Pop-Rock.com


L’album du mois
Richard Ashcroft : "Human conditions"

samedi 4 janvier 2003, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Bryan Adams : "Room service"
Interpol : "Turn on the bright lights"
Jarvis Cocker : "Jarvis"
2 Many DJ’s : "As heard on Radio Soulwax pt. 2"
Blink 182 : "Blink 182"
Beastie Boys : "To the 5 Boroughs"
Arctic Monkeys : "Favourite worst nightmare"
Anna Ternheim : "Separation road"
Néry Belgistan : "Yanzi"
Kaiser Chiefs : "Off with their heads"


Vous vous souvenez tous de ce clip où un type en noir marche tout seul dans la rue et bouscule tout le monde sur son passage. C’était lui ! A l’époque, il était le chanteur de The Verve. Aujourd’hui, il poursuit une carrière en solo et "Human conditions", un titre inspiré par l’oeuvre d’André Malraux, est déjà son deuxième album studio. Mad Richard comme l’appelle la presse britannique n’a jamais cessé de tout bousculer sur son passage. Avec lui, pas de clichés, pas de chichis, pas d’accords mielleux. Juste une pop authentique et de qualité. Le son des "année 2000" ?

Ce n’est qu’après leur séparation, que la grande majorité des critiques ont reconnu l’importance de The Verve au sein de la pop anglaise des années 90. Sans eux, Oasis n’aurait jamais été le groupe de renommée mondiale qu’il est aujourd’hui. Ils les ont inspiré et en leur offrant de jouer en première partie de leurs concerts, ils leur ont permis de se faire connaître. Par la suite, l’élève dépasse le maître. C’est le succès, Wonderwall, la guerre par magazines interposés avec Blur, la nouvelle vague brit-pop, les "nouveaux Beatles", etc. The Verve observe tout cela à distance, puis explose avec Bitter sweet symphony. Le groupe gère mal le succès et c’est le split. Le guitariste Simon Tong fait joujou avec The Shining tandis que Richard Ashcroft décide de continuer en solo.

A l’annonce de la sortie de son deuxième opus, "Human conditions", j’ai entendu des ringards dire "quoi, encore un CD plein de ballades formatées pop anglaise ?". Ceux là feraient mieux de s’asseoir, d’introduire le disque dans leur lecteur, de mettre le volume à fond et de se laisser aller. L’album s’ouvre par Check the meaning (la chanson de l’année, d’après Rock&Folk), un titre hyper accrocheur de plus de 8 minutes, avec de somptueux passages de cordes et un Richard très inspiré au chant. A l’écoute d’une telle merveille, on appuie sur la touche "repeat" et on ferme les yeux.

Richard est accompagné de musiciens talentueux comme son ami Pete Salisbury, ex batteur des Verve, le bassiste Martyn Campbell, ou encore le célèbre Brian Wilson (ex-Beach Boys) (sur Nature is the law). Enfin, le désormais fidèle Chris Potter co-produit l’album, en lui laissant une liberté artistique totale.

Les 9 autres plages n’atteignent pas toujours le niveau d’intensité de Check the meaning, mais on a quand même droit à quelques très bonnes surprises comme le single Science of silence ou le bien balancé Man on a mission. Et oui, Ashcroft se sent investi d’une mission : faire la musique qui lui plaît sans se soucier une seconde de tous les clichés de la scène pop actuelle. Il se contrefout de sonner comme les Hives ou The Coral et de faire la couverture de NME. Il compose et joue de la musique avec ses tripes. Et tout ça sans se prendre pour la réincarnation de John Lennon, comme certains. Les connaisseurs apprécieront. Les autres continueront de dire "Richard qui ?" et de passer à coté des choses essentielles de la vie.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 4 contribution(s) au forum.

> Human conditions
(1/2) 23 avril 2003, par MM
> Human conditions
(2/2) 9 février 2003, par poplume




> Human conditions

23 avril 2003, par MM [retour au début des forums]

Il me semble que le clip dont tu parles ne date pas de l’époque The Verve mais a été créé pour la sortie de son premier album : Alone With Everybody. Amicalement MM

[Répondre à ce message]

> Human conditions

9 février 2003, par poplume [retour au début des forums]

Ton article me réconforte. Parce que je suis une fille et que j’ose affirmer mes goût en matière de pop rock, on me ridiculise en me disant que j’écoute de la musique formatée et que je succombe au charme (il est vrai) de Richard. pfff... La preuve qu’il n’y a pas que moi qui tripe sur sa musique ! bien fichu ton site !

[Répondre à ce message]

    > Human conditions

    18 août 2003, par MM [retour au début des forums]


    Ne te plains pas ! Je ne suis pas une fille mais on me dit que j’aime "les variétés" parce que j’aime Radiohead, Blur, The Dandy Warhols, Zwan, Tindersticks, Richard Ashcroft, ... A chacun sa croix ...

    [Répondre à ce message]