Pop-Rock.com



Richard Ashcroft : "Keys to the world"
Mais vous allez arrêter de me fourguer des CD de brit-pop ?

mardi 11 avril 2006, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Interpol : "Antics"
Cafeneon : "Cafeneon"
Kasabian : "Kasabian"
Russian Circles : "Geneva"
Franz Ferdinand : "Tonight : Franz Ferdinand"
Clap Your Hands Say Yeah : "Clap Your Hands Say Yeah"
Audioslave : "Revelations"
Porcupine Tree : "Deadwing"
A : "Teen dance ordinance"
Bryan Ferry : "Dylanesque"


Tout a commencé par un clip rigolo dans lequel un bonhomme avec une tête de déglingué marchait dans la rue en renversant les gens qu’il croisait. Quelques semaines plus tard, après un matraquage médiatique en règle, j’achetais cet album qui devait être un des meilleurs de l’année. Neuf ans plus tard, mon sentiment de m’être fait piquer mon pognon n’est toujours pas tari et c’est dans cet état d’esprit que j’aborde l’album solo de ce grand berzingue. Si vous n’aimez pas les chroniques qui partent en vrille, vous feriez mieux de partir tout de suite.

Et pour commencer, un peu de popote interne. Si cet album a mis tant de temps à être chroniqué sur le site, c’est parce que personne n’en voulait. Entre les « j’aime pas cet homme ni ce qu’il fait », les « j’ai trop de chroniques sur le feu en ce moment », les tentatives avortées au motif que « j’ai un peu de mal à parler de ce qui me laisse indifférent » et les silences coupables, il fut finalement décidé que c’est moi qui écoperait de cette chose. Le motif ? Probablement le fait que j’ai dit quelque chose de particulièrement méchant sur le bonhomme. Il paraît aussi que ce serait bon pour moi de me libérer de toute la frustration accumulée ces dernières années. Ben tiens ! Et un Manowar à fond les manettes, ça ne ferait pas mieux l’affaire ?

Enfin bref, me voilà contraint-forcé par des clauses contractuelles extrêmement sévères de m’occuper de la chose. Vous me direz certainement que je n’ai qu’à pas en parler, si je n’en ai pas envie. Je me doute que cette remarque va arriver, alors j’ai déjà préparé mon argumentation : je crois sincèrement qu’il est important de parler de tout, même de ce qui nous déplaît et de ce qui nous laisse indifférent. Si on suivait ce raisonnement de parler que de ce qui nous plait, cela voudrait dire qu’il ne faut pas parler de l’Holocauste, car ça nous rappelle à quel point l’Homme peut être mauvais. Et puis, on m’a promis que je pourrais proposer le nouveau The Gathering en album du mois si je m’occupais de ce machin.

Vous croyiez encore qu’on était libres et indépendants sur Pop-Rock ? Que nenni ! Il est obligatoire que des albums comme celui dont question soient chroniqués. Vous ne vous rendez pas compte à quel point c’est important pour nous de soigner notre image de site complet, suivant de près l’actualité (et Dieu sait qu’on la suit de près : jamais plus de six semaines de retard), capable de parler de tout en toute circonstance. Triste, hein ? Mais si vous étiez à notre place, en train de baver sur le catalogue EMI, vous pondriez également une chronique, même merdique, et vous enverriez le lien au label pour qu’il continue à vous abreuver en nouveautés. Franchement, que sont quelques minutes à parler d’Ashcroft en échange de la flopée d’albums qu’ils nous envoient plus que régulièrement ?

J’ai toutefois décidé de faire de la rétention ! Tel que vous me lisez là, je n’ai pas encore écouté une fois l’album. Ne vous en faites pas, je promets que je l’aurai fait avant la fin de la chronique. Descendre des disques sans les écouter, c’est okay quand il s’agit de Coldplay ou Oasis, et que c’est dans un Flop 5, mais ça ne ferait pas très sérieux dans un belle longue chronique qui prend plein d’espace disque et que plein de gens curieux vont venir lire, n’est-ce pas ?

Pour l’instant, tout ce que je peux vous dire de cet album, c’est que son single me rend fou ! La mélodie est banale, c’est pompeux. Rien de bien plus condamnable que ce qu’on entend à longueur de journée sur les radios branchées, mais il y a cette voix. Mais quelle horreur ! Et vous payez vraiment pour entendre ça ? Ce chant maniéré, cette attitude de poseur serein en harmonie avec l’univers. Non, désolé, j’y arrive pas !

