Pop-Rock.com



Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"
56 ans et toutes ses dents !

mardi 2 août 2005, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Marilyn Manson : "The golden age of Grotesque"
Patti Smith : "Twelve"
Jelly : "Pre First EP"
Muse : "The resistance"
The Datsuns : "Outta sight/outta mind"
Living Colour : "Collideoscope"
The Mars Volta : "The Bedlam in Goliath"
Paul Stuart & The Sweet Powerpack : "Talk about particular generalities"
Melotron : "Propaganda"
Morrissey : "Years of refusal"


Question préliminaire : est-ce que des jeunes blancs becs gavés de new-wave, de metal et de musique électronique peuvent encore trouver du plaisir à écouter un vétéran médaillé, décoré qui a tout connu et qui vient nous parler de vieux rock et de blues ? Comme le dirait un de mes anciens professeurs avec son éloquence coutumière : ben oui, évidemment !

Nous sommes en 1968. Après avoir virevolté de petit groupe en petit groupe, Robert Plant, qui n’a même pas vingt ans, se fait repérer par Jimmy Page qui lui propose de devenir le chanteur des New Yardbirds, qui sera rapidement rebaptisé Led Zeppelin. C’est le début d’une fabuleuse Histoire de rock and roll, une des pages les plus importantes de l’Histoire de la musique. En treize ans et neuf albums, contenant les fondements du hard rock (Communication Breakdown, Dazed and Confused, Whole Lotta Love), mais aussi des monuments de folk, de blues, de rock progressif et les classiques d’entre les classiques que sont Stairway to Heaven et Kashmir, Led Zeppelin s’impose comme l’un des groupes les plus influents de l’Histoire. Leur parcours chaotique, ponctué de drames personnels divers et d’excès en tous genres, prendra tragiquement fin suite au décès du batteur John Bonham, qui périra suite à une surdose d’alcool.

Les années 80 ont vu les trois membres restants se lancer dans des projets solos divers, mais seul Robert Plant parviendra à mener une carrière qui connaîtra un franc succès, tant artistique que commercial, sans pour autant être fondée exclusivement sur la nostalgie de Led Zeppelin. Evidemment, la parenté est évidente, mais elle tient bien plus à cette voix unique et aux racines blues du bonhomme qu’à une volonté de prolongement de l’œuvre du groupe.

Le premier album de Robert Plant sortira en 1982, et le public ne s’y trompera pas, réservant un accueil chaleureux à cet opus. Mais la consécration arrivera vraiment en 1983, avec l’album Principles of moments et son slow crapuleux : Big log. Le chanteur a bien fait comprendre qu’il était capable de mener une carrière solo digne de ce nom, même si le milieu des années 80 n’est pas d’une extraordinaire richesse. Parallèlement, il lui arrivera de retrouver ses anciens compagnons et amis pour des concerts ponctuels.

Mighty Rearranger est le huitième album solo de Plant. Et la première chose qui frappe à l’écoute de ce nouveau disque est la stupéfiante faculté du chanteur à proposer quelque chose qui rappelle à la fois ses origines, mais qui sonne également terriblement moderne. On peut s’en douter, Robert Plant n’a pas, et n’a jamais eu, l’intention de concurrencer Led Zeppelin, et il n’a jamais affiché l’ambition de proposer des pièces impérissables du niveau de Since I’ve Been Loving You ou No Quarter. Cela ne l’empêche toutefois pas de truffer ses disques de moments rares empreints de grâce et de mysticisme, ou de brûlots blues-rock qui peuvent servir de sérieuse leçon à ces gamins tous fiers de jouer du vrai rock urgent et immédiat comme autrefois.

Même si c’est parmi ces titres composés en droite ligne du blues que l’on trouve les morceaux les plus dispensables, de facture parfois trop classique, on ne peut toutefois qu’être bluffé par le premier single, Shine It All Around, sa guitare lourde, son solo aérien, et ses arrangements subtils. Ca fait un bien fou d’entendre ce quinquagénaire prendre tant de plaisir à chanter, et déployer tant d’énergie alors qu’on pourrait légitimement croire qu’il a déjà dit tout ce qu’il avait à dire.

Mais les merveilles de cet album ne sont pas à chercher parmi les morceaux les plus enlevés, ni dans sa jolie ballade folk (All the King’s horses). L’extase complète, on la découvrira au détour de morceaux lents et aériens et des titres les plus audacieux, dans lesquels ce féru d’occultisme fait preuve d’une inspiration et d’un talent qui semble ne pas connaître de limite. Tin Pan Valley, en est l’exemple parfait, avec sa boucle électro sur laquelle Plant pose une voix feutrée avant qu’une tempête de guitares ne vienne tout dévaster sur son passage.

Et il y a cette voix. Une des voix les plus caractéristiques et les plus puissantes du rock. Bien sûr, Robert Plant n’a plus la vigueur de 1968 (et n’oublions pas qu’il a également été opéré des cordes vocales), mais son timbre est inimitable, et il sait encore surprendre et adapter son chant mystérieux et habité sur certains titres comme The enchanter, avec son passage a capella qui précède un final électro surprenant mais magnifique.

