Pop-Rock.com



Staind : "Chapter V"
Fin de l’histoire...

jeudi 8 décembre 2005, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Emiliana Torrini : "Fisherman’s woman"
Stille Volk : "Satyre cornu"
Killing Joke : "Killing Joke"
Bryan Adams : "Room service"
Northern Lite : "Unisex"
Kinito : "L’Album"
Massive Attack : "100th window"
The Warlocks : "Phoenix"
Jenny Lewis with The Watson Twins : "Rabbit fur coat"
The Arcade Fire : "Neon Bible"


Vous avez tous un ami qui radote. Un vieil ami que vous n’avez plus trop envie de voir, à vrai dire. Pas que ce qu’il raconte soit fondamentalement dépourvu du moindre intérêt. Bon, ce n’est pas très intéressant non plus, mais dans le cadre d’une conversation légère, ce n’est pas plus désagréable que... je ne sais pas, moi, regarder Pascal Sevran le dimanche après-midi. Mais tôt ou tard, il faut se montrer capable d’évoluer, de passer à autre chose. Votre ami, lui, n’a pas cette force. Vous avez cessé de compter le nombre de fois où il vous a sorti la même rengaine, sur le même ton, avec les mêmes mots, les mêmes tics d’expression. Vous êtes un peu gêné quand vous êtes avec lui. Vous aimeriez bien lui dire que vous avez assez entendu son histoire, mais comme c’est un vieil ami, vous avez peur de le froisser. Cet ami, c’est Staind.

La marotte de Staind, c’est une fidélité sans faille au son du début des années 90, Nirvana et Alice In Chains en tête. Quelque chose qui se veut lourd, spontané, qui tente d’exalter le mal-être comme art de vivre. Mais quelque chose de suffisamment lisse aux arêtes et présentable pour devenir l’un des plus gros vendeurs rock aux Etats-unis. Dépourvu du talent incisif et mélodique de Kurt Cobain, incapable d’atteindre l’angoissante folie névrotique de Layne Staley, Aaron Lewis, saule pleureur du groupe, est un petit maître pas vraiment inspiré, qui s’est contenté de tabler à 200% sur l’état d’esprit glauque de la scène alternative du début des années 90 sans avoir les moyens d’y adjoindre quoi que ce soit de novateur, ou d’un tant soit peu intéressant.

Si vous venez tout juste d’entendre parler de ce groupe calibré pour les radios FM, vous découvrirez des chansons moyennes, remplies à pleines poignées d’idées moyennes, et interprétées par un chanteur moyen. Mais vous vous prendrez plein de gros son à la production léchée dans les oreilles, et si vous manquez de points de références, cela suffira sans doute à votre bonheur. Si - et c’est plus probable - vous connaissez déjà Staind depuis un bon bout de temps, vous aurez probablement la même réaction épidermique que toute personne saine d’esprit qu’une heure de jérémiades plaintives finit par faire tanguer dangereusement au bord de la crise de nerfs.

Les ballades de mec mal dans sa peau pleines de gros riffs couillus, on a déjà donné. D’accord, chaque album catalogué grunge ou assimilé, y compris ceux des plus brillants représentants du genre, comprenait une ou plusieurs pistes de cet acabit. Mais ces chansons se fondaient relativement bien dans l’ensemble, puisque elles n’étaient qu’une des facettes des albums de Nirvana, Pearl Jam ou Soundgarden. Staind, lui, parvient à nous pondre un album entier sur ce mode. Pire, il est parvenu à venir sangloter cinq albums sur votre épaule sans jamais varier sa formule. L’auto-apitoiement pathétique de cet individu, son côté dépressif chronique, sa voix - pourtant honnête en soi - qu’on finit rapidement par ne plus pouvoir encadrer, tout cela vous conforte dans votre conviction que Chapter V était bel et bien l’album de trop, celui qui a poussé votre patience dans ses derniers retranchements, sans retour en arrière envisageable.

Que vous ayez entendu deux, trois ou tous les autres albums de Staind, cela revient au même : vous avez écouté rigoureusement la même chose à chaque fois, les mêmes intonations, les mêmes riffs stéréotypés, les mêmes pleurnicheries sur l’existence qui est quand même moche, avec toutes ces femmes qui vous plaquent et ces gens qui ne vous comprennent pas. Deux chansons « à la Staind » sur un album X restent tout à fait appréciables. Un album entier de Staind, c’est aussi monotone qu’insoutenable. Non, décidément, il est temps de téléphoner à cet ami pour lui expliquer qu’il serait souhaitable de ne plus se voir pendant quelques temps. Le temps qu’il guérisse de cette vilaine dépression nerveuse et commence à voir la vie sous un autre angle...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 86 contribution(s) au forum.

Staind : "Chapter V"
(1/3) 6 décembre 2006, par deudeu
Staind : "Chapter V"
(2/3) 3 février 2006
Staind : "Chapter V"
(3/3) 14 décembre 2005




Staind : "Chapter V"

6 décembre 2006, par deudeu [retour au début des forums]

ouahhh

Je suis tombé par hazard sur cet article, et j’ai beaucoup rigolé !!!!
Je n’ai jamais été fan de staind, et je pensais même qu’ils n’existaient plus depuis un bon moment. A la vue de la chro j’ai donc écouté cet album et franchement l’évolution est tout de même extrèmement flagrante depuis leurs débuts. Ils sont passé d’un neo hyper classiques (pour moi) à une sorte de rock metal mielleuse. La hargne a disparut et l’esprit torturé aussi, et vraiment pour ne pas le remarquer il faut être super fort lol.

Bon en tout cas ça n’est toujours pas pour moi

[Répondre à ce message]

Staind : "Chapter V"

3 février 2006 [retour au début des forums]

Pathetique cet article.
Premierement il y a une certaine évolution entre le debut de staind et cet album : Le premiere album il n’y a pas une seule ballade. Tout les groupes évolue en vieillissant. Pearl jam par exemple ils n’ont plus la meme énergie et leur dernier album est plein de chanson que tu décrit comme pathetique.
Kurt cobain n’a t’il pas fait un set accoustique ? Si je crois. Les foo fighters ne sont ils pas passé d’une power pop tres énergique à un album composé uniquement de balades.
Apparement tu n’aime pas la mélancolie et les chansons calmes alors retourne donc écouter du children of bodom ou je ne sais quoi au lieu de perdre ton temps à pondre un article totalement dénué d’objectivité.

[Répondre à ce message]

Staind : "Chapter V"

14 décembre 2005 [retour au début des forums]

c’est plutot la critique qui est deprimante et pondue de la 1ere a la derniere ligne de critiques stupides.
cet album est vraiment beau, des mélodies comme seul STaind sai en faire !
ENfin, tu preferes surement des blaireaux comme Franz Ferdinand

[Répondre à ce message]

    Staind : "Chapter V"

    14 décembre 2005, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Non, pas plus que ça...encore qu’eux ne passent pas leur temps à s’arracher les poils du torse pour rajouter quelques effets lacrimaux.
    10 ans de mélodies "comme seul Staind sait en faire", ça devrait être interdit par la loi.

    [Répondre à ce message]

      Staind : "Chapter V"

      27 janvier 2006 [retour au début des forums]


      à mon avis, il s’agit du meilleur staind. ils ont fait ce kil y avait de mieux à faire, et je trouve plutôt kils sont sortis de la case " néo-métal ". Ecouter un morceau de staind après redtape c plutot agréable.
      cependant, j’espère kils vont changer de style pour le prochain.

      [Répondre à ce message]