wagener [retour au début des forums]


        le retour de l’enfant prodigue !

         :)

        [Répondre à ce message]

          > Team Sleep : "Team Sleep"

          12 octobre 2005, par Ugly in the morning [retour au début des forums]


          C’est en véritable curieux que je me suis dirigé vers cet album (comme tout bon fan de deftones, il ne faut pas se le cacher)
          Voilà un belle preuve que Sir Moreno a plus d’une corde a son arc.
          Les titres s’enchainent paisiblement voire sensuellement (si si !) telle une berceuse pour adulte, comme quoi l’amateur de rock que je suis peut s’approprier ce genre de musique tendant vers l’electro.
          C’est un peu déconcertant de prime abord, mais on se laisse ensuite facilement envouter par les rythmes planant ou plus saccadés, recherchant la moindre parcelle ouverte de sensibilité offerte par ce compositeur de talent (prochain electon libre à la Mike Patton ?).

          Ceux qui comme moi cherchaient une alternative à deftones seront heureux, car il s’agit bien du meme chanteur (il n’est pas le seul sur l’album) mais dans un tout autre registre, celui se rapprochant plus de l’emotionel moins enragé certes mais bien présent.

          Encore une fois, il faut écouter (et en entier) pour se donner une idée... et j’insiste.

          Dans tous les cas, c’est une belle découverte que nous offre Chino Moreno et ses compères.

          [Répondre à ce message]