Après tant d’années, après avoir marqué de manière indélébile le monde musical de son empreinte vocale, Robert Plant prouve à nouveau qu’il est un artiste d’actualité. Mighty Rearranger sonne tout à fait actuel. Parvenir à rester innovant sans jamais pour autant renier ses racines est un talent rare, mais c’est aussi visiblement le credo de cet artiste exemplaire qui ne sombre jamais dans la facilité, et qui fait montre d’un respect immense à l’égard de ses fans, à l’égard de l’ensemble des mélomanes, mais aussi à l’égard de la musique rock, cette musique qui lui a tant donné et tant pris, par et pour laquelle il vit.

Un grand Monsieur de la musique, tout simplement.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 14 contribution(s) au forum.

Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"
(1/4) 30 juin 2007, par nomis15
Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"
(2/4) 30 décembre 2005, par R.T.
> Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"
(3/4) 3 août 2005, par Kao
> Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"
(4/4) 2 août 2005, par lkj




Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

30 juin 2007, par nomis15 [retour au début des forums]

Un album fantastique , un GRAND merci à MONSIEUR PLAT SVP !

[Répondre à ce message]

Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

30 décembre 2005, par R.T. [retour au début des forums]

Je viens de le découvrir cet après-midi et je regrette vraiment d’être passé à côté de ce très bon disque. Un des tout meilleur écouté cette année. Bonne musqiue, bonnes mélodies, superbe voix. Coup de coeur tardif pour ce disque qui n’a certes pas eu de mauvaises critiques mais n’a pas eu le succès qu’il mérite à mon sens ! Mais je pense qu’il va se bonifier au cours des années qui viennent et que ça va finir par devenir un "classique".

[Répondre à ce message]

> Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

3 août 2005, par Kao [retour au début des forums]

En écoutant cet (excellent) album, je n’ai pas pu m’empêcher de penser au dernier opus d’un autre "vieux" tenant du rock progressif ...

[Répondre à ce message]

    > Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

    4 août 2005, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


    Désolé, mais je sèche. A qui fais-tu allusion (je sens que je vais m’en vouloir de ne pas avoir trouvé et être bon pour six semaines de flagellation) ?

    [Répondre à ce message]

      > Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

      4 août 2005, par lkj [retour au début des forums]


      Je vais certainement dire une connerie mais je me lance : Brian Eno ?
      (on peut considérer certains de ses travaux comme du progressif et surtout ceux avec Robert Fripp).

      [Répondre à ce message]

        > Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

        4 août 2005, par lkj [retour au début des forums]


        Peut-être Phil Manzanera ? Bon c’est de l’année dernière je sais....
        Ou simplement Van der graff....(me suis pété un doigt sur le clavier).

        [Répondre à ce message]

          > Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

          4 août 2005, par lkj [retour au début des forums]


          Réponse après les vacances ?

          [Répondre à ce message]

            > Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

            4 août 2005, par Kao [retour au début des forums]


            Désolée, il m’arrive d’aller bosser de temps en temps ;-)

            Ni Brian Eno, ni Manzarena, ni aucun membre de Roxy Music :-b

            Peter Gabriel, tout simplement . Certains passages de "Mighty Rearranger" m’ont rappelé des moments de "Up", notamment au niveau de la voix et de certains effets sonores, les percus ... je suis nulle pour parler de musique de façon concrète, je dirais simplement que c’est une impression générale . Quand je l’ai entendu pour la première dans la voiture de mon paternel, j’ai cru qu’il s’agissait de l’ex-membre de Genesis ...

            Je voulais savoir si d’autres avaient eu la même "première impression" que moi, mais visiblement je suis toute seule là ...

            [Répondre à ce message]

> Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

2 août 2005, par lkj [retour au début des forums]

Bel article qui met la lumière sur ce magnifique disque.S’agit-il du meilleur album de Robert Plant ? Je ne suis pas loin de le croire.

A noter que le groupe qui accompagne Plant compte des musiciens ayants joués avec Portishead, Roni Size, Jah wobble (Public Image Ltd), Cast ou encore Massive Attack.
Cela donne une mixture vaguement arabisante mais terriblement rock en fait (un peu comme sur "Unledded" en 1994).

[Répondre à ce message]

    > Robert Plant & The Strange Sensation : "Mighty Rearranger"

    2 août 2005, par seethesky [retour au début des forums]


    Plant a toujours été taraudé d’orient et de musique arabe. On raconte qu’ici (in Paris) on peut le voir chercher des cassettes dans les étals de Barbès...
    Sans être musicienne ni avoir suivi toute sa carrière hors du Zep (sauf le No Quarter déjà très arabisant et pour cause - cf les musicos), je suis perso en admiration devant ce qu’il fait et cette façon d’aller de l’avant. Ce mec s’est construit une 2ème vie musicale après le Zep, et si on compare avec ce qu’a fait Page depuis, (ou encore avec Jagger et ses albums solos merdiques...), Plant est vraiment une exception... probablement liée à son ouverture musicale tous azimuts d’ailleurs... alors même si la voix n’est plus celle de l’époque, on suit quand même.

    [Répondre à ce message]