Pop-Rock.com



Skid Row : "Revolutions per minute"
If you think, you stink

mercredi 20 décembre 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Adrienne Pauly : "Adrienne Pauly"
Didier Super : "Vaut mieux en rire que s’en foutre"
The Rasmus : "Hide from the sun"
Tom McRae : "King of cards"
The Smashing Pumpkins : "Machina / The machines of God"
Sharko : "Meeuws 2"
Gorillaz : "Demon days"
Amy Winehouse : "Back to black"
Paul McCartney : "Memory almost full"
Sum 41 : "Chuck"


Skid Row est le prototype même du groupe de hard qui a salement manqué de pot. Formé bien après tous ses congénères, heureux possesseur d’un traditionnel chanteur insolent et bas de plafond (Sebastian Bach, monsieur « If you think, you stink », le groupe obtint un succès rapide, foudroyant même (Slave to the grind fut parmi les premiers albums estampillés metal à atteindre le sommet des charts américains) et puis paf, Nirvana et la scène grunge explosent, et voilà nos hardos expédiés séance tenante vers les poubelles de l’histoire, avant même d’avoir pu se mettre à disjoncter correctement.

En 2004, Skid Row signait son grand retour avec un Thickskin un peu inégal mais néanmoins plaisant. Vu le renouveau général de la musique des années 80 à cette époque, rien de particulièrement surprenant à cela. Trois ans plus tard, c’est toujours Johnny Solinger au chant, en remplacement de l’encombrant Sebastian Bach, un certain Dave Gara est venu s’ajouter à longue liste des batteurs du groupe, et la production a été à nouveau confiée à Michael Wagener (sans lien avec Albin), l’artisan de leurs années de gloires. Pour le reste, Revolutions per minute est typiquement le genre de réalisation difficile à décortiquer dans une chronique, pour la bonne raison qu’il n’y a pas grand-chose à décortiquer : ça ne pisse pas bien loin, ça ne réinvente même pas la roue, et il est assez difficile de se passionner pour une chanson plutôt que pour une autre. Mais ces quarante minutes de rock fracassant font un bien fou et permettent à cette bonne vieille bande de forbans de tenir tête sans difficulté aux plus vindicatifs de leurs jeunes suiveurs (Towers of London, Backyard Babies, etc.).

En dehors de Strenght, qui fleure bon le hard du tout début des années 90, d’une sympathique ballade country qui vire à l’apocalypse électrique (You lie) et d’un tube punk pour fermeture de pub irlandais (When God can’t wait), le reste de l’album s’écoule au rythme d’un headbanging instinctif, sans que l’on cherche réellement à savoir ce que le groupe peut bien raconter. Revolutions per minute n’a pour lui que de fournir une occasion de débrancher la connection mentale avec le monde pour se payer une tranche de bon rock, du bon rock qui aurait balancé par dessus bord l’engagement, la réflexion et l’originalité pour ne garder que le plaisir primal.

En tout cas, ce n’est pas encore cette fois que Skid Row nous refera un Slave to the grind. La tendance amorcée voici trois ans sur Thickskin se poursuit dans le bruit et la fureur, et Skid Row est aujourd’hui un groupe nettement plus punk dans l’âme que metal. Ce petit regret égoïste vite écarté, Revolutions per minute se révèle être un très bon défouloir survitaminé qui démontre une fois de plus que, quand les vieux reviennent sur le ring, les jeunes n’ont plus qu’à se planquer...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Skid Row : "Revolutions per minute"
(1/2) 6 décembre 2016
Skid Row : "Revolutions per minute"
(2/2) 24 décembre 2006, par JudasPrierstPunk




Skid Row : "Revolutions per minute"

6 décembre 2016 [retour au début des forums]

The kind of songs that are worth listening. Simply cannot be missed. - Paradise Home Improvement Charlotte

[Répondre à ce message]

Skid Row : "Revolutions per minute"

24 décembre 2006, par JudasPrierstPunk [retour au début des forums]

Monsieur Lenglet,

" nettement plus punk dans l’âme " Skid Row ?
Je sais que le punk n’est pas votre tasse de thé alors n’en parlez pas merci.

Marc, un supo et au dodo...

[Répondre à ce message]

    Skid Row : "Revolutions per minute"

    24 décembre 2006, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    "Nettement plus punk dans l’âme"...donc pour les maniaques du classement dans votre genre, (parce que plus vague que "punk" comme terme, je ne vois que "rock"), lisez "Pas rigoureusement du punk mais quand même plus proche (thématiques, simplicité et construction des morceaux) de certains représentants de ce courant que de Maiden ou Mötley Crüe. Vous n’en seriez pas resté aux années 90 ?

    [Répondre à ce message]