Pop-Rock.com



Shack : "The Corner of Miles & Gil"
« Silence dans la baraque ! » (Raymond Goethals)

mardi 3 février 2009, par Jeremy Plywood

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Corrs : "Borrowed Heaven"
Def Leppard : "Yeah !"
Cato Salsa Experience : "A good tip for a good time"
Texas Trauma : "Topgun Patsy"
DJ Hell : "Teufelswerk"
Massive Attack : "100th window"
Clap Your Hands Say Yeah : "Some loud thunder"
Asia : "Silent nation"
Waltari : "Rare species"
VETO : "Crushing digits"


Je suppose que les plus anciens d’entre-vous se souviennent des incroyables Pale Fountains et de leurs deux renversants albums sortis au milieu des années 80. les Fountains splittent dans la foulée et Michael Head forme Shack avec son frère John. Après de nombreuses péripéties, des problèmes de drogue et d’alcool, Michael Head, complètement revigoré, a trouvé refuge avec son groupe sur Sourmash, le label de Noel Gallagher (Manchester au chevet de Liverpool !) et revient à ses anciennes amours. De la pop effervescente et habitée.

Comme évoqué ci-dessus, les Pale Fountains ont donc sorti deux des plus indispensables albums des années 80. En 84, c’est Pacific Street qui voyait le jour suivi, une année plus tard par From across the Kitchen Table, produit par l’incontournable Ian Broudie. Ces albums contenaient pêle-mêle les titres Jean’s not Happening, Thank you, Bicycle Thief, Palm of my Hand ou encore These are the Things. Autant de chansons magnifiquement touchantes aux arrangements intelligents et aux mélodies parfaites et vertigineuses. Indispensable en tous points. Et ici, point de new-wave pataude ou autre gothique sombre et frisquet inhérents à l’époque. Succès d’estime incontournable dans la catégorie pop-indé, certes. Alors que dans le même temps, les Prefab Sprout de Paddy McAloon cartonnent gaiement avec les mêmes recettes de base. Une pop-folk lêchée et aérienne. Leurs deux premiers albums, Swoon et Steve McQueen sortent également en 84 et 85 et frôlent tous deux le top 20 britannique. Beaucoup mieux pour le quatuor de Durham face à leurs collègues liverpuldiens qui entrent péniblement dans le top 100.

Formé en 1986, Shack a déjà sorti cinq merveilleux disques. Dans l’ordre : Zilch, Waterpistol, HMS Fable, Here’s Tom with the Weather et celui-ci, sans oublier the Magical World of... sous le nom de Michael Head & The Strands, sorte de parenthèse en forme de « one-shot » sorti en 1998 et vachement réussi. On notera pour la petite histoire que l’album Waterpistol mettra près de cinq ans à voir les bacs des disquaires. En effet, les bandes furent d’abord brûlées dans l’incendie du studio d’enregistrement. Ensuite, le d.a.t contenant le master prêt à être gravé fût oublié dans la voiture de location du producteur Chris Allison ! Cette d.a.t refit surface quelques semaines plus tard mais pas encore question de sortir cet album car leur distributeur avait fait faillite entre-temps ! Ce sera finalement le label allemand Marina qui sortira cet album qui recevra d’excellentes critiques de la presse musicale mais se vendra très mal.

Soit, revenons donc au dernier album en date de Shack. On retrouve ici les mêmes ambiances pop feutrées que celles qui firent leur image de marque dans le passé. Avec un surplus de gravité, ma foi bien normal, car Michael Head a un lourd passé. Le bad boy de Liverpool a flirté avec l’héroïne. Pour s’approcher plus près de ces héros ? Mais heureusement il s’en est sorti. Le génie a pris de la bouteille, au propre comme au figuré. Il revendique toujours les mêmes influences qui étaient celles des Pale Fountains dès 1980. A savoir : Love (dont ils furent backing band pour quelques dates), Beatles et Burt Bacharach, mais également Miles Davis et Gil Evans qui ont, sans aucun doute, influencé le titre de cet album. Dans le genre références de haut vol, on pourrait tomber plus mal.

Donc, ce Corner of Miles and Gil compte douze chansons, douze pépites finement ciselées. Chœurs aériens, cuivres, bois et strings sont au rendez-vous et rehaussent de leur présence les compositions d’orfèvre de Michael Head. On retrouve aussi cette voix si familière qui a mûri, bien sûr, mais qui reste fragile et pourtant qui tient la baraque bien en place. Pour ceux qui ont un faible pour The La’s et Cast, qui fût son descendant, on retrouve çà et là un esprit commun. Le courant de la Mersey ?L’esprit de Liverpool ? Bon sang ne saurait mentir puisque le bassiste Pete Wilkinson quitta quelque temps le groupe pour rejoindre John Power à l’aube de fonder Cast. Pete Wilkinson est à présent de retour avec le batteur Iain Templeton qui avait assuré les sessions lors de l’album des Strands.

Il est presqu’impossible de mettre en avant une chanson de cet album. Tout ici coule de source, avec une force impressionnante, un feeling commun. Des chansons simples, souvent lentes et caressantes mais parfois plus rugueuses et énervées. La guitare acoustique est omniprésente et donne de la chaleur aux compositions. Une proximité bienvenue s’impose d’elle même. Comme si Michael était assis à côté de vous, dans votre salon et ne chantait que pour vous. Une sensation rare à l’heure actuelle avec tous ces disques surproduits. Ces nouveaux barbus qui ont oublié l’essentiel au vestiaire.Ces nouveaux venus aux dents longues et au charisme de moules que sont Keane, ces boursoufflés Radiohead et leur « chanteur » horripilant qui nous geint aux oreilles depuis trop longtemps ou encore ce poseur de Chris Martin et son horrible Coldplay. Mais quand vont-ils bien pouvoir composer une vraie chanson ?

