Pop-Rock.com



Stephen Duffy & The Lilac Time : "Keep going"
Pêcheur d’histoires

dimanche 22 janvier 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Alanis Morissette : "So called chaos"
Austin Lace : "Easy to cook"
Pain of Salvation : "Be"
Immune : "Sound Inside"
Starsailor : "On the outside"
Buraka Som Sistema : "Black Diamond"
Pearl Jam : "Backspacer"
Mintzkov : "360°"
Franz Ferdinand : "Tonight : Franz Ferdinand"
A : "Teen dance ordinance"


Après une carrière solo couronnée de succès au début des années 80 en Angleterre, Stephen Duffy, ex-chanteur de Duran Duran (avant que Simon Le Bon ne prenne le train en marche et que le groupe connaisse ses premiers succès), était parti former un groupe qui n’avait rien à voir avec les frasques rose bonbon de ses comparses. Dans une pure tradition de folk-pop, The Lilac Time tisse habilement depuis bientôt vingt ans une toile magique et fragile de chansons intimistes.

Et Keep going est le dernier album en date de la formation de Stephen Duffy. Sorti en 2003, un an après un album enregistré avec Nick Rhodes (claviériste de Duran Duran et producteur du dernier Dandy Warhols) sous le nom de The Devils, album constitué essentiellement de réactualisations plutôt réussies de vieux titres de Duran Duran, période pré-Le Bon, Keep going s’inscrit dans une tradition folk très épurée et d’une grande sincérité. Passionné de bouquins, de voyages et de tranches de vie, Duffy raconte des histoires avec sa guitare. Il peint des scènes, évoque des photographies, développe des fils d’Ariane existentiels et laisse l’auditeur contemplatif. Si Nothing can last et We used to be so posent quelques questions pertinentes et timides sur une relation amoureuse, un titre comme Home impose presque un silence à l’écoute, tant les paroles reflètent une délicatesse rare dans le monde de la musique, presque une poésie : "When I got close enough to smell your hair and comprehend the freedom there, it was too late to wonder why there is home when we speak".

Certains titres nous font voyager outre-Atlantique et offrent un versant plus nonchalant et libertaire des mélodies de Duffy, notamment la chanson éponyme Keep going, qui nous emporte dans un road-trip généreux et positif à grands coups de bottleneck, de guitares blues et d’harmonicas, histoire de parfaire le tableau. Car si Duffy confectionne souvent ses perles après avoir lu un livre ou effectué quelque voyage sur un continent quelconque, c’est peut-être pour cela que l’on a l’impression que cet album est tour à tour fait pour être écouté en voiture et entre amis ou bien, au contraire, dédié aux soirées printanières propices aux confessions les plus désarmantes et les plus honnêtes. Dans The silence ou le nostalgique Don’t feed the rats, ce qui surprend le plus, c’est toute cette humanité qui transpire et transporte à travers toutes les pores de cette folk-pop.

A chaque album de The Lilac Time, c’est la même chose. On se surprend à découvrir les chansons au fur et à mesure, à découvrir çà et là des paroles intrigantes ou criantes de vérité, à laisser tourner la galette en boucle. Songwriter doué et bien souvent sous-estimé jusqu’à ce que Robbie Williams fasse appel à lui pour co-écrire les tubes issus de son best of (notamment le single Radio) puis ceux de son album Intensive Care, Stephen Duffy propose des images travaillées et aimantes d’une réflexion sur soi, sur le temps, sur les autres ou sur des tas d’autres choses, futiles ou pas, mais qui nous touchent tous d’une façon ou d’une autre. Car c’est le but que Duffy s’est fixé en délaissant la pop futile des années 80 qu’il caressait autrefois d’une façon trop frivole : toucher les gens. C’est un pari gagné depuis bien longtemps pour lui. Et puis finalement, c’est peut-être ce qu’on recherche tous : des histoires, des contes, depuis que nous sommes tout petits. Quand elles sont racontées avec une guitare acoustique et un petit peu d’harmonica, ces moments éphémères deviennent tout de suite inoubliables.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 79 contribution(s) au forum.

Stephen Duffy & The Lilac Time : "Keep going"
(1/1) 23 janvier 2006




Stephen Duffy & The Lilac Time : "Keep going"

23 janvier 2006 [retour au début des forums]

Nick Rhodes est le producteur de l’avant-dernier Dandy Warhols, pas du dernier. Le monde bouge, mon petit.

[Répondre à ce message]