Pop-Rock.com



Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"
Il y a une justice !

dimanche 8 juillet 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Paul Anka : "Rock swings"
Def Leppard : "Songs from the sparkle lounge"
Apoptygma Berzerk : "You and me against the world"
Peter, Björn & John : "Living Thing"
Evan Dando : "Baby I’m bored"
Cosmic Rough Riders : "The stars look different from down here"
Gwen Stefani : "Love, angel, music, baby"
Europe : "Last look at Eden"
Guns N’ Roses "Chinese Democracy"
Giant Sand : "Is all over... the map"


Ou un dieu, peu importe. Que l’on aime (ce qui est mon cas) ou pas les citrouilles, il est tout de même essentiel d’admettre que ce groupe a été l’un des piliers de la scène rock des années 90. Qu’ils reviennent ainsi, sept ans après leur dernier album en date, sortir un disque intitulé Zeitgeist, ce n’est pas non plus n’importe quoi.

Les détracteurs diront qu’il ne reste plus grand-chose du groupe. Pas de James Iha, pas de d’Arcy non plus ni même de Melissa Auf Der Maur. On retrouve ici simplement la tête pensante Billy Corgan, et Jimmy Chamberlin, qui s’étaient déjà tous deux acquittés du très dispensable projet Zwan. Alors, est-on en droit d’avoir peur ? Non, pas vraiment. "Oui, mais il ne reste plus que Billy Corgan, ça n’a plus aucun intérêt". Certes, mais il ne faut pas non plus oublier la réalité de l’histoire : même avec les autres membres, Corgan a toujours été considéré et assumé comme un leader despotique, imposant ses visions et menant la barque des Smashing Pumpkins où il le souhaitait. Cette première critique est donc pour moi relativement infondée, dans la mesure où elle ignore la carrière de ce groupe qui était devenu le projet de Corgan, au fur et à mesure des évolutions.

Qu’est-on en droit d’espérer de ce Zeitgeist ? Point d’électro sombre à la Adore ni de densité onirique à la Machina / The machines of God. Non, ce qu’on va retrouver ici, c’est un rock urgent et extrêmement rêche, pas très loin de ce que les Pumpkins savaient faire de mieux au cœur des années 90. Et c’est déjà un énorme cadeau à faire aux fans : en vérité, Zeitgeist suit une pure tradition de ce groupe de Chicago, puisqu’il ne ressemble en rien aux albums précédents. Corgan évite ainsi l’écueil de l’autoparodie et ne tente pas non plus de rejouer des morceaux déjà entendus pour se faire une place au soleil. Zeitgeist est en fait un album séminal de rock pur et dur, parfois à la croisée du metal et d’un rock à la Therapy ?, ce qui en ravira sans doute plus d’un. On sent dès Doomsday clock que la purée balancée ne va pas faire dans la dentelle, et c’est d’ailleurs une impression qui va rester sur United States ou encore l’énergique Tarantula.

Tout le plaisir réside dans le fait de retrouver en cet album non pas seulement l’énergie originelle des Smashing Pumpkins, mais finalement (et surtout) la rage nécessaire et fulgurante des années 90. Et surtout de ceux qui découvraient le rock à l’époque avec Corgan et ses sbires. Il faudra en effet attendre le lumineux That’s the way (My love is) pour retrouver un son plus aérien. Pour les autres morceaux, la formule guitares/basse/batterie/chant fonctionne à merveille et ne tente pas de s’emberlificoter dans des expérimentations trop hasardeuses. Mis à part l’humidité mélancolique de Bring the light ou l’étrange Pomp and circumstances, le reste de l’album balance des salves libératrices : même Bleeding the orchid ou For god and country, morceaux sans doute plus new wave que les autres, ne lésinent pas sur les guitares et une ambiance très lourde et rugueuse. Retrouver Corgan dans une telle forme est un réel régal, quand on sait la peur que pouvait susciter la réapparition des Smashing Pumpkins. Le pari est réussi, et on attend maintenant le prochain album pour voir où Corgan a cette fois décidé de nous embarquer.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 12 contribution(s) au forum.

Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"
(1/6) 12 octobre 2008, par wreckmaster
2007, une année à oublier !
(2/6) 19 août 2007, par anti sarko
The Boring Pumpkins Chamberlin Complex
(3/6) 22 juillet 2007
Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"
(4/6) 17 juillet 2007, par Xavier
Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"
(5/6) 16 juillet 2007, par unvieilécouteurdedisques
Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"
(6/6) 8 juillet 2007, par SaleNerd




Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"

12 octobre 2008, par wreckmaster [retour au début des forums]

Pour moi, c’est leur album le plus dispensable, loin devant "gish".

C’est vrai, ils sont revenus à un son plus proche de "siamese dreams". Et c’est vrai : Billy Corgan composait tout et a juste remplacer les interpretes initiaux par d’autres bons musiciens.

Seulement voilà : les compositions n’ont pas suivi ! C’est avant tout et surtout ce point là qui rend l’album médiocre. Aucun des titres de Zegeist n’arrive à la cheville des "cherub rock’, "no bodies", "today" et "zero" d’antan.

Deuxième gros point faible par rapport aux précédentes livraisons (car oui, dans l’absolu, en 2007-2008, les autres disques ne sont globalement pas bien meilleurs...) : l’absence de coupures plus paisibles. Ce type de coupures qui avaient sauver "gish" du commun alternatif millésime 1991 (sans "rhinoceros" et "daydream", les Smashing auraient ils poursuivi ?). Il n’y a qu’un titre qui s’en approche et encore...

Après, niveau production, il y a un compromis entre l’ancien son des Pumpkins et un son plus "nu metal" concernant le son des guitares. ça n’arrange pas non plus.

En revanche, je réfute la thèse selon laquelle les Pumpkins sont à rattacher aux années 1990 (disons que je l’admets commercialement, mais pas musicalement). Après tout, 2 ans plus tôt, Billy Corgan avait sorti un excellent album qui pour le coup était vraiment bon. Et surtout, si vous réécoutez aujourd’hui les disques d’antan, ils font toujours leur effet en 2008.

Le groupe a t’il un avenir ? Oui, à condition de remédier aux 2 faiblesses mentionnées plus haut. Même commercialement, je suis persuadé que les années 2010 seront favorables à un retour plus "grunge / alternatif". Et ça nous pend au nez. Comme à la fin des années 80, la musique (tout du moins les groupes les plus connus, rock ou non) est uniformisée, médiocre, hypocritement "joyeuse" (pas franchement sombre en tout cas) à une époque où rien ne va (crise économique, jeunesse dépressive et inquiète, émissions merdiques). Un terrain favorable aux Pumpkins. Au fond, ce qui fait les Pumpkins, ça n’est pas nécessairement la distortion. C’est l’état d’esprit (ça doit être sombre) et la qualité des compositions.

[Répondre à ce message]

2007, une année à oublier !

19 août 2007, par anti sarko [retour au début des forums]

La victoire de Sarko, le mauvais temps, les retours totalement foireux de Nine Inch Nails (qui aurait du s’arrêter en 2000), Marilyn Manson (qui aurait lui aussi du s’arrêter en 2000), Suzanne Vega (qui aurait du sortir un disque acoustique au lieu d’opter pour ce type de production !), Manic Street Preachers (qui n’auraient jamais du continuer après everything must go en 1996 !) et donc des Smashing Pumpkins (et même pas un nouveau groupe décent capable de soutenir la comparaison)... Grande année 2007, vraiment ! Manquerait plus qu’on nous casse les oreilles avec la victoire de nos rugbymen en octobre... Mais c’est un autre sujet. Revenons aux Pumpkins.