...

Bon, ça y est, j’ai le disque. Et je stresse. Vous imaginez ce qui se passerait si je l’aimais ? Pas question d’effacer tout ce que je viens d’écrire, ça m’a pris trop de temps. Faire un petit coming-out, avouer que je me suis trompé et faire une belle leçon sur le fait de ne pas se fier à nos a priori, ça serait assez cool, en fait. Ou alors je joue la carte de la mauvaise foi jusqu’au bout, comme ça j’aurai plein de commentaires sous mon article, que j’alimenterai avec des querelles bidons et des réponses agressives aux fans outrés. Non, allez, rassure-toi Geoffroy, tu n’aimeras pas ce disque. Tu n’aimeras pas ce disque. T’aimes pas les Beatles, ni Oasis, ni tous les autres, donc comment pourrais-tu aimer celui-là ? Bon, d’accord, tu aimes bien les Stones Roses et Starsailor, mais ça ne compte pas vraiment. Allez, répétez avec moi : « Tu n’aimeras pas ce disque ». Comment s’appelle-t-il d’ailleurs ? Keys to the world ? Pouah ! Même le plus balourd des groupes de prog (j’ai dit prog ? Merde !) ne va pas accoucher d’un titre aussi pompeux.

Bon, zyeutons un peu cette pochette et ce livret. Pas grand-chose à signaler. Les habituelles poses de briton, avec les grosses lunettes, le menton relevé, l’air désinvolte. La rock attitude, parait-il. Et les titres des chansons : Music is power, Keys to the world, World keeps turning. Pfff, pas vraiment engageant. Ca sent bon le type enfermé dans son monde onirique plein de vraie beauté musicale. De la musique profonde, en somme. Il paraît qu’il y a plein de cordes trempées dans du miel dans ce truc. Ca promet.

...

Bon, j’en suis à la moitié de l’album, et je suis rassuré. C’est nul ! C’est soporifique, ça dégouline de partout (même si j’ai eu un peu peur à cause du premier titre qui arbore de grosses guitares), sa voix est vraiment insupportable. Oh ! Qu’esgourdé-je ? Ah, elle n’est pas mal, celle-là, la cinquième (putain, j’en suis qu’à la cinquième) : Keys to the world (promis, j’irai pas lire les paroles). Belles lignes de chant, beau rythme, et quel joli final. Déjà fini ? Dommage. La suivante remet vite les pendules à l’heure. Un p’tit truc minimaliste, une gratte, une petite nappe de clavier (et des cordes qui vont en s’amplifiant tout au long) et un chant mis en avant, pour démontrer toute la sensibilité du bonhomme, et ses inouïes capacités vocales au travers d’un crescendo irrésistible (ne devrais-je pas garder cette phrase pour une autre chronique ?). Une chanson axée sur la voix d’Ashcroft, je dois vraiment vous expliquer ce que ça m’inspire, ou vous avez compris tout seul ?

Pendant la suite de l’écoute (et durant un joli Cry til the morning), je vais voir un peu ce qu’en raconte la concurrence. Je ne fais pas ça souvent, ou alors c’est pour chercher des infos, mais là, il faut bien que je tue le temps en l’écoutant. J’évite certains sites (je me suis juré de ne pas dire lesquels, je ne voudrais pas qu’on vienne me traiter de mauvaise langue). On en dit du bien en général. On met partout en avant son fabuleux talent de songwriter. Ah, quand même une chronique négative, il était temps. Et joliment tournée en plus. Et je suis bien d’accord avec ce chroniqueur qui ne voit pas la différence avec ce qu’il faisait avec The Verve (et pourquoi ont-ils splitté, d’ailleurs ? Moins il y a de membres dans un groupe, plus il y a de sous pour le frontman, c’est ça ?).

Les écoutes suivantes que je me serai infligé (vous pourriez me dire merci, ou à tout le moins me féliciter) n’auront rien changé. Le songwriting (quel joli terme) luxuriant (joli aussi) du sieur Richard me laisse froid, à l’une ou l’autre exception près. Je savais ce qu’il y aurait dans cet album et le chanteur n’a pas réussi à me surprendre et n’est pas parvenu à s’imposer à moi.

