Pop-Rock.com



Status Quo : "The party ain’t over yet"
Qui veut aller loin ménage sa monture

samedi 12 novembre 2005, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Blue Nile : "High"
Crowded House : "Time on earth"
Ash : "Meltdown"
The Mars Volta : "The Bedlam in Goliath"
Coldplay : "Viva la Vida (Or death and all his friends)"
The Finn Brothers : "Everyone is here"
Black Lips : "200 million thousand"
Def Leppard : "Yeah !"
Suzanne Vega : "Beauty & crime"
Wednesday 13 : "Transylvania 90210 (Songs of death, dying & the dead)"


Quarante ans qu’ils font la même chose ! Quarante ans de boogie, de rock’n’roll et de ballades sereines. Indifférent à la rumeur du monde autour de lui, inconscient des modes qui naissent et meurent dans les colonnes des magazines spécialisés, Status Quo applique sa recette sans changer ses ingrédients. Bref, voila quatre décennies qu’ils composent tranquillement leurs chansons, vendent des camions de disques et sont considérés comme des has-been ridicules. Et ça continue...

Vétéran parmi les vétérans, Status Quo est donc un des plus anciens groupes encore en activité aujourd’hui, puisqu’ils fêtent cette année quarante ans de carrière et trente-cing album ! Sans bénéficier de la même aura légendaire que d’autres représentants des sixties dans nos contrées, Status Quo reste pourtant un groupe qui, commercialement, a toujours compté, puisqu’il a réussi à caser pas moins de 61 singles dans les charts britanniques, plus que des légendes comme les Beatles ou les Rolling Stones. Ca ne signifie rien, nous sommes bien d’accord, mais ça valait le coup de le signaler. Le single éponyme de ce nouvel album, déjà entré en bonne place dans les hits-parades, ne dérogera pas à la règle. Pas davantage qu’il ne dérogera au style boogie/rock usé jusqu’à la corde du groupe britannique. Mais attention : ne considérez pas le qualificatif « usé jusqu’à la corde » comme une affirmation nécessairement condescendante. La touche Status Quo est usée, tant elle a été pratiquée avec une rigoureuse constance de moine copiste. Ce qui n’empêche pas Parfitt et Rossi, seuls membres fondateurs encore dans la course, d’être toujours aptes de composer des mélodies bien troussées, même si elles sont d’une telle banalité, d’une telle prévisibilité qu’on se demande toujours par quel étrange concours de circonstance il est possible d’encore leur accorder un capital minimum de sympathie. Les pistes se suivent et se ressemblent... à moins qu’elles ne ressemblent à celles d’un autre album de Status Quo. Mais leur atmosphère de virée entre garçons vachers produit toujours son petit effet.

Comme presque toutes les productions du groupe, The party ain’t over yet n’est pas un bon album. Mais il n’est pas non plus un mauvais album. Comment encenser une formation qui compose des titres d’un classicisme aussi total, d’une absence d’audace aussi absolue ? Et comment ordonner la mise à mort sommaire d’un album qui n’énerve pas, ne choque pas davantage, et s’avère bon gré mal gré remplis de morceaux fonctionnels et entraînants ? Contrairement à ce qu’annonce le titre, la fête est bel et bien finie... Pour la bonne raison qu’elle n’a jamais commencé. Status Quo n’a jamais été une fête des sens, juste de l’honnête boulot de petits artisans qui maîtrisent très professionnellement leur affaire, sans fioritures, sans défauts et sans fantaisie.

Une fois de plus, les Britanniques viennent de livrer la plus parfaite incarnation de la neutralité musicale. Celle dont on ne sait pas trop quoi dire, si ce n’est, comme une évidence lourde de sens, que ce nouvel opus suit l’album qui l’a précédé, et précède celui qui le suivra... Le temps s’est arrêté voici bien longtemps pour Status Quo. En bons gardiens de la tradition rock, ils continueront probablement à livrer leurs compositions normalisées jusqu’à ce que mort s’ensuive. Inutile d’espérer une hypothétique évolution qu’on n’attend plus (et qu’on n’a d’ailleurs jamais vraiment attendu) : on n’écoute de toute façon pas les réalisation de cette vénérable formation dans l’espoir d’expérimenter des émotions inconnues jusqu’alors. The party ain’t over yet maintient un status quo parfait. OK, je sors.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Status Quo : "The party ain’t over yet"
(1/3) 4 octobre 2016
Status Quo : "The party ain’t over yet"
(2/3) 12 novembre 2005, par Sentenza
Status Quo : "The party ain’t over yet"
(3/3) 12 novembre 2005, par jp




Status Quo : "The party ain’t over yet"

4 octobre 2016 [retour au début des forums]

Nice album. It’s one of the best material from the group, it’s worth listening. - Morgan Exteriors

[Répondre à ce message]

Status Quo : "The party ain’t over yet"

12 novembre 2005, par Sentenza [retour au début des forums]

Excellent concert qu’ils ont donné à Forest National de cette année !!
Une musique qu’on entend plus ou presque sur les ondes (sauf certaines radios à tendance rock), une musique d’un autre monde telle sortie d’une boite pleine de poussière, mais une musique pleine d’énergie, d’entrain..................pas comme certaines bouses que j’entend à l’heure actuelle.

Bravos les gars, continuez et maintenez la flamme d’un rock qu’on aimerait entendre plus souvent !

[Répondre à ce message]

Status Quo : "The party ain’t over yet"

12 novembre 2005, par jp [retour au début des forums]

N’empêche que leur sincérité et leur entrain sont tout à leur honneur et qu’ils sont moins pathétiques que d’autres vieilles gloires au passé plus flamboyant mais ayant commis ce qu’on aurait jamais voulu entendre de leur part (Scorpions et Def leppard en premier, mais aussi Uriah heep, Dokken, Y & T,...)

[Répondre à ce message]