Pour ma part, ce disque des Smashing est encore moins bon que machina : au moins, machina comportait trois ou quatre bonnes chansons en début d’albums ! Là ? Pas grand chose. ça reste au dessus de la moyenne, mais ceux qui aimaient le groupe il y a 10-15 ans ? J’en fais parti et honnêtement, c’est le 1er disque studio des pumpkins que je n’achèterai / piraterai pas ! A la rigueur, disons que c’est Zwan en mieux... ce qui n’était pas si difficile !

Finalement, je ne me réjouis pas de ce retour. Même si la vraie dream team (avec Darcy et James Iha), je suis sûr que ça n’aurait pas été moins pire : en 2000, cette même dream team avait déjà raté son retour aux sources (cf. machina)... J’en arrive donc à la conclusion que ce qui faisait la force des Pumpkins, c’était... les années 1990. Comprendre : un Billy Corgan pas encore vieux + un sens mélodique pas totalement perdu + des gimmics de productions moins pires que ceux dont on nous affuble aujourd’hui depuis l’avènement de Limp Bizkit et de ce genre de musique...

[Répondre à ce message]

The Boring Pumpkins Chamberlin Complex

22 juillet 2007 [retour au début des forums]

Dès qu’il s’agit de discuter la nouvelle production d’un groupe reformé, il y a une tendance à la nostalgie qui voudrait que quoi qu’il advienne, c’était mieux avant, avec les vrais membres, les vraies chansons et en plus, il faudrait que les nouvelles compositions collent à l’air d’un passé qu’on sait pourtant bel et bien révolu.

Si on est conscient de ceci qui pour moi constitue un indispensable pré-requis, que penser de cet album ?

Certes, après l’échec ou plutôt le succès contestable de tout ce que Billy Corgan a pu entreprendre après le split des Smashing Pumpkins, on est en droit de s’interroger sur les motivations profondes de cette reformation (une facture à payer ?).

A l’écoute, je suis assez d’accord avec ce qui est dit plus haut : Billy Corgan ne sombre pas dans la parodie même si Doomsday Clock aurait pu figurer sur les face B d’un Mellon Collie et ce qui surprend a priori, lorsqu’on connait le goût dudit Corgan pour les enchevêtrement de partie de guitares (rappelez-vous sur siamese dream on trouvait par moments des dizaines de parties de guitares superposées), c’est le côté brut de l’album qui inciterait plutôt à le classer du côté d’un Gish qui aurait bénéficié de la production de Machina. Bref, je n’ai aucun mal à me faire à l’idée que cet album est un album des Smashing Pumpkins.

Par contre, si je suis prêt à admettre facilement une évolution du line-up et une sortie en 2007, il reste que cet album semble toujours ancré dans une approche résolumment nineties, un peu comme si Billy lui-même avouait sans trop le vouloir sa propre nostalgie pour un groupe pourtant révolu en employant les sons, les effets et les gimmicks caractéristiques des autres albums des Smashing Pumpkins. Par souci de cohérence dirons les uns, par difficulté (voire impossibilité) de se renouveler dirons les autres. Quoi qu’il en soit, cet album n’a pas grand chose de surprenant.

Par ailleurs, je trouve comme cela a été dit que le chant de Corgan manque désespérément d’âme, de la tristesse et de la rage qui était si caractéristique de son songwriting. Les Pumpkins mais semblent plus boring que smashing.

Finalement, on a l’impression que le seul qui s’amuse réellement sur cet album est Jimmy Chamberlain dont le jeu a par ailleurs évolué bénéfiquement (peut-être grâce à son expérience solo) au point parfois de constituer le seul intérêt de certains morceaux.