Je me rends compte que cette chronique est plus longue que celles que je rédige pour beaucoup de groupes que j’adore et à propos desquels il y a tant à dire. Tout fout l’camp, moi, que j’vous dis.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 38 contribution(s) au forum.

Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(1/13) 27 décembre 2006
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(2/13) 1er mai 2006, par Arno
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(3/13) 1er mai 2006
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(4/13) 17 avril 2006, par mael
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(5/13) 17 avril 2006
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(6/13) 13 avril 2006, par manuel
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(7/13) 12 avril 2006
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(8/13) 12 avril 2006, par Boettcher
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(9/13) 11 avril 2006, par Koré
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(10/13) 11 avril 2006, par Youki Smayas
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(11/13) 11 avril 2006, par matt
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(12/13) 11 avril 2006, par Oldlynx
Richard Ashcroft : "Keys to the world"
(13/13) 11 avril 2006, par Fab




Richard Ashcroft : "Keys to the world"

27 décembre 2006 [retour au début des forums]

J’avais laissé ce site en 2004, blazé par les critiques incessantes et non fondées, par les arguments incipides et autre mauvaise foi de certain rédacteurs évidemment, qui d’autre ? bref, j’en passe et des meilleurs. En revennant 2 ans plutard j’avais espérer (par je ne sais quel miracle) que pop-rock.com ne soit devenu autre chose qu’une bonne blague belge, il faut croire que mon voeu n’a pas été exhausé, en vain ... A la lecture de plusieurs articles, entre autre ceux du fameux G.Bodart ou Goeffroy.B pour ne pas le citer, je constate que la crédibilité de ce site est rendu à néant ! zéro pointé ! Dommage ce site tenait aisément la route a ces débuts, aujourd’hui ne restent que les cendres. Ou va pop.rock.com ? vers le chao surement. Et c’est un euphémisme !!!

[Répondre à ce message]

    Richard Ashcroft : "Keys to the world"

    27 décembre 2006 [retour au début des forums]


    Quelle orthographe !

    [Répondre à ce message]

      Richard Ashcroft : "Keys to the world"

      7 janvier 2008, par laura [retour au début des forums]


      Est ce que quelqu’un pourrait m’aider je cherche le nom de la rue ou a été tourné le clip de bitter sweet symphony je pense que c’est à Londre mais la rue je ne sais pas merci de répondre sur mon cite parce que je suis tombée ici par hasard et je n’arriverais pas a retomber dessus
      voila !!!

      [Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

1er mai 2006, par Arno [retour au début des forums]

Et bien, j’ai rarement passé un aussi bon moment à lire d’aussi imposantes conneries... Je dois avoir le même humour que le chroniqueur pour avoir rigolé ouvertement à pas mal de ses dénigrations ! Il y a de belles trouvailles.
C’est bizarre pourtant, j’adore le britt-pop, Coldplay et je dois dire que j’ai écouté quelques fois l’album d’Ashcroft sans qu’il ne sonne faux dans ma tête. Après tout, n’est-ce pas qu’une histoire de goût ?
Ne l’oublions pas également : "La critique est aisée, l’art est difficile" (Destouches).
Faut prendre certaines choses à des degrés différents.
Enfin, j’aime bien ce site. :-)

[Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

1er mai 2006 [retour au début des forums]

jamais lu une chronique aussi débile et vide de sens
d’où sort ce bonhomme ? je serais curieux de connaître ses compétences musicales..

s’il s’agit simplement de donner son avis, je trouve que beaucoup ici se triturent les neurones ; cela sent le faux anar, le bourgeois planqué

laissez-vous aller...
si vous n’aimez pas, pas de problème, pas la peine de cracher partout, surtout sur un musicien qui, ne vous a rien fait
n’achetez pas son cd et faîtes plus chier

si vous aimez, planez, rêvez, savourez et soyez heureux pendant quelques minutes d’écoute, c’est pas donné à tout le monde...

no change, i can’t change, i can’t change...

[Répondre à ce message]

    Richard Ashcroft : "Keys to the world"

    1er septembre 2006, par baron [retour au début des forums]


    tu es sur un site de critiques musicales ,
    le principe est de donner son avis qu’il soit favorable ou défavorable : tu saisis ?

