Pop-Rock.com



Sting : "If on a winter’s night..."
Petites messes de minuit et quelques

lundi 21 décembre 2009, par Christophe Renvoisé

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Queen Of Japan : "Head Rush"
The Kills : "Keep on your mean side"
Meat Loaf : "Couldn’t have I said it better ?"
Alice Cooper : "The Eyes of Alice Cooper"
Jelly : "Pre First EP"
Etron : "A world of nerds"
Manic Street Preachers : "Journal for plague lovers"
New York Dolls : "One day it will please us to remember even this"
Wednesday 13 : "Transylvania 90210 (Songs of death, dying & the dead)"
The Bedwetters : "Meet the fucking Bedwetters"


Les Celtes, les Irlandais notamment, considèrent le solstice de décembre comme le milieu de l’hiver, au lieu d’en marquer le début. Sting n’est pas Celte (il serait plutôt Angle) mais ces quinze titres qu’il lui consacre avec une remarquable intensité rituelle pourraient l’être tant ils plongent au cœur des jours les plus courts et les plus mélancoliques de la vie (notre interprète a presque 60 ans). Pour les illuminer nous trouvons là, plutôt qu’une énième collection de Christmas songs, une manière de célébration solaire du cycle, proprement païenne ; de la belle musique profane en somme.

"Profaner, c’est restituer à l’usage commun ce qui a été séparé dans la sphère du sacré", propose l’essayiste Giorgio Agamben. Profanons donc, et allumons un feu généreux. Nous n’aurons guère à solliciter des indulgences ou craindre l’Enfer, en dépit de ce que l’envoûtant Gabriel’s message, un chant médiéval que réchauffe avec délicatesse le trompettiste Ibrahim Maalouf, a comme des propriétés maléfiques à attiser ainsi l’hypnose délicieuse que fabriquent les flammes. Faire qu’on s’en rapproche et bien que nous savons le moment rare (2’30"), entraîner que nous vérifiions que nous aurons assez de combustible pour veiller longuement.

Mais voici (Soul cake) pour revigorer que trompettes, bois, trombone, violon, cors, mandolines et tubas surgissent du doux foyer, enveloppés de percussions chaleureuses et de rythmes tribaux. C’est un titre pour enfants sages –l’enfant confond souvent sa famille avec une tribu- mais aussi pour l’adulte dépité par trop de Noëls foirés (ou simplement cafardeux) qui réclame « an apple, a pear, a plum or a cherry » …pour accompagner son blend. La production, la qualité de l’enregistrement sont parfaites : Deutsche Grammophon est là, qui répond de la bonne livrée du grain, si je puis dire.

The snow it melts the soonest confirme combien Sting est un grand chanteur -une « voix de tête » qui sait, sur ce titre particulièrement, se soumettre aux procédures instrumentales. L’acoustique est splendide. Les silences, emplis d’esprits, semblent vouloir imiter le vent, ils donnent envie d’enfiler un pull-over irlandais ou toute autre pièce en shetland, de sortir chercher du bois et des châtaignes, et peut-être même l’orange qu’on a remisée au frais en prévision du réveillon, parce qu’on n’en peut plus d’attendre les senteurs de son écorce jetée au feu. Mais ce serait dommage de manquer les merveilles polyphoniques de Christmas at sea, et aussi cette reprise grave, Cold song, d’un air du King Arthur d’Henry Purcell (1659-1695), déjà révélé au grand public par un Klaus Nomi (1944-1983) plus déférent en définitive à l’égard du maître du baroque anglais (et sans doute plus outillé pour ce faire), mais plus impersonnel.

Lullaby for an anxious child et The hounds of winter sont les deux seules compositions vraiment originales de ce recueil. Je trouve les deux réussies, un peu en surbrillance dans cette partie plus introspective de l’album, et spécialement la seconde, magnifiée par des arrangements savants. Peut-être le texte explicite-t-il la présence du compagnon sur la photo, les résonances d’un dépit amoureux ancien ou imaginaire, mais digéré. Peu importe nous trouvons là moins une ballade digestive qu’une sorte d’ascèse venue prendre appui sur ce qui paraît bien être un Sacre pour l’hiver.

