Pop-Rock.com



Silver Riot : "Pittsburgh 1877"
Rencontres nocturnes

samedi 6 décembre 2008, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
I’m From Barcelona : "Who killed Harry Houdini ?"
Front 242 : "Still & Raw"
Tina Dickow : "Count to ten"
Bright Eyes : "I am wide awake, It’s morning" / "Digital ash for a digital urn"
Robyn : "Robyn"
Kinito : "L’Album"
George Michael : "Patience"
Maps : "We can create"
Tom McRae : "King of cards"
Crowded House : "Time on earth"


C’était il y a quelques mois, au DNA. Je m’y rendais juste pour boire un verre. Il y avait un concert, mais je serais bien incapable de dire de qui. J’étais installé au bar, à ma place habituelle, avec Yeti Popstar et quelques autres habitués (dont Fabrice, le chanteur des Vogues, me semble-t-il). Il y avait aussi un autre gars en long manteau en cuir, visiblement un intellectuel, qui fumait sa clope avec une gestuelle de dandy. L’un des convives me le présenta comme étant Pascal, un juriste et accessoirement le guitariste de Yel. « Et de Silver Riot ! », ajouta-t-il.

Silver Riot n’était à l’époque qu’un projet embryonnaire qu’il formait avec Joris Oster, un autre membre de Yel. Yel. Parlons-en de Yel. S’il y a un groupe rock belge powered by Fadila qui ne fait pas du tout l’unanimité au plat pays, c’est bien Yel. Entre autres à cause de la grande gueule de son leader, Jean-Christophe Van Achter, qui n’a jamais peur de mettre les pieds dans les plats quand il juge que c’est nécessaire. Ni même d’assener « Ghinzu, je les emmerde ! » dans les colonnes de ce webzine (ici). Un vocabulaire digne d’Etron, quand on fait du rock subsidié et qu’on sort des jolis petits singles pop comme Nouvelle vague, ça fait désordre, JC ! Puis Yel s’est séparé, parait-il, et finalement reformé (parait-il aussi, on n’en sait trop rien, en fait...). Pascal, le guitariste, a fait joujou pendant quelques mois avec Velvet Underwear, le combo electro/punk bruxellois que l’Europe entière nous envie, avant de monter son propre truc de son côté. Silver Riot, donc. Avec Joris, le bassiste.

Je découvre l’album et je suis sur le cul. C’est qu’il dézingue solide, ce scud ! Je me souviens encore avoir recroisé le Pascal dans les toilettes du DNA, durant cette soirée à laquelle je faisais allusion. On a discuté paisiblement un petit moment, appuyés contre le mur entièrement tagué du couloir, dans un nuage de Marie-Jeanne et de vapeurs d’alcool. L’air sûr de lui, il m’a expliqué sa vision du journalisme musical (qui ne servirait à rien, en gros) puis m’a sorti une série de considérations hautement philosophiques - ou carrément abracabrantes, au choix - au sujet de sa passion pour la flûte traversière, le luth, la musique baroque, les orchestres de chambre, etc. Il m’a cité des musiciens classiques italiens dont je n’avais jamais entendu parler de ma vie... Ce genre. Alors quand j’écoute Love sniper, We hate poppies, Surf is violence, Street fighting Britney ou Valium suicide (admirez-moi ces titres !), j’ai du mal à croire que le gars avec qui j’ai causé cette nuit-là est derrière ce maelström bruitiste assez violent... Et finalement, pourquoi pas ?

En fait, la recette Silver Riot est simple : Pascal et Joris jouent des parties de guitare et de basse super bien foutues (ils savent jouer, y a pas à dire) puis ajoutent une boîte à rythme speedée, quelques samples de bric et de broc et des sons électroniques vaguement crades par dessus. Le concept tient la route mais on peut regretter que les bandes n’aient pas été confiées à un producteur extérieur (le duo s’est chargé lui-même de l’enregistrement, du mixage et du mastering de Pittsburgh 1877) parce que le son est vraiment trop propre. Ce n’est que mon avis, ça vaut ce que ça vaut, mais je pense que quand on monte ce genre de projet « alternatif », un son aussi clean, ça fait désordre. Dommage car ces dix titres ont un potentiel dévastateur. Un peu de cette folle énergie dans les prochaines prods de Yel serait d’ailleurs franchement bienvenue...

PS : On me souffle que c’est en live que Silver Riot déchire carrément sa race. Je tâcherai de le vérifier très bientôt.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 6 contribution(s) au forum.

Silver Riot : "Pittsburgh 1877"
(1/2) 9 décembre 2008, par Catitange4ever
Silver Riot : "Pittsburgh 1877"
(2/2) 6 décembre 2008, par Serge C.




Silver Riot : "Pittsburgh 1877"

9 décembre 2008, par Catitange4ever [retour au début des forums]

Môsieu Delvaux,
Comment faites-vous donc pour, une fois de plus, aussi bien traduire mes pensées ? ;-)
Puis-je me permettre d’exprimer ici un voeu ?
Pascal et Joris voudraient-ils nous gratifier d’un second album plus post-rock, certes moins original mais tellement planant.
Avec une telle qualité de jeu et les influences classiques qu’on leur connaît, nous atteindrons ainsi un "lyrisme-rock" "pur et... dur" !! Le nirvana quoi ;-)
Encore merci pour votre travail !
Catherine

[Répondre à ce message]

Silver Riot : "Pittsburgh 1877"

6 décembre 2008, par Serge C. [retour au début des forums]

Intéressant, un groupe de plus à découvrir.

Rien à voir mais l’éditorial de la page d’accueil se fait un peux vieux...

[Répondre à ce message]

    Silver Riot : "Pittsburgh 1877"

    7 décembre 2008, par Meffrey [retour au début des forums]


    Oui rafraichissez que cet édito me déprime (Yû m’a tuer). Et pourquoi JD n’avoir pas compilé ici plutôt votre top ten (même les deux premiers manquants, ce qui laisse effectivement de quoi jouer un peu avec vous) ?

    [Répondre à ce message]

      Silver Riot : "Pittsburgh 1877"

      18 décembre 2008, par VxV [retour au début des forums]


      "Il y avait aussi un autre gars en long manteau en cuir, visiblement un intellectuel, qui fumait sa clope avec une gestuelle de dandy."

      J’adore...c’est bien lui...
      VxV

      [Répondre à ce message]

        Silver Riot : "Pittsburgh 1877"

        19 décembre 2008 [retour au début des forums]


        Meffrey = Jeffrey, Jeffroy = Homösaurus Eructus = Humphrey Binsusset = Morbaque Montaigne = pas mal de trolls et j’en oublie...les lecteurs les moins dilettantes, arf, le savent bien.

        Donc rien compris à ce post Vieux Vié. Mais ça n’a vraiment plus aucune espèce d’importance (horreur du désabusement c’est pire que tout).

        J’en profite pour remercier chaleureusement le(s) modérateur(s) pour sa (leur) patience à mon égard et même les censures, rares en proportion, dont j’ai fait l’objet durant ces 2 dernières années.

        Mon repas est terminé alors que se profile déjà la meute couscoussienne des petites charognes excitées par les restes du banquet.

        Bonne bourre à ceux et celles qui savent vivre.

        [Répondre à ce message]

        Silver Riot : "Pittsburgh 1877"

        19 décembre 2008 [retour au début des forums]


        @ la Synthange (dénichée ce matin)

        Vous avez dû bien glousser, quand un jour je vous ai visualisé la vulve !... je pars sur bien des fou rires vous savez !

        [Répondre à ce message]