Pop-Rock.com



Silverchair : "Diorama"
Un article "demolition man"

jeudi 26 juin 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Elvis Costello : "North"
Prince : "Musicology"
Daria : "Silencer"
Curve : "Gift"
The Presidents of The United States of America : "Love everybody"
And One : "Aggressor"
Coldplay : "X&Y"
Yeah Yeah Yeahs : "Show your bones"
Perry Blake : "California"
Bad Religion : "The Empire strikes first"


Avec cet album, Silverchair se positionne en très bonne place dans la course au trophée du "J’ai voulu évoluer, je me suis planté !"...

Considérés un temps comme des Nirvana miniatures des antipodes, les jeunots de Silverchair ont fourni deux albums à succès dans la ligne directe de leurs modèles de Seattle. Certes maladroits et un peu commerciaux, les Australiens semblaient pourtant avoir en eux la rage adolescente typique qui créait les grands groupes alternatifs des années 90.

Freak show et Frogstomp furent donc deux fournées correctes de pop-rock qui aboyait mais ne mordait pas. Pas de quoi les sacrer groupe australien du siècle comme ils le furent (et Midnight Oil, INXS et AC/DC alors ?) mais pas de quoi les pendre non plus au grand gibet des arnaqueurs.

Neon ballroom avait annoncé un désir clair de passer à un son encore plus pop, et voilà Diorama qui se pointe, infâme condensé des Carpenters, d’Elton John et de Wet Wet Wet.

Qu’est ce qui a pu leur passer dans le crâne bon sang ?! A cet âge là, on est versatile, mais quand même... Il n’y a rien à garder sur cet abominable bouillon d’auto-apitoiement, de faiblesse et de misérabilisme musical. On est pétrifié dès la première piste, insupportable ballade pleurnicharde murmurée par un Daniel Johns reconverti en chanteur de charme. Un peu plus loin, quelques guitares électriques résonnent. "Sauvés !" se dit-on. Hé non, les guitares sont là uniquement pour faire un peu de bruit. Ils ont du se rappeler au dernier moment qu’ils avaient été un groupe de rock. Mais ce n’est pas tout : il y a un orchestre pour soutenir ce désastre. Aidez moi à me souvenir : à la base, les groupes comme Silverchair et leurs modèles ne se targuaient-ils pas de pratiquer une musique séminale, de vouloir retrouver les racines du rock, en opposition à la superficialité et aux prétentions des années 80 ? Faut croire que le groupe a viré sa cuti. Mais il n’est nul besoin de chercher la petite bête pour trouver ce choix dénué de sens. Car cet orchestre (celui de Sydney, ce n’est pas le Berliner Philarmoniker non plus !) n’apporte aucune envergure particulière aux morceaux. Au contraire, il les alourdit inutilement.

Certains diront sûrement que ce disque est un choix courageux de la part du groupe. Possible, mais courageux ne veut pas nécessairement dire réussi. Et plus on l’écoute, moins on se dit qu’il reste quelque chose à sauver dans ce magma pompant, pompeux et pompier.

Il est plaisant que ce genre d’objet nous arrive entre les mains. Parce qu’il nous rappelle que l’erreur est humaine et aussi parce que nous sommes un "méchant site", qui offense les belles âmes soucieuses de ne pas avoir d’avis blessant envers quiconque (on peut supprimer les trois derniers mots, d’ailleurs). Merci Silverchair de me permettre d’extérioriser mes sales pulsions "Demolition man" !

Marc Lenglet revient sur cet article polémique dans son interview du 10 octobre 2003.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 15 contribution(s) au forum.

Silverchair : "Diorama"
(1/8) 14 décembre 2009, par Hugues
Elle est bien bonne celle la !!!
(2/8) 6 juin 2006
Silverchair : "Diorama"
(3/8) 5 janvier 2006, par tyler
> Silverchair : "Diorama"
(4/8) 9 septembre 2005, par francois le lapin
> Silverchair : "Diorama"
(5/8) 22 juillet 2004, par Rom1
> Silverchair : "Diorama"
(6/8) 11 juillet 2004, par Mr.Bletz
> Diorama
(7/8) 28 septembre 2003
> Diorama
(8/8) 27 juin 2003, par toto




Silverchair : "Diorama"

14 décembre 2009, par Hugues [retour au début des forums]

Perso, j’aurais tendance, des années plus tard, a applaudir le chroniqueur ! Autant Neon Ballroom m’avait emballé dans sa recherche, autant je me suis ennuyé a l’écoute de ce Diorama.
Maintenant, évidemment, tout est question de gout et d’attentes par rapport a un produit.