    Comme tu l’as si intelligemment dis à propos du CD d’ashcroft : " si t’aimes pas , t’achétes pas " , tu peux appliquer le même principe pour ce site : si t’aimes pas les critiques sur cet artiste tu viens pas , on t’a pas demandé de te logguer ! ! !

    arrêtes de nous faire ta vieille morale et ta psychanalyse de comptoir !

    " bourgeois planqué " ( sic ! )
    Vas faire dodo , t’as besoin de sommeil

    [Répondre à ce message]

      Richard Ashcroft : "Keys to the world"

      14 janvier 2007 [retour au début des forums]


      Ces critiques gratuites sur l’ex formidable Musicien de The Verve ( et en passant sur la musicalité des Beatles et d’Oasis : c’est honteux !!!) puent le cynisme d’un critique qui a loupé sa vie de musicien et qui se venge sur ceux qui ne méritent pas un tel traitement.... comment un tel site internet survit-il au vu de ses prises de positions souvent exagérées dans leur partialité et leur mesquinerie ? Dommage que Google m’envoie sur ce site, je n’y reviendrais jamais plus.....

      [Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

17 avril 2006, par mael [retour au début des forums]

J’ai trouvé votre chronique marrante, mais vraiment inutile...
Je ne suis pas du tout fan de Richard Ashcroft, je le connaissais avec Bitter sweet, point.
Ce que je ne comprends pas, c’est pourquoi rédigez-vous un article en étant totalement subjectif... Quand on lit dès le départ que vous détestez le chanteur, le groupe ou le style de musique, on sait que vous avez un parti pris, et que votre jugement ne sera pas impartial. Bien sûr quand on critique un disque on doit forcément pencher d’un côté ou l’autre de la balance, mais dans ce cas argumentez !
Quand on a comme argument des trucs du style "je peux pas me voir ce chanteur" et rien d’autre, il vaut mieux rien dire. Votre boulot c’est de donner votre avis sur l’album, et je pensais que vous deviez utiliser des arguments assez justes, comme la critique concrète de la musique, des paroles, de l’esprit en général et de plein d’autres choses que je ne connais pas...
Et si un disque est vraiment pourri, c’est bien dommage que vous soyez forcés d’en parler...

[Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

17 avril 2006 [retour au début des forums]

Pardonnez-moi mais ce n’est pas seulement ce cher site qui descend le dernier album de Richard Ashcroft mais les trois quatrs de la presse britannique.
Vous êtes loin d’être seul dans ce combat.

[Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

13 avril 2006, par manuel [retour au début des forums]

"Vous me direz certainement que je n’ai qu’à pas en parler si je n’en ai pas envie (...) Si on suivait ce raisonnement de parler que de ce qui nous plaît,cela voudrait dire qu’il ne faut pas parler de l’Holocauste..." : visiblement, les arguments "à la con" sont à trouver dans les articles des rédacteurs plutôt que dans les commentaires des lecteurs...

[Répondre à ce message]

    Richard Ashcroft : "Keys to the world"

    14 avril 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


    Cher monsieur, vous confirmez mes craintes...

    [Répondre à ce message]

      Richard Ashcroft : "Keys to the world"

      14 avril 2006, par manuel [retour au début des forums]


      "J’ai mangé avec Geoffroy vendredi passé et nous avons fait la liste des arguments idiots qui allaient inévitablement fuser au bas de cet article.Jusqu’ici vous ne nous surprenez pas, messieurs". Donc maintenant c’est clair : si pop rock publie des articles volontairement creux, d’une mauvaise foi évidente et gorgés d’un humour soi-disant subversif, c’est simplement pour provoquer les réactions des lecteurs et alimenter une pseudo polémique. (à l’exception de Marc Lenglet,dont les articles sont toujours mesurés et intelligents, et dont le point de vue ne s’accompagne pas de sarcasmes inutiles).

      [Répondre à ce message]

        Richard Ashcroft : "Keys to the world"

        14 avril 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


        Cher Monsieur, pitié, arrêtez, car vous n’arrangez pas votre cas...