If on a winter’s night est bien une œuvre de proximité. Le recours à une foultitude de musiciens hors pair et à des répertoires plus variés qu’il n’y paraît ne sont aucunement un frein au sentiment de forte intimité qu’il exerce entre l’auteur et nous.

Je sais bien, les tenants surqualifiés du classique, soit dit en passant trop souvent béotiens en matière de pop music, crieront au délit ou à l’esbroufe. J’aperçois d’ici la mine affligée de ceux qui auront tenu jusqu’au re-traduit The hurdy-gurdy man (une composition de Franz Schubert qui moi m’émeut - je ne demande rien d’autre). On s’en moque et on les regardera s’épuiser lentement comme on considère les vacillants et bientôt flasques éclats d’une chandelle mourante ; ils ont eu leur temps. Qu’on ne s’y trompe pas c’est bien de pop dont il s’agit ici, de songs & airs, de folk. Contemporain de Purcell, le dramaturge John Dryden faisait remarquer que l’Angleterre était « encore dans son enfance » et que sa musique en était à apprendre l’italien, « son meilleur maître ». Une heureuse fortune sans doute que cet album ait été œuvré dans les riches studios toscans de l’ex leader de The Police

Ces précautions relatives à l’entourage une fois prises, à offrir et se faire offrir en toutes saisons.



Répondre à cet article

Christophe Renvoisé





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Sting : "If on a winter’s night..."
(1/3) 27 août 2010, par Marco
dropshippingwatch
(2/3) 6 avril 2010, par Administrator
Sting : "If on a winter’s night..."
(3/3) 21 décembre 2009, par sebf




Sting : "If on a winter’s night..."

27 août 2010, par Marco [retour au début des forums]

Mmmouais. Certes je ne l’ai pas écouté au milieu de l’hiver avec le feu qui crépite mais après avoir prêté une oreille plus qu’attentive à cet album (l’oreille d’un fan qui n’a cessé d’être enchanté par ce grand musicien et chanteur) il y a quelquechose qui me chifonne grandement.
Ca a commencé sur Gabriel’s Message, morceau entendu live il y a au moins 20 ans lors de la tournée des tortues bleues (eh oui monsieur Dard se frottait déjà au style à l’époque, en interprétant ce morceau entre Moon Over Bourbon Street et Bring On The Night...) et puis j’ai enfin réussi à mettre le doigt sur ce qui clochait : Sting chante trop bas sur cet album. C’est pas dans sa tessiture naturelle. Il force pour aller chercher des notes dans un grave où il n’est pas à l’aise. Alors oui, ça passe plus ou moins, mais ça ne tient pas la comparaison avec ses interprétations magistrales habituelles (le gars a qd même chanté avec Pavarotti sans se montrer ridicule, ce qui est loin d’être le cas de tous les "...and Friends").
Et c’est dommage car côté musique ça tient du chef-d’oeuvre.

[Répondre à ce message]

dropshippingwatch

6 avril 2010, par Administrator [retour au début des forums]