[Répondre à ce message]

Elle est bien bonne celle la !!!

6 juin 2006 [retour au début des forums]

Impressionnant comme cet article resipire la mauvaise foi !!!! On peut ne pas aimer, certes, mais par contre comment peut on dire que SILVERCHAIR a regresse depuis Frogstomp ? Ridicule...Il y a juste a faire attention aux arrangements pour voir qu’un bon enorme a ete fait. Apres ca plait ou ca ne plait pas mais un peu d’objectivité sur le point precite vous ferait le plus grand bien. Diorama est superbe et se decouvre peu a peu (ca fait deux ans que je l’ecoute et je ne l’ai jamais autant aime). En quoi l’orchestre alourdit-il le propos ? Remarquez, quand on met comme vous l’avez fait Headache de Franck Black comme la chanson phare de Teenager of the Year, on comprend mieux certaines choses...
Bref c’est affligeant et pour ma premiere visite sur ce site ben on peut pas dire que ce soit une réussite.

Longue vie à vous de Pseudo Chroniqueur du Dimanche.

[Répondre à ce message]

Silverchair : "Diorama"

5 janvier 2006, par tyler [retour au début des forums]

Midnight Oil et INXS ?????????????????????????

[Répondre à ce message]

> Silverchair : "Diorama"

9 septembre 2005, par francois le lapin [retour au début des forums]

Je ne comprends pas cette reaction manichéenne,car Silverchair est à l’évidence magistral de beauté dans cet album,perdant le superflu grunge facile qui pouvait parfois caractériser ce groupe—Un peu de subtilité à l’image d’un Extreme III ,cela ne peut pas faire de mal—Long live Silverchair !

[Répondre à ce message]

> Silverchair : "Diorama"

22 juillet 2004, par Rom1 [retour au début des forums]

Il y a peut-être des albums controversés, mais là il ya surtout un article d’un niveau affligeant...

Peut-être me trompe-je (?) en pensant qu’un chroniqueur (digne de ce nom)mettait dans ses articles et ses critiques quelques traces d’objectivité, mais ce mot ne semble pas connu sur ce site. Je trouve révoltant et pitoyable qu’un chroniqueur ose citer des noms d’autres groupes dans une critique en disant que le groupe dont il est question aurait dû s’en inspirer. C’est tout sauf professionnel.

Bien qu’il y ait quelques lignes qui font réellement référence à la musique présente sur cet album, cet article (encore faut-il appeler ce texte comme ça...) n’est qu’un amas de critiques virulentes, ciniques, et infondées.

Pour critiquer un groupe de la sorte, il faut AU MOINS être capable de faire mieux musicalement parlant, mais je ne vous connait qu’en tant que chroniqueur du dimanche, et non en tant que rock star.

Au revoir

[Répondre à ce message]

    > Silverchair : "Diorama"

    22 juillet 2004, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Tiens, je dois être bigleux mais...où sont ces fameux artistes dont Silverchair aurait du s’inspirer ? Je parle d’AC/DC et INXS en terme de reconnaissance populaire, et de Wet Wet Wet et Cie en terme d’équivalence dans la mièvrerie.

    Allez, avouez, c’est pour une caméra cachée ? Vous n’aviez pas remarqué que vous n’étiez pas sur un site professionnel ? Merci pour le chroniqueur du dimanche, cela reflète totalement la réalité(la semaine, je travaille...)

    Et la bonne vieille rengaine sur "Si t’es pas musicien,...", on commence à la connaître. D’ailleurs, vous n’êtes même pas chroniqueur du dimanche, je vous défends donc d’avoir un avis ! Avis aux lecteurs : le millième à nous faire ce reproche aura sa photo sur pop-rock et gagnera, au choix, les nouveaux Silverchair, A-ha ou HIM...