[Répondre à ce message]

Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"

17 juillet 2007, par Xavier [retour au début des forums]

Comme toujours avec le retour des piliers de notre adolescence (oui, les SM m’ont construit musicalement !), les come-back sont difficiles à appréhender.
C’est vrai que Zeitgeist ne sent pas la bière de mes très liégeois cafés, mes premières revendications, mes t-shirt à longues manches, les ABL... mais il sent bon qd même ! Il est bon. Point.
Juste bon par où il passe... alors pas trop de branlette intellectuelle... just rock on !

[Répondre à ce message]

    Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"

    18 juillet 2007, par unvieilécouteurdedisques [retour au début des forums]


    Les SP ne sont pas les piliers de mon adolescence. Moi, c’était Alice Cooper, Led Zeppelin, Pink Floyd et Genesis pour ne citer qu’eux. Les gamins ne doivent pas se méprendre, leurs vieux en savent plus long qu’eux en fait de musique, de bière, de branlette et de respect.

    [Répondre à ce message]

Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"

16 juillet 2007, par unvieilécouteurdedisques [retour au début des forums]

Ce qui suit n’engage évidemment que moi et n’a aucune valeur de vérité générale mais de conviction intime d’un point de vue artistique et sentimental.

Les Smashing Pumpkins, les vrais, c’est (par exemple) :
Billy dans Bodies,
James dans Starla,
D’Arcy dans ...Said Sadly,
Jimmy dans Quiet,

Ecoutez ne serait-ce que ces quatre morceaux puis écoutez Zeitgeist, ce n’est pas le même groupe quoique ça y ressemble (un tout petit peu), ce n’est pas la même musique. Je reviendrai peut-être sur ce que je dis là, maintenant. Cela prouverait que je me suis trompé et que ce nouvel album est génial et ma perception mauvaise mais franchement, je n’en suis pas sûr du tout. Et comme je me flatte de n’être pas totalement idiot, un de ces jours je l’écouterai à nouveau, cet album.

Dans Zeitgeist je ne reconnais que Chamberlin, Iha n’est plus là et dire que ça s’entend est un doux euphémisme, même Corgan ne sait plus chanter, tout juste un interprète inanimé. Quant à l’empreinte féminime (basse + chant), de qui se moque-t’on ? Je veux D’Arcy, rien que D’Arcy (lachez-moi avec votre insipide Melissa et les autres), le rock, ça n’est pas pour les nénettes. Billy Corgan le sait bien lui aussi que D’Arcy est irremplaçable (comme il le savait pour Jimmy à l’époque d’Adore) mais il s’obstine à lui chercher une remplaçante.

En résumé on peut dire qu’un album intitulé "Zeitgeist" vient de sortir, jusque-là pourquoi pas ?. Là où ça coince, c’est que le groupe se fait appeler "Smashing Pumpkins".

[Répondre à ce message]

    Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"

    20 août 2007 [retour au début des forums]


    Dans Starla je crois que Billy en fait plus que James, et dans ... Said Sadly ce n’est pas D’arcy qui chante. Je ne pourrais pas dire qui c’est je ne retrouve plus le nom et j’ai la flemme de sortir le livret :)

    Entièrement d’accord avec Chamberlin sur Zeitgeist qui est toujours aussi bon, mais écoute attentivement les lives époque Machina, le jeu de Melissa est bien supérieur à celui de D’arcy.

    [Répondre à ce message]

Smashing Pumpkins : "Zeitgeist"

8 juillet 2007, par SaleNerd [retour au début des forums]

Mouais, on peut quand même reprocher au producteur une overdose de choeurs qui rendent l’album à la limite de l’indigeste !

Il faudra le jouer encore bien patiemment en règlant minutieusement sa chaine hifi afin d’atténuer ces arrangements un peu guimauves... Les choeurs sur Bleeding the Orchid gâchent une chanson des plus prometteuses et que dire des “lalalala” sur United States... C’est clair que c’est original mais est-ce dans le bon sens ?

Pour se conseoler on peut retourner les voir en live où les nouveaux morceaux passent extrêment bien !

[Répondre à ce message]