Pop-Rock.com



Quidam : "Alone together"
Le prog résiste

jeudi 6 mars 2008, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Kosheen : "Kokopelli"
Chickenfoot : "Chickenfoot"
The Crystal Method : "Divided by night"
Apoptygma Berzerk : "You and me against the world"
Blur : "Think tank"
The View : "Hats off to the buskers"
Kissogram : "The secret life of Captain Ferber"
Blackmore’s Night : "Ghost of a rose"
Diablo Swing Orchestra : "Sing along songs for the damned and delirious"
Tahiti 80 : "Activity Center"


La Pologne est à la musique progressive ce que les pays scandinaves sont au metal : la terre promise. On ne compte en effet plus les groupes gorgés de talent qui nous proviennent de cette contrée de saoulards et de papes. Et même si la planète des rockers à lunettes ne jure pour l’instant, à raison, que par Riverside, qui vient de boucler une Reality Dream Trilogy de toute beauté, bousculant au passage tout le microcosme du metal-prog, Quidam s’est également distingué en 2007 par son dernier album.

Insérer Alone together dans sa chaîne et appuyer sur play, c’est s’offrir un voyage dans le temps, trente-cinq ans en arrière. C’est revenir à l’époque ou Genesis et Yes tenaient lieu de maîtres étalons de la musique progressive et établissaient les canons du genre. Avec son concept introspectif et tristounet, ses mélodies ciselées, ses soli tout en emphase, sa flûte en invitée permanente, son chanteur à la voix chaleureuse et impliquée, Quidam n’invente rien. Absolument rien du tout. Quidam ne fait qu’explorer par le détail des terres déjà défrichées, labourées jusqu’à l’écœurement, diront certains.

Mais que voulez-vous ? Une fois qu’on a pris comme principes de base qu’on n’avait rien à foutre du look du groupe, de son attitude, de l’énergie à laquelle un producteur surpayé tente de faire croire et que la seule chose qui compte, c’est la manière dont les oreilles sont caressées par la musique, Quidam ne peut que séduire. Ces Polonais ne vous donneront pas envie de danser, ni de boire une bouteille cul-sec, ils invitent simplement à s’installer confortablement et à écouter et profiter de leur musique travaillée, consciencieuse, et un poil tristounette. La grosse claque, les yeux écarquillés, la bave aux lèvres, ce sera pour une autre fois. Aujourd’hui, c’est cocooning, relaxation, morosité et gros soupirs situés quelque part entre tristesse et détente.

A l’instar d’un bon Marillion ou d’un bon Spock’s Beard, le côté progressif du groupe n’empiète jamais sur la mélodie et l’accroche des chansons, ce qui nous donne un album très facile d’accès, principalement axé sur les ballades, et qui tire une certaine spécificité du fait que les titres des chansons, mis bout à bout, forment une phrase qui constitue la trame et le thème de l’album, réflexion sur la solitude et les rapports humains.

On ne trouvera décemment rien à redire à Quidam dès lors qu’on présente quelque disposition favorable à l’égard du rock progressif. On n’est pas trompé sur la marchandise, on ne peut qu’aimer ces mélodies et s’incliner devant le travail que représente la réalisation d’un tel album. On évitera juste de placer de trop hautes attentes face à un disque très représentatif de son genre, mais qui ne peut pas, ou ne veut pas, le transcender.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Quidam : "Alone together"
(1/2) 2 novembre 2016
Quidam : "Alone together"
(2/2) 13 avril 2009, par Ilike2stare




Quidam : "Alone together"

2 novembre 2016 [retour au début des forums]

This is the kind of album that any music fan like to listen to. - Marla Ahlgrimm

[Répondre à ce message]

Quidam : "Alone together"

13 avril 2009, par Ilike2stare [retour au début des forums]

Pas mal...

[Répondre à ce message]