    [Répondre à ce message]

> Silverchair : "Diorama"

11 juillet 2004, par Mr.Bletz [retour au début des forums]

J’ai du mal a comprendre comment un chroniqueur pop rock peu refuser a ce point le talent d’un artise... On a le droit de ne pas aimer mais, a ce stade, c’est carrément irrespectueux !! L’âme que Daniel Johns a mit dans cet album est resplendissant et mérite toute son attention ! , Je n’est pas accroché au début, trop... Nouveau, trop lent et manquant de saturat. Plus je l’écoute plus je l’aime cette album, a chaque nouvelle écoute j’aprrend, j’imagine, j’essaye de perçevoir a koi il pense ce gars !!! C’est fabuleux, Peu de personne on ce talent, celui de faire reflechir un auditeur pour kil se pose toutes ces kestions ! Moi je l’ai ressentis kom sa, voila, After All This Years ma sublimé, je crak........

[Répondre à ce message]

> Diorama

28 septembre 2003 [retour au début des forums]

Juste une petite réaction sur ton article (mais peut-on vraiment parler de critique, puisque cela suppose normalement un brin d’argumentation surtout quand elle se veut virulente ?), "Démolition man", tu nous affirmes que l’album de Silverchair Diorama est de pire en pire à chaque écoute. J’ai réécouté dernièrement cet album et je trouve bien au contraire de plus en plus incroyable (à commencer par Across the night, titre qui égalerait presque Paranoid Android ou Bohemian Rhapsodie, dans ce côté variation).
Donc, il faudrait t’explique un peu : 1) en quoi tu trouves que l’orchestration alourdit pour rien, 2) en quoi les titres sont "pleurnichards", 3) en quoi les 2 premiers albums sont-ils des fournées correctes alors qu’il n’y pas l’ombre d’une créativité (le progrès de Silverchair a vraiment commencé dans Neon ballroom), 4) en quoi c’est une tare d’avoir l’orchestre de Sydney au lieu de Berlin (encore des préjugés à la noix dû à je ne sais quel image de marque !)...

Bref, un p’tit effort ! Je suis sûr que tu es capable d’argumenter et de faire une vraie critique en bonne et due forme si tu t’en donnes la peine.

Fabrice v. Jiro

[Répondre à ce message]

    > Diorama

    28 septembre 2003, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Je ne pense pas pouvoir argumenter plus que je ne l’ai fait dans l’article. Je ne cherche pas à produire des arguments imparables mais à coucher sur le papier mes impressions brutes à l’écoute d’un album. J’ai haï cet album...parce que je l’ai détesté ! Parce qu’il m’a ennuyé, jamais accroché l’oreille, fait preuve de prétention bien au dessus de ses moyens. C’est purement incompréhensible, tout comme ma répulsion totale pour radiohead !
    Je n’étais pas fan de Silverchair, mais je ne trouvais pas ça infâme dans leur période grunge. Je ne nie pas qu’il y a du travail et de la recherche derrière Diorama, mais pour un résultat aussi ennuyeux, ça n’en valait pas la peine. Je ne suis pas un partisan de l’évolution pour l’évolution. Quand Genesis a évolué, j’ai trouvé ça finalement sympathique. Quand les Jefferson airplane sont devenus les Starship, j’ai trouvé ça en dessous de tout.

    Quant à l’orchestre, je trouve simplement que la musique de Silverchair (tout comme, plus récemment, celle de Kiss) ne se prête pas trop à l’accompagnement symphonique. Et pour le niveau de l’orchestre, je ne suis pas très connaisseur en musique classique, mais je fonctionne à l’instinct. J’écoute les travaux du Philarmoniker et ceux de Kamen à San Francisco pour le S&M, et j’en préfère un à l’autre. Même remarque pour Sidney.
    Un tel album ne pouvait de toute façon que diviser, et je crois qu’il ont réussi leur coup !

    [Répondre à ce message]

> Diorama

27 juin 2003, par toto [retour au début des forums]

Décidémment sur poprock.be vous êtes des vrais rebelles hein... Le site qui dit tout haut ce que tout le monde pense tout bas... A mon tour : je trouve cette chronique nulle à chier !

[Répondre à ce message]

    > Diorama

    28 juin 2003, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Pas question de rebellion ; juste de reconnaître certains albums pour ce qu’ils sont : de la merde pure et simple ! Si vous êtes trop aveuglés par l’idée de votre propre "tolérance" et "respect" pour vous en rendre compte, tant pis pour vous...