        Bon, comme j’ai un peu de temps libre devant moi, je vais tenter de vous expliquer quelque chose : cet article, je ne l’ai écrit ni pour choquer les admirateurs d’Ashcroft, ni pour faire plaisir à ceux qui ne l’aiment pas. Je ne l’ai écrit que parce que ça m’amusait. Il m’en faut peut-être peu pour être heureux, mais il est totalement inutile d’aller voir plus loin. Et si mon humour ne vous plaît pas, sincèrement ça ne me défrise pas les poils des aisselles.

        Quant à cette discussion avec Jérôme, faudrait voir à ne pas mélanger la cause et l’effet. Les commentaires débiles, dont les vôtres, qui colorent ce forum ne sont pas la raison pour laquelle l’article a été écrit. Ils ne sont que des dommages collatéraux, des écarts dont nous sommes malheureusement coutumiers et qui ne nous surprennent même plus, des preuves accablantes que vous n’êtes pas fichus de prendre cette chronique pour ce qu’elle est : une pause rigolade à prendre au second degré. Si elle vous déplaît, vous pouvez le dire et en rester là. Meuh non ! Vous montez directement sur vos grands chevaux, prenez tout de manière carrée, comme une couventine à qui on raconterait pour la première fois une blague salace.

        Et pour ce qui est de ma mauvaise foi évidente, au contraire, je suis d’une honnêteté à toute épreuve. Je ne cache pas mes a priori, je n’hésite pas à dire que je n’aime ni le bonhomme ni le genre dans lequel il évolue, et je conclus en disant qu’il n’a pas réussi à me faire changer d’avis.

        Ah oui, j’adore aussi les articles de Marc Lenglet. Mais je ne qualifierais pas la prose de notre "monsieur superlatif" de mesurée...

        [Répondre à ce message]

          Richard Ashcroft : "Keys to the world"

          14 avril 2006, par manuel [retour au début des forums]


          Excuse-moi, ô Geoffroy, de ne pas avoir succombé à ton humour irrésistible (même si ce dernier s’est visiblement émoussé, considérant tes réactions envers les lecteurs -nombreux- qui n’ont pas aimé ta chronique).
          Qui sommes-nous, pauvres lecteurs, pour oser dire qu’on n’aime pas ta chronique et ses partis-pris ?
          Tu as raison, donner son avis c’est faire des commentaires débiles, des écarts et des "dommages collatéraux" (quelle jolie expression guerrière !). Si tu veux "t’amuser" sur un site censé parler de musique, c’est bien normal, non ? C’est quoi ces lecteurs qui viennent donner leur avis sérieusement ?!
          Allez, il est temps que j’y aille puisque visiblement je te fais pitié et j’aggrave mon cas (et puis tu sais, chez les couventines on a des horaires assez stricts).

          P.S : n’oublie pas de sélectionner mon message pour la rubrique des "arguments à la con" (quelle jolie rubrique, pleine de respect pour le lecteur !)

          [Répondre à ce message]

            Richard Ashcroft : "Keys to the world"

            14 avril 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


            Vous lisez vraiment ce qui vous arrange, c’est assez dommage.

            Vous n’aimez pas mon humour, et c’est le cas de la majorité des lecteurs ? C’est pas grave, je m’en remettrai. Je ne vous demande pas de rire à ce qui me fait rire, mais d’accepter le fait que cet article n’a pas la prétention d’être autre chose qu’une farce.

            J’ai l’air lassé dans mes réactions ? Certes, mais ce n’est pas face aux commentaires me signalant que ma chronique est nulle ou a déplu. Retournez voir à quels messages je réponds. C’est face aux commentaires de lecteurs qui prennent sérieusement ma tirade sur l’Holocauste, ou ceux qui pensent vraiment qu’on écrit dans le seul but de se foutre d’eux ou les choquer.

            Je considère systématiquement comme débiles, écarts et dommages collatéraux les interventions du forum ? Non, apparemment vous me prêtez des intentions que je n’ai pas, vous persistez à mettre cet article sur le même pied que toutes les autres chroniques argumentées et documentées proposées sur ce site alors qu’il n’en est rien (rien que la lecture du sous-titre de l’article devrait vous permettre de saisir qu’il ne s’agit de rien d’autre que d’un défouloir).