Cartier Santos 100 White Dial and Bezel with White Rubber Strap Lady Size
Cartier Santos 100 White Dial with Black Bezel- Rubber Strap Lady Size
Cartier Santos 100 White Dial with Brown Bezel and Rubber Strap Lady Size
Cartier Santos 100 Gold Case with White Dial-Rubber Strap Lady Size
Cartier Santos 100 Gold Case with White Dial and Bezel-White Rubber Strap Lady Size
Cartier Roadster Chronograph Automatic Full Gold with White Dial
Cartier Roadster Working Chronograph with Black Dial
Cartier Roadster Working Chronograph with White Dial
Cartier Roadster Luminor Automatic with White Dial
Cartier Roadster Automatic with White Dial
Cartier Santos 100 Swiss ETA 2836 Movement Diamond Bezel with White Dial
Cartier Pasha Diamond Bezel with White Dial and Strap Lady Model
Cartier Tortue Chronograph Diamond Bezel with White Dial Lady Size
Cartier Tortue Quantieme Perpetual Diamond Bezel with White Dial Lady Size
Cartier Tortue Full Diamond Bezel with White Dial Lady Size
Cartier Pasha Working Chronograph with White Dial
Cartier Pasha Working Chronograph Diamond Bezel with White Dial
Cartier Tank Swiss ETA 2671 Movement with White Dial
Cartier Ballon Bleu de Cartier Full Gold with White Dial-Medium Size
Cartier Ballon Bleu de Cartier Full Gold with White Dial-Ladys
Cartier Ballon Bleu de Cartier Automatic Two Tone-42mm
Cartier Tonneau with White Dial
Cartier Ballon Bleu de Cartier Two Tone Lady Size
Cartier Pasha Must De 21 Two Tone with Silver Dial
Cartier Ballon Bleu de Cartier Diamond Bezel with White Dial Medium Size
Cartier Ballon Bleu de Cartier Diamond Bezel with White Dial Lady Size
Cartier Santos Demoiselle Swiss ETA Movement Diamond Bezel with White Dial Lady Size
Cartier Tank Americaine Working Chronograph with White Dial
Cartier Tank Americaine Working Chronograph with Black Dial
Cartier Santos 100 Chronograph Asia Valjoux 7750 Movement with White Dial
Cartier Tank Diamond Bezel and Dial Lady Model
Cartier Tank Full Gold with Diamond Bezel-White Dial Lady Model
Cartier Tank with White Dial Lady Size
Cartier Roadster Swiss ETA 2824 Movement with White Dial

[Répondre à ce message]

Sting : "If on a winter’s night..."

21 décembre 2009, par sebf [retour au début des forums]

Mouais... Sting est un grand chanteur, rien ne changera ça. Mais sa carrière solo me laisse plutôt indifférent. Rien de tel qu’un bon vieux Police.

[Répondre à ce message]

    Sting : "If on a winter’s night..."

    21 décembre 2009, par Christophe Renvoisé [retour au début des forums]


    Oh je vous en prie : écoutez-moi ce solo-là (j’étais comme vous, juste avant la parution de celui-ci). Si vous n’avez pas été indifférent à des Bring on the Night ou des Spirits in the Material World, et surtout à tout ce qu’il y avait à baffrer dans Synchronicity, j’en suis sûr ce Sting-là vous transportera. Essayez. Transportez-vous (passez des Caraïbes à la Northumbrie par ex.) et transposez la folie toute sensible dont il était question. Et venez me redire je vous prie. Vous verrez comme l’intention est demeurée puissante, intraitable, osée, et le résultat beau comme sont belles les neiges éternelles.

    Ca ne se présentait pas bien pour un vieux policeman comme moi, voyez-vous, d’accompagner l’artiste jusqu’au bout de cette démarche et au-delà de tout soupçon (la chose mérite par ailleurs d’être soulignée). Mais adorant Police de chez Adoré personne ne m’empêchera d’adorer, sans doute pour la vie, cet album plein de magies. Comme j’aimerais que ce soit partagé ! Allez quoi, essayez malgré les pubs TV et faites-moi plaisir c’est Noël : ne vous laissez pas dicter quoi que ce soit, ce serait trop grave dommage au regard du « bon vieux » passé ;-)…

    [Répondre à ce message]

      Sting : "If on a winter’s night..."

      7 février 2010, par caroma [retour au début des forums]


      Je suis absolument - tout-à-fait - résolument (ça devrait suffire comme adverbes) d’accord. Cet album irradie une vraie magie dans sa célébration chaleureuse (!) du temps froid, de l’humeur introspective:méditative qui y est associée. J’ai su (bien trop tard) qu’il était passé à Paris, quel regret.

      [Répondre à ce message]