Pop-Rock.com



Suzi Quatro : "Back to the drive"
Lutte contre le vieillissement

dimanche 19 novembre 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Mud Flow : "A life on standby"
Émilie Simon : "The big machine"
Tina Dickow : "Count to ten"
Deine Lakaien : "White lies"
Immune : "Not until morning"
Late of the Pier : "Fantasy Black Channel"
Superbus : "Pop’n gum"
Dot Allison : "We are science"
Rajna : "Yahili"
The Dead Weather : "Horehound"


Il arrive que la nouvelle du retour aux affaires d’une antiquité du rock suscite plus d’incrédulité que de curiosité bien intentionnée. Soit que l’actualité la plus récente de l’intéressée remonte à un temps que les moins de 30 ans ne peuvent pas connaître, soit que ses principales prouesses tiennent à un ou deux singles marquants mais certainement pas à une poussiéreuse réputation de formation culte. Malheureusement pour elle, Suzi Quatro cumule les deux tares à la fois. Et pourtant, ce grrrrand retour d’une des grand-mères indignes du rock se laissera apprécier avec paresse par tout ceux qui ne crachent jamais sur un bonne petite fournée de son à l’ancienne.

Surfant sur la vague glam, Quatro, Suzi Quatrocchio de son vrai nom, connut une succès aussi bref que foudroyant durant la première moitié des années 70. A partir du tube Can the can en 1973, les succès s’enchaînèrent sans discontinuer à travers l’Europe et l’Australie. Aux Etats-Unis, son pays natal éternellement hermétique au glam, Quatro connut autant de succès que T-Rex, c’est-à-dire pratiquement aucun. Ses seules percées notables furent un duo mineur en 1978 (Stumblin’in avec Chris Norman) et surtout, le rôle de Leather Tuscaredo dans Happy Days. De toute façon, dès 1975, le glam chutait de son piédestal et les tentatives postérieures de Suzy Quatro de virer Hard-FM et country-rock ne rencontrèrent aucun écho parmi le public.

Dès lors, cela vaut-il vraiment la peine de s’attarder sur une livraison dont tout indique qu’elle sera en total décalage avec l’actualité ? Après tout, pourquoi pas ? N’oublions pas que Quatro, avec Chrissie Hynde des Pretenders, Patti Smith et quelques autres furies emballées dans du cuir reste une des premières Riot-girls référencées, l’une de ces pionnières à avoir prouvé que le rock pouvait se décliner au féminin tout en conservant son énergie primitive, sans jamais passer par la case "respectabilité" ou "jeune fille de bonne famille".

Reste qu’avec ou sans ce haut-fait d’armes involontaire, on se demande quand même ce qu’une chanteuse qui vient de passer plus de 20 ans dans une semi obscurité pourrait bien avoir à offrir. Ne cherchez pas midi à quatorze heures, la réponse est bête comme un groupe de rock wallon : la même chose qu’à l’époque, sauf qu’aujourd’hui, ce genre de rock clinquant ne fait l’unanimité que par le dégoût prononcé des amateurs de bienséance musicale. A compter de cette information, une bonne partie d’entre vous nous auront déjà quitté cette chronique, persuadés - à raison - que Back to the drive incarne les pires travers d’une décennie dont tout le monde aimerait oublier jusqu’au souvenir. Pour les autres, suivez le guide, c’est par ici qu’on s’amuse.

En dehors de l’excellente plage d’ouverture (Back the drive) dont le rythme ressemble à s’y méprendre au vieux Can the can rajeuni de 30 ans, Suzi Quatro a préféré présenter de nouveaux titres qui s’apparentent davantage à ce qu’elle composait durant sa lente plongée dans l’oubli. Qu’importe : si le rock est censé être fun et sans prise du tête intempestive, force est de reconnaître que Suzi Quatro sait y faire ! Le très pimpant I walked through the fire pourrait en remontrer à Pat Benatar ou Vixen, tandis que Dancing in the wind retrouve l’instantanéité d’un vieux morceau de Kiss, tics folk et country mis à part. Les inévitables ballades sentimentales viennent ralentir un peu la cadence sur la au terme de l’album, mais elles ne suscitent pas de commentaires particuliers, en dehors de l’éploré Free this butterfly, qui a au moins le mérite d’être une méthode originale pour demander le divorce. Suzi Quatro peut également s’enorgueillir de livrer un version du Keep on rockin’ in a free world de Neil Young nettement plus enfiévrée que l’originale.

Evidemment, on ne navigue pas ici dans le domaine de l’album dont il est de bon ton de dire du bien. Back to the drive est primaire, pas original pour deux sous, bêtement simpliste et presque putassier dans sa manière de rattraper deux décennies de retard. Ces morceaux prévisibles et simplistes auraient toute leur place près des autotamponneuse de la foire du Midi mais qu’importe : si vous êtes en quête d’un bon petit album de rock daté, revigorant et sautillant, ce Back to the drive arrive à point nommé pour remettre les pendules à l’heure. Non, le rock n’est pas une affaire de tendances ou de feeling raisonné. Simplement un truc qui permet de s’évader une petite heure hors du monde, que ce soit dans le respect de l’Ars musica ou dans la basse satisfaction du son qui fait du bien par où il passe.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Suzi Quatro : "Back to the drive"
(1/3) 6 octobre 2016
Suzi Quatro : "Back to the drive"
(2/3) 25 novembre 2009, par Mamat
Suzi Quatro : "Back to the drive"
(3/3) 20 novembre 2006, par Fabrice




Suzi Quatro : "Back to the drive"

6 octobre 2016 [retour au début des forums]

Listening to nice music can make us feel better. Sometime, it can also be a stress reliever for others. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

Suzi Quatro : "Back to the drive"

25 novembre 2009, par Mamat [retour au début des forums]

Bonjour,

J’ai travaillé avec Suzy en 2001 sur un album. J’ai fais toutes les prises et surtout toutes les prises de chant avec elle. C’est une femme formidable, simple, et tres rock’nroll avec qui j’ai appris plein de choses. Le probleme est que le realisateur du disque qui prenait 15000€ la semaine et me filait 200€ ... nous a tous planté et l’album est tombé dans la poubelle alors qu’il etait franchement tres beau niveau chant. Le titre free the butterfly etait un titre somptueux qu’elle avait chanté au studio les yeux embués car elle parlait d’une amie qu’elle avait perdu et il s’etait passé un truc fascinant avec un vrai papillon pendant la prise. J’ai encore un titre que j’avais pu recupérer de cet album, ce qui est dommage c’est que c’etait une version test où la voix etait surmixé mais un jour je la partagerai....... Suzy est une grande dame.

[Répondre à ce message]

Suzi Quatro : "Back to the drive"

20 novembre 2006, par Fabrice [retour au début des forums]

rubrique people :

Suzi Quatro est la tante de Sherilyn Fenn, alias Audrey dans Twin Peaks, alias mon fantasme d’ado.
Que le monde est bien fait !

[Répondre à ce message]