    [Répondre à ce message]

      > Diorama

      2 juillet 2003 [retour au début des forums]


      Bon on va procéder autrement, je me suis mal exprimé. Après tout, le boulot d’un chroniqueur est de chroniquer, et d’exprimer comme étant acquis un avis personnel. Cependant, ta chronique est un peu "extrême". Que tu n’aimes pas l’album est une chose, et je peux très bien comprendre. Maintenant, le trainer dans la boue comme tu l’as fait, c’est aussi un peu, quelque part, accuser tous ceux qui l’ont aimé d’avoir mauvais goût. Personnellement, j’aime beaucoup Diorama, bien que mon préféré reste Neon Ballroom. Alors, quand tu dis "de la merde pure et simple", tu comprend, je me sens un peu insulté. J’ai peut-être réagi impulsivement, car je me rend compte que finalement mon commentaire rentrait dans la même démarche que celle que je cherchais, justement, à critiquer. Je propose qu’on fasse la paix et que chacun se quitte avec son image de silverchair :-)

      [Répondre à ce message]

        > Diorama

        2 juillet 2003, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


        Comme je l’expliquais encore hier à quelques incrédules, la critique est par essence une démarche purement subjective. Je pense que nos lecteurs sont suffisamment intelligents pour ne pas penser que l’avis de Marc Lenglet ou de Jerôme Delvaux tient lieu de Table de la loi. Ce qui me permet d’écrire une chronique extrème sans crainte si j’ai un avis extrème au sujet de l’album. Sous-entendre que ceux qui aiment ont mauvais goût ? Cela tombe sous le sens, puisque j’ai détesté cet album et que, comme tout le monde, je pense avoir des goûts très sûrs... ;-) Là non plus, je ne pense pas que les lecteurs soient influençables à ce point.. ! Sur un site comme celui ci, dépourvu de toute attache publicitaire ou commerciale, on peut écrire ce qu’on veut sans crainte de rétorsion financière. Les lecteurs peuvent se sentir offensés mais ils ont toute latitude pour répondre !
        Traité de paix accepté !

        [Répondre à ce message]

          > Diorama

          8 décembre 2003, par Yoan [retour au début des forums]


          Je tombe sur ce topic complètement par hasard, et des plombes à la bourre, mais je ne peux pas me taire... Allons bon, "Diorama" ennuyeux ? "across the night" est un chef d’oeuvre mélodique d’une inventivité renversante, les lignes de chant sont inspirées, personnelles et véritablement intenses, et le titre s’avère passionnant de la première à la dernière seconde, arborant une structure confondante d’audace et de maîtrise. L’orchestration est à couper le souffle, soutenue par des cordes malicieuses et troublantes de justesse... Le talent de composition insolent de Daniel Johns se marie à merveille avec les orchestrations de Van Dyke Parks, qui n’a plus rien à prouver depuis fort longtemps... Le résultat est un titre magique, impressionnant, unique, aux partis pris évidents, qui sucitera une foultitude de réactions opposées mais dont l’inspiration grandiose lui confère un statut intouchable, quasi spirituel, bien au dessus d’une chronique incendiaire noyée au milieu d’éloges béats de gens qui n’auraient jamais misé un sous sur ce groupe.
          Ce n’est pas mon rôle de faire une chronique de ce disque fantastique (mais bon sang, qu’est-ce que j’en ai envie), donc je m’abstiendrai en ce lieu d’étaler mes critiques dithyrambiques au titre par titre (partagés par nombre de critiques très réputés soit dit en passant), mais il me semble nécessaire de ne pas étiquetter un groupe. Silverchair a joué 2 albums durant un grunge de calibre efficace et tout à fait respectable, aujourd’hui il s’agit d’un groupe qui s’affirme comme étant génialement créatif. C’est ce qui le rend énorme et admirable.
          Mais peut-être plus aux yeux de certains que l’incapacité à sortir de l’ordinaire, le talent semble déranger... A moins bien sûr qu’il soit simplement incompris.

          Amicalement et sans volonté aucune de relancer une polémique déchirante, je tenais simplement à dire mon mot sur un album qui compte énormément pour moi.

          Merci. ;-)

          [Répondre à ce message]