Malheureusement pour Shack, la pose et le marketing sont, hélas, bien plus importants que le talent dans ce business de merde. Business qui ne veut que tourner, en rond, en se regardant le nombril et en se réjouissant d’encore vendre pas mal de millions de plaques aux jeunes et moins jeunes qui gobent tout ce que leur invente ces éleveurs de champions. Au royaume des borgnes, les aveugles sont sourds ! Et moi, je n’échangerais pour rien au monde mon baril de groupe maudit contre 2 tonneaux de poudre sans saveur, même si on reçoit un mini-poster géant dédicacé dans l’emballage et son poids en marshmallows.

Alors, si vous avez aussi l’impression qu’on joue avec vos oreilles et/ou vos couilles, revenez à des choses simples et évidentes. Shack en fait, fort heureusement, partie.

http://www.shacktheband.com/



Répondre à cet article

Jeremy Plywood





Il y a 8 contribution(s) au forum.

Shack : "The Corner of Miles & Gil"
(1/7) 1er novembre 2012, par cherrin
Shack : "The Corner of Miles & Gil"
(2/7) 4 février 2009
Shack : "The Corner of Miles & Gil"
(3/7) 3 février 2009, par Gilbert Lepère
Shack : "The Corner of Miles & Gil"
(4/7) 3 février 2009, par Fabrice
Shack : "The Corner of Miles & Gil"
(5/7) 3 février 2009, par Jojo
Shack : "The Corner of Miles & Gil"
(6/7) 3 février 2009, par Le légionnaire
Shack : "The Corner of Miles & Gil"
(7/7) 3 février 2009, par Clay




Shack : "The Corner of Miles & Gil"

1er novembre 2012, par cherrin [retour au début des forums]

Buy Freelander PD70F android 4.0 Tablet PC 9.7 inch Dual Camera 1G RAM 8GB from China Android 4.0 Tablet PC Online Store, Enjoy Cheap (Discount) ...
Buy Cube U9GT4 tablet pc with Android 4.1 RK3066 Dual Core 1.6GHz IPS WSVGA Screen from best China Android Os Tablet wholesale,Paypal ...

[Répondre à ce message]

Shack : "The Corner of Miles & Gil"

4 février 2009 [retour au début des forums]

Shack c’est la grande classe en effet. Je suis passé à coté des deux premiers albums apparemment, je vais donc me mettre à leur recherche (que je devine pas facile) et je dois avouer être complètement passé à côté des Pale Fountains aussi, encore tant de belles choses à écouter...

Donc merci.

Et sinon je n’aurais pas cité (les très bons) The La’s en comparaison (et surtout pas Cast !).
Moose peut-être ? Mais ca se discute.

[Répondre à ce message]

Shack : "The Corner of Miles & Gil"

3 février 2009, par Gilbert Lepère [retour au début des forums]

Si je puis me permettre, la citation exacte ne serait pas "calme hein dans la baraque" ?

[Répondre à ce message]

Shack : "The Corner of Miles & Gil"

3 février 2009, par Fabrice [retour au début des forums]

Je l’aime bien cet article.
Cependant, une chose... Ne s’agit-il pas plutôt des "STANDS", groupe de Liverpool ayant sorti 2 très bons albums, et non "stRands" ?

[Répondre à ce message]

    Shack : "The Corner of Miles & Gil"

    3 février 2009, par jeremy [retour au début des forums]


    je connais également the stands et leurs deux albums : all years leaving + horse fabulous. mais c’est bien de michael head and the strands dont il est question ici.

    [Répondre à ce message]

Shack : "The Corner of Miles & Gil"

3 février 2009, par Jojo [retour au début des forums]

Il y a trois semaines, au cours d’une soirée, alors que passait une de mes vieilles compil’, au moment de "Thank you" des Pale Foutains version Peel Session, et en plein milieu de la chanson, l’hôte en a eu marre et a éjecté le CD. Je crois qu’il a mis le dernier album de Björk à la place, ou peut-être les Daft Punk.

[Répondre à ce message]

Shack : "The Corner of Miles & Gil"

3 février 2009, par Le légionnaire [retour au début des forums]

Michael Head , SHACK , The Pale Foutains ...

Immenses chansons
Immense époque.
Immense respect.
Immenses quantités de drogues aussi .

Au passage : Les Pale Foutains sur Pop rock ... c’est comme Barack Obama faisant des dunks à la Maison Blanche.
C’est quand-même dix fois mieux qu’avant ce site .. Delvaux était quand-même un sacré gros bourrin.

[Répondre à ce message]

Shack : "The Corner of Miles & Gil"

3 février 2009, par Clay [retour au début des forums]

Ces nouveaux barbus qui ont oublié l’essentiel au vestiaire.

Tous les barbus sont des animaux et devraient crever.

Ces nouveaux venus aux dents longues et au charisme de moules que sont Keane,

Entièrement d’accord. Je les ai vus en live et leur absence totale de charisme était le gros point noir.

ces boursoufflés Radiohead et leur « chanteur » horripilant qui nous geint aux oreilles depuis trop longtemps

C’est vrai que la musique de Radiohead avec un chanteur style Jeff Buckley, au hasard, ça aurait franchement plus de gueule.

ou encore ce poseur de Chris Martin et son horrible Coldplay. Mais quand vont-ils bien pouvoir composer une vraie chanson ?

Ils en ont quelques-unes sur leur deuxième album (Politiks, Clocks, Amsterdam,...), mais c’est sûr que la personnalité du chanteur n’est pas un atout.

[Répondre à ce message]