            J’estime que l’avis des lecteurs, a fortiori si ceux-ci ne sont pas d’accord avec moi, est inférieur au mien ? Si c’était le cas je ne perdrais pas mon temps à répondre.

            Vous avez l’air de me reprocher de m’amuser ? Je ne dois rien aux lecteurs de ce site, à ce que je sache. Je ne fais que proposer des articles à la lecture. Ce qui se passe après, que les gens l’acceptent, le refusent, l’apprécient ou crachent dessus, ça ne me regarde plus.

            Allez, joyeuse fête des cloches quand même.

            [Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

12 avril 2006 [retour au début des forums]

Impossible de lire ça jusqu’au bout. Et en plus, ça se croit drôle...

[Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

12 avril 2006, par Boettcher [retour au début des forums]

Bon sang Geoffroy, je t’ai déjà fait remarquer à quel point ta manie d’accoler des artistes qui n’ont rien à voir est agaçante... Cela dénote un manque de connaissances effarant, et en prime ça gache la chronique. Tu vas me répondre "Oui mais je peux pas tout connaitre hein !". Eh bien dans ce cas tu te documentes avant d’écrire, par respect pour les lecteurs... D’avance, merci.

[Répondre à ce message]

    Richard Ashcroft : "Keys to the world"

    12 avril 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


    C’est pour Manowar, que vous dites ça ? Si c’est pour les Oasis, Coldplay et autres trouffions, désolé, je les fous tous dans le même bac à crasses.

    [Répondre à ce message]

    Richard Ashcroft : "Keys to the world"

    12 avril 2006, par Jérôme Prévost [retour au début des forums]


    Il n’accole pas des noms d’artistes pour les comparer musicalement à Ashcroft, vous n’avez pas lu la chronique, ou quoi ? Il cite des noms d’artistes qu’il est censé aimer ou non, et pour comparer la sensation de rejet qu’il éprouve en pensant à eux et la sensation qu’il éprouve en pensant à Ashcroft, je ne vois pas le rapport.

    [Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

11 avril 2006, par Koré [retour au début des forums]

J’ai adoré cette chronique, pas besoin de savoir pourquoi, c’était cool :D
(C’était peut-être juste parce que j’écoutais Jesu, alors un petit coup de pub pour ceux qui connaîtraient pas et qui ont quelques minutes de libres ;)

[Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

11 avril 2006, par Youki Smayas [retour au début des forums]

Sinon le "She wants revenge" est assez interessant... Un peu comme si Joy division avait, à la mort de Curtis, recruté Gary Newman au lieu de se lancer dans l’electro-pop pour bobos.

[Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

11 avril 2006, par matt [retour au début des forums]

Complètement nulle ta chronique. Franchement. Même pas besoin de polémiquer.

Hallucinant....

[Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

11 avril 2006, par Oldlynx [retour au début des forums]

Encore une fois une chronique complètement vide. Que du blabla a 2 balles, pas un gramme de fond.

Je n’aime pas la voix d’Ashcroft, en plus c’est du Brit Pop, donc c’est de la merde. 50 lignes pour en arriver à cette conclusion (je ne parle pas du très long et pénible chapitre où tu nous expliques que personne n’avait envie de chroniquer un des albums pourtant important de ce début d’année).

Par contre, là où tu as raison, c’est quand tu dis "tout fout le camp". Les lecteurs de ce site en premier...

[Répondre à ce message]

    Richard Ashcroft : "Keys to the world"

    11 avril 2006, par Marc Lenglet [retour au début des forums]


    Ca dépend pourquoi vous venez lire, en fait. Si c’est pour obtenir une démonstration claire et irréfutable de pourquoi l’album est bon ou mauvais, ça doit pouvoir se trouver mais ce n’est pas obligatoirement dans le cahier de charges.

    [Répondre à ce message]

      Ouais mais bon

      11 avril 2006, par vehau [retour au début des forums]


      Quels sombres desseins ont poussé ce sacré geoffroy à perdre son temps afin de pondre de mirifiques chroniques sur des types qui lui cassent les bonbons ?

