Pop-Rock.com



Sheryl Crow : "Wildflower"
S’endormir au coin du feu

samedi 3 décembre 2005, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Skid Row : "Revolutions per minute"
Silverchair : "Diorama"
Great Lake Swimmers : "Ongiara"
The Rasmus : "Hide from the sun"
Love Of Diagrams : "Mosaic"
dEUS : "Pocket Revolution"
Comets on Fire : "Blue cathedral"
Om : "God is good"
The Robocop Kraus : "They think they are The Robocop Kraus"
Andy Bell : "Electric blue"


A 43 ans, Sheryl Crow est une femme comblée. Riche, belle, mariée, appréciée pour ses divers engagements, celle qui avait débuté comme choriste et comme chanteuse pop, avant de récolter les faveurs du public et de la critique avec un rock plus rugueux aux racines blues et country, se faisait rare dans les studios depuis plusieurs années. La voici de retour dans un style bien différent de ce qu’elle nous avait prodigué jusqu’ici.

Bien loin de nous ramener sur les chemins d’un rock empreint de références traditionnelles américaines, Sheryl Crow nous présente ici des mélodies classiques, douces et à fleur de peau. L’art de la ballade se fait harmonieux et maîtrisé, à peine troublé par un Live it up un rien plus enlevé. Sheryl nous parle de l’amour, de l’existence, de son rapport personnel à ces deux éléments, de sa vie passée et à venir. Dans l’esprit, on a affaire à une réalisation à l’image de celles d’une Sarah MacLachlan, voire même d’une Norah Jones qui aurait oublié d’être niaise. Car notre cow-girl préférée sait tout de même mettre un minimum de forme dans l’expression de ces sentiments sur lesquels s’escrime le rock depuis plus de 40 ans.

Même si elle ne parvient pas toujours à esquiver le poncif, on ne dénichera dans Wildflowers rien qui nous fasse pérorer outre mesure sur la lourdeur du propos. Bien entendu, on trouvera aisément plus fin et imagé que la sémantique avec laquelle Sheryl nous dévoile ses vues sur l’humanité. Mais on trouvera encore bien plus facilement pire. Les morceaux suivent et s’inscrivent dans une paisible continuité, celle d’une soirée imaginaire passée dans le ranch de Sheryl Crow, à compulser de vieux albums de photos et à discuter d’opinions et de ressenti. Que du très respectable, me direz-vous. Et pourtant, on conservera de Wildflower un souvenir en demi-teinte. Pas qu’on soit atrocement déçu. Vraiment pas. Mais l’album ne procure aucune autre impression que celle d’avoir écouté une petite heure de musique agréable, reposante, séductrice même... mais sans jamais ressentir cette petite étincelle qui fait que l’on écoute pas seulement quelque chose avec plaisir, mais qu’on aime l’écouter avec plaisir.

Je veux bien croire qu’il s’agisse d’un album charnière dans la carrière de la chanteuse texane, un album qui semble tirer un trait sur un début de carrière coincé entre de réelles envies de se faire plaisir avec talent et les tentations du top 40. Mais en partant de ce principe, on entre dans le registre de la production autosuffisante, celle réalisée par un artiste et destinée prioritairement à lui-même, mais qu’il commercialise malgré tout, soit parce qu’il a envie d’arrondir ses fins de mois, soit parce qu’il souhaite faire partager ses émotions, ses joies et ses peines à ses admirateurs. Dans le cas de miss Crow, on penche sans hésiter pour la seconde possibilité. Des albums comme Sheryl Crow ont clairement démontré que la belle américaine était tout sauf une étoile filante dont la plastique pouvait excuser beaucoup de choses. Ce n’est pas que je ne l’aime pas, ce Wildflower, c’est que je n’éprouve pas d’empathie pour lui, que je serais bien en peine de le haïr... Et tout autant incapable de lui trouver quoi que ce soit d’enthousiasmant ou tout simplement de différent...

Exprimer son amour pour l’harmonie d’une vie rangée et la beauté des actions insignifiantes fait partie des passe-temps favoris des artistes en fin de parcours. Et contre toute logique, cela donne souvent naissance à des œuvres sereines, douces et poétiques, où le plaisir pris à l’exercice déteint sur l’auditeur fatigué de toute cette excitation soi-disant rock’n rollesque. Mais peut-être davantage quand on s’appelle Neil Young que Sheryl Crow...



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Sheryl Crow : "Wildflower"
(1/2) 13 octobre 2013, par ed
Sheryl Crow : "Wildflower"
(2/2) 3 décembre 2005, par ronnie




Sheryl Crow : "Wildflower"

13 octobre 2013, par ed [retour au début des forums]

Je suis impressionné sur ce site, il ya beaucoup d’informations utiles et importantes posté. Les idées des auteurs sont tout simplement incroyables. Visit daily miami business news real estate page.

[Répondre à ce message]

Sheryl Crow : "Wildflower"

3 décembre 2005, par ronnie [retour au début des forums]

Autant sa musique m’indifere autant je la trouve super bien gaulé et j’adore regarder ces clips. Ma mére avait raison j’aurais du me faire coureur cycliste au lieu de coureur de jupon.

Bon sur cette remarque hautement constructive ayant magnifiquement completer la chronique de ML (eh oui moi j’apelle les chroniqueur par leurs initiale parce que je suis un fou dans ma tete) et qui aura je l’espere éclairer beaucoup de lecteur sur la qualité du dernier Sheryl Crow je vous laisse.

Bien à vous

[Répondre à ce message]