Pop-Rock.com



Radio 4 : "Enemies like this"
Mouais...

jeudi 8 juin 2006, par Géry Brusselmans

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Arcade Fire : "Neon Bible"
Mono : "Hymn to the immortal wind"
Dionysos : "La mécanique du coeur"
Ratatat : "LP3"
Brian Wilson : "Smile"
Miossec : "1964"
Jarvis Cocker : "Further complications"
The Dallas Explosion : "Girlfriends and excess"
Nick Cave & The Bad Seeds : "Nocturama"
Coldplay : "Viva la Vida (Or death and all his friends)"


Connu du grand public pour son titre Dance to underground, issu d’un spot publicitaire de la plus célèbre boisson gazeuse de la planète, réputé dans le milieu alternatif comme l’un des fer de lance de la nouvelle scène rock new-yorkaise et pour ses prestations scéniques enflammées, le groupe sortait en 2002 un album studio, Gotham !, qui fit pas mal de bruit. Le band américain avait donc une certaine réputation à préserver suite à la présentation de son cinquième album. Enemies like this confirmera t-il l’engouement réservé à Radio 4 ?

Après cinq albums (The new song and dance, Gotham !, Electrify, Stealing of a nation et Enemies like this) depuis 2000 (sans compter les E.P.) et des centaines de prestations live à travers le monde, le style du groupe n’a pas fondamentalement changé. Un amateur de rock s’empressera de faire le lien entre Radio 4 et les nouveaux groupes en « The » (de The Strokes à The Libertines) ou même Franz Ferdinand. Une comparaison louable pour un groupe dans la mouvance actuelle d’un rock dit « commercial ». Un rien plus décalé toutefois que les exemples cités. Le style de Radio 4, c’est de la musique punk ; post-punk plus précisément. Comparé à The Clash pour ses textes politiquement revendicateurs et rapproché des groupes comme Gang of Four, Talking Heads ou Wire pour ses influences.

Inutile donc de rappeler que Radio 4 s’est construit une certaine réputation en six ans, tant dans le milieu underground que vers le tout-public. Estampillé Virgin/Astralwerks, on pouvait au moins attendre d’Enemies like this une certaine qualité professionnelle et artistique. En effet, ça tape fort dès les premières notes. Pas de doute, les cinq musiciens connaissent la formule qui marche : roulements carrés de batterie, distorsion stridente, riffs basiques, refrains simples et répétitifs. Ajoutez à cela quelques lignes de piano et de percussions et mélangez le tout à la sauce dansante. Evidemment, la mixture se veut brute et rentre-dedans. C’est que les groupes de cette mouvance post-punk se ressemblent tellement qu’il faut savoir imposer son caractère dès le départ. Catchy comme il faut, diront certains pour commenter Enemies like this (plage 1), titre éponyme. Car c’est vrai, qu’on aime ou pas, on peut difficilement critiquer le savoir-faire de Radio 4. Le deuxième titre, Packing things up on the scene, est à l’image du premier. Efficace, brut, sans fioritures et surtout... calibré radio. Pareille impression pour le troisième. On imagine que le groupe n’a, pour cet opus, pas négligé l’aspect commercial et on se risquerait presque à lui trouver une similitude avec nos Hollywood Porn Stars. Similitude éloignée tout de même car Radio 4 reste dans l’esprit punk avec un son brut et donc moins léché, moins studio.

Ce n’est seulement qu’au cinquième titre que les choses deviennent plus intéressantes, musicalement parlant. On commence petit à petit à rentrer dans l’intimité de Radio 4. Des chansons plus calmes, axées sur les ambiances, nous laissent soupçonner l’idée d’un vrai album peaufiné avec un début, un milieu et une fin. Avec la septième plage, Ascension street, aux relents reggae, le band ouvre même les portes de nouveaux horizons musicaux. Les trois derniers titres restent dans l’esprit des premiers : beaucoup de travail sur le son et les arrangements pour faire comme s’il n’y en avait pas. Petite surprise en fin d’album : As far as the eye can see se veut carrément dans la mouvance électro. Comme l’expliquait le chanteur Anthony Roman dans une interview, le principe de l’album fut de sonner le plus authentique possible. Bref, de reproduire l’ambiance du domaine ou Radio 4 a construit le plus sa renommée : la scène. Bien que pas techniquement hyper développée (ça n’est pas le but non plus), c’est sa voix qui définit le vrai caractère du groupe. Un peu nonchalant, je-m’en-foutiste ; tout ce qu’il y a de plus propre au punk. Gros changement aussi pour ce cinquième album : la nature des textes. Aux écrits habituellement politiques et revendicateurs, Radio 4 décide cette fois-ci de retourner à une écriture plus spontanée en développant encore quelques idées propres aux groupes, mais sans toutefois être aussi virulent qu’avant.

Verdict après quelques écoutes de ce dix titres ? Un album court (43 minutes) ; normal, on ne s’attendait pas non plus à un 1h30 pour ce genre de musique. Même en écoute « Blind test », on peut affirmer que cet opus n’est pas le premier du groupe. C’est sûr, le style est maîtrisé et l’album bien ficelé. Pour un « grand » groupe comme Radio 4 toutefois, on s’attendait à la petite touche créative en plus. Le petit plus qui fait la différence. Parmi les autres points faibles, on retiendra un album trop linéaire. A quelques rares exceptions près (pour Ascension street, As far as the eye can see ou Bassautobahn par exemple), on reste à la surface d’une quasi-succession de hits radio sans rentrer vraiment dans des ambiances. On se retrouve donc avec un album sans gros rebondissements. Que les amateurs de post-punk ne nous tombent pas sur le dos. On ne remettra pas en cause la maîtrise du style des cinq musiciens. Dans le genre, Radio 4 reste et restera à conseiller, mais on sait qu’Anthony Roman et sa bande sont capables d’encore mieux. Peut-être nous réservent-t-ils la surprise pour le prochain album...



Répondre à cet article

Géry Brusselmans





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Radio 4 : "Enemies like this"
(1/3) 20 janvier 2017
Radio 4 : "Enemies like this"
(2/3) 11 juin 2006
Radio 4 : "Enemies like this"
(3/3) 10 juin 2006, par Alx




Radio 4 : "Enemies like this"

20 janvier 2017 [retour au début des forums]

This is great music. Any fan would never try to miss this. - Dr. Thomas Devlin

[Répondre à ce message]

Radio 4 : "Enemies like this"

11 juin 2006 [retour au début des forums]

Précisons que Radio 4 tire son nom du titre d’une chanson de Public Image Ltd., parue sur l’album "Second Edition".

[Répondre à ce message]

Radio 4 : "Enemies like this"

10 juin 2006, par Alx [retour au début des forums]

Petite remarque : c’est le 4ème album du groupe et non le 5ème ... (Electrify n’est constitué que de remix)

Sinon la critique est assez juste. Cet album a pour principal interêt qu’il renoue avec le son de "Gotham !" que le groupe avait perdu sur "Stealing of a nation" au son très chargé et manquant vraiment de spontanéité. Il manque juste une petite étincelle pour qu’il atteigne le niveau de son ainé...

Pour ceux qui veulent se faire une meilleure idée, l’album est en écoute intégrale sur le site du groupe : www.r4ny.com

[Répondre à ce message]