      Je n’ai pas écouté cet album et pour ainsi dire, je n’ai pas d’avis sérieux sur le talent du pépère Ashcroft, mais je ne vois pas l’intérêt de coller une chronique de brit Pop au Sieur Bodart qui n’en a cure.
      Fais-toi plaisir, chronique ce que tu veux, mais sincèrement cette longue litanie certes bien écrite n’avance pas à grand-chose. Elle ne conforte personne dans ses choix, n’est même pas franchement caustique, ce qui à la limite aurait sauvé le navire. Quitte à dézinguer un album, faites dans le trash couillu et classe, et mettez la dose, au moins le parti-pris sera évident et seuls les chiants dépourvus d’humour trouveront à redire.

      Sans rancune, qui aime bien châtie bien, mes hommages.

      [Répondre à ce message]

        Ouais mais bon

        12 avril 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


        Ne vous tracassez pas pour moi, j’ai pris énormément de plaisir à rédiger cette chronique. Tant mieux pour moi, pas de chance pour vous si vous n’avez pas aimé...

        [Répondre à ce message]

          Ouais mais bon

          13 avril 2006, par vehau [retour au début des forums]


          On m’a refilé récemment la dernière oeuvre du Sieur Ashcroft et j’oserai un avis totalement objectif, c’est prodigieusement nul et guimauvesque en diable. Le genre de galettes tout juste bonnes à caler mon armoire branlante.
          Geoffroy, en définitive, t’as tout bon, du moins sur les qualités très limitées de cette chose. Je vais de ce pas me fouetter le dos avec des fils de fer barbelés rouillés et aller expier mes pêchés.
          Une question cependant, es-tu coutumier de ce genre de...musique ou ta vie n’est-elle donc ponctuée que par battle Hymn ? Car dans ce cas, ne te fais pas tant souffrir, à l’image de certaines drogues, voire de toutes, certains disques attaquent le cerveau avec une virulence foudroyante.

          [Répondre à ce message]

    Richard Ashcroft : "Keys to the world"

    11 avril 2006, par Bigmatt [retour au début des forums]


    La dessus tu as bien raison !

    [Répondre à ce message]

    Richard Ashcroft : "Keys to the world"

    11 avril 2006, par Jérôme Delvaux [retour au début des forums]


    J’ai mangé avec Geoffroy vendredi passé et nous avons fait la liste de toutes les remarques négatives et arguments idiots qui allaient inévitablement fuser au bas de cet article. Jusqu’ici, vous ne nous surprenez pas, messieurs.

    [Répondre à ce message]

      Richard Ashcroft : "Keys to the world"

      12 avril 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


      Tout à fait ! Il y a même un militant du WWF qui scande "Free Geoffroy", comme tu l’avais prédit, alors que j’étais plutôt sceptique sur ce point.

      [Répondre à ce message]

        Richard Ashcroft : "Keys to the world"

        12 avril 2006 [retour au début des forums]


        Cet album, que j’attendais avec impatience, me déçoit.
        Déception signifie invariablement grande attente préalable, car, oui, je suis un fanatique du personnage de "mad"Richard !
        Non, tout n’a pas commencé par un clip video tournée en rue...
        ça a commencé avec des ep incroyables d’originalité et aux faces b imparables (man called sun, gravity grave, blue,this is music,...). Nous avons également eu droit à un album merveilleux (A northern soul) et, surtout, à des concerts époustouflants. Et puis, incidieusement, il y eut des indices... Verve ajouta un "the" à leur nom (non pour faire "groupe en the" mais suite à un procès du label de Jazz)/ Ashroft se chaussait sur scène/Mc Cab, le guitariste, s’est tiré(pour revenir par la suite)/...
        Et il y eut surtout le morceau "History" ! Certes, très bon morceau mais qui dictera malheureusement le style de The Verve par la suite (Sonnet,Drugs don’t work,...). Ce qui était tellement excitant disparaissait petit à petit derrière le "beau".
        "Bittersweet..." , pour la petite histoire(archi connue), ne rapporta pas un centime au groupe pour cause de copy/past des Stones (les cordes provenant d’un instru des pierres qui roulent).

        Vint la carrière solo :
        1er album :ça part bien. Song for the lovers est une ballade à la hauteur des classiques de the verve et le Richard nous lance quelques amorces de l’ancien son vervien (New York,...).
        2è album :... surproduit, il pue l’ego.

        Enfin, celui-ci...
        Je me posais la question de savoir si une maison de disque le sortirait s’il émanait d’un nouveau groupe.
        Cette question est débile car un "nouveau groupe" ne sonnerait comme ce mad richard-ci.
        Un teenager vivant les plus beaux et excitants moments de sa vie chercherait-il à écrire un morceau dans le but de marquer l’histoire de la musique comme Dylan ou Gaye l’ont fait ? (c’est ce que Richard A. a déclaré)
        Bhein...non bien sûr ! Il citera comme référence un GROUPE ,et non un "songwriter",qui aura foutu le boxon.
        Et le problème d’Ashroft est que Dylan avait déjà marqué cette History à l’âge de 22 ans...
        La démarche d’Ashroft pourrit le son de son album. Les morceaux ne sont pas mauvais mais c’est le but qu’il semble poursuivre qui gâche tout.

        [Répondre à ce message]

          Richard Ashcroft : "Keys to the world"

          14 avril 2006, par Oldlynx [retour au début des forums]


          VOILA une chronique cher Geoffrey...

          Le monsieur il est un peu documenté, tu vois ? C’est intéressant, on apprend des choses, c’est parfaitement défendu.

          Mais toi, tu t’en fous hein ? Tu veux juste te marrer en dégueulant sur Coldplay et en anticipant les réactions des lecteurs. Quel pied tu dois prendre à être aussi mauvais !

          Tu

          Oses

          Continuer

          A

          Rédiger

          Désespèrément

          [Répondre à ce message]

            Richard Ashcroft : "Keys to the world"

            14 avril 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


            En effet, le Monsieur, il est documenté. Normal, il aime Ashcroft. Moi pas ! Et je n’avais pas spécialement l’envie de me farcir l’intégrale de ses disques (y compris les premiers EP), pour rédiger cette chronique. Pour un fan, c’est clair qu’il est intéressant de resituer l’album dans l’intégralité de la discographie. Mais ce n’est pas la seule option possible pour parler d’un album (vous imaginez si on devait connaître toute la carrière de chaque groupe qu’on chronique ?). D’autant plus que la grande majorité des gens ne connaissent Ashcroft que grâce au clip de Bittersweet symphony. Quant à moi, si j’avais pu ne connaître ni The verve, ni Ashcroft, ne je m’en serais pas plus mal porté.

            Mais pourquoi est-ce que je répond à quelqu’un qui m’appelle Geoffrey et qui n’a de toute façon rien à foutre de ma réponse ?

            [Répondre à ce message]

              Richard Ashcroft : "Keys to the world"

              14 avril 2006, par Oldlynx [retour au début des forums]


              Détrompe toi, je suis ravi que tu prennes la peine de m’expliquer qu’avant de chroniquer un disque, tu ne t’es même pas renseigné sur la discographie de l’auteur. Comment trouver alors une once d’interêt à te lire ?

              Bref, Geoffroy, la prochaine fois que je lirai une de tes chroniques, je garderai en mémoire qu’elle ne vaut peut-être pas la peine de se prndre le choux...

              [Répondre à ce message]

                Richard Ashcroft : "Keys to the world"

                18 avril 2006, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


                Attendez, vous êtes vraiment sérieux ? Vous pensez réellement qu’il faut connaître la discographie d’un groupe pour pouvoir parler d’un de ses albums ? Pour rappel, ce site donne des avis, des commentaires, des critiques et pas des documentaires informatifs.

                Ca me rappelle furieusement le débat qui avait suivi un de mes articles sur Opeth, où on me niait carrément le droit de parler de cet album sous prétexte que je n’aime pas le chant death (eh oui, ni chant death, ni brit-pop, je suis quelqu’un de très difficile) et que je ne maîtrisais pas la discographie du groupe. Sommes-nous vraiment des illuminés ou des hérétiques de penser que chaque avis se vaut, quels que soient nos a priori (qui sont ouvertement affichés pour ne pas vous tromper sur la marchandise) et nos goûts musicaux (toujours revendiqués) ?

                [Répondre à ce message]

Richard Ashcroft : "Keys to the world"

11 avril 2006, par Fab [retour au début des forums]

Vous devriez écouter le dernier Killing Joke... une vraie tuerie !

Ca vous remettrait d’aplomb.... ça dégouline aussi, mais plutôt de haine pure concentrée... tout à fait l’anti-Ashcroft !

[Répondre à ce message]