Pop-Rock.com



Queens Of The Stone Age : "Songs for the deaf"
Chansons pour sourds

lundi 17 février 2003, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
My Little Cheap Dictaphone : "Small town boy"
Nickelback : "The long road"
Dinosaur Jr. : "Beyond"
The Vines : "Winning days"
Vienna Teng : "Dreaming through the noise"
All The Saints : "Fire On Corridor X"
Camouflage : "Relocated"
Melotron : "Cliché"
Paul Anka : "Rock swings"
Pendulum : "In Silico"


On ne s’attendait pas vraiment à un disque majeur de la part de ce groupe, de qualité mais rarement au premier plan de la scène hard, mais ce Songs for the deaf est une véritable bombe à retardement.

Bombe, parce que le son brut et lourd cloue l’auditeur sur place dès la première écoute ; à retardement, car il faudra bien plus que cette seule écoute pour percevoir la créativité et la richesse de cet album, de prime abord basique et primaire. Josh Homme et Nick Oliveri, ex-Kyuss se sont cette fois entourés du guitariste des Screaming Trees, Mark Lannegan (qui chante également sur quelques titres), et pour batteur, rien de moins que Dave Grohl, ex-Nirvana et leader actuel des Foo Fighters.

Lors d’une première écoute, on est submergé par la basse écrasante d’Oliveri et la batterie martiale de Grohl (dont on se demande presque pourquoi il continue de traîner comme guitariste/vocaliste des Foo Fighters, vu son talent de batteur...). Petite intro radiodiffusée, une minute de riffs étouffés et le déluge de la première chanson démarre, rapidement suivi par l’excellent No one knows et son rythme addictif. Malgré la violence de certains titres (Six shooter, sorte de mini-parodie des groupes de death par exemple), et la lourdeur du son stoner, pratiquement tous les titres sont solidement calibrés et ne manquent, contrairement aux apparences, ni de variété ni d’originalité. Les harmonies vocales et l’atmosphère onirique de The sky is falling sont tempérées par un impénétrable mur de guitare et de basse, tandis que Lannegan, sur le titre Hangin’ tree pose sa superbe voix hantée sur des accords et un rythme qui semblent guettés par une inquiétude indéfinissable. Pour un peu, on le préférerait à Homme, dont la voix peut sembler parfois un peu étrange. Les amateurs de garage-rock trouveront également leur compte sur cet album, avec un Gone with the flow énervé et saturé au possible.

Un grand nombre des compositions dégagent un sentiment diffus d’urgence et de danger, sentiment renforcés par les textes souvent sombres et négatifs, et l’oppression sonore perpétuelle des musiciens. Deux pistes cachées clôturent l’album, le dispensable Mosquito song, sorte de balade dont le calme tranche avec la vigueur primitive du reste de l’album, et Everybody’s gonna be happy plus sympathique et s’apparentant à du T-Rex sous anabolisant. A noter aussi que Songs for the deaf est truffé de courts samples d’une émission de radio fictive, Clone radio. "Clone radio, we play more of the songs that sound like everyone else" : au travers de cette petite phrase, c’est sans doute tout le bien qu’ils pensent de la musique de masse qui transparaît, et l’affirmation qu’ils refusent de faire partie de ce monde. De toute façon, cette énergie punk coléreuse, ce rythme tribal et ce son qui semble vouloir remonter aux origines même du rock et se débarrasser de tous les oripeaux des arrangements et adoucissants divers, étaient déjà suffisamment éloquent en soi.

J’admets avoir eu du mal à m’habituer à Songs for the deaf, mon domaine de prédilection étant, comme vous avez sûrement pu le constater, le metal plus classique, de préférence lourdement paré d’orchestrations diverses. Mais au final, cet album m’a plu au plus haut point, justement pour son côté "taillé à la serpe dans du granit", sa puissance brute et sans fioritures, et sa grande valeur mélodique, en dépit des autres éléments précités . C’est sans doute avec des disques de cette trempe, adaptant à son style et son époque, les recettes originelles qui ont fait du rock ce qu’il est, que le hard pourra redevenir un jour le style musical majeur qu’il a pu être autrefois, bien plus qu’avec une nouvelle sortie d’Iron Maiden ou un énième disque de néo-metal californien



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Queens Of The Stone Age : "Songs for the deaf"
(1/3) 4 octobre 2016
Queens Of The Stone Age : "Songs for the deaf"
(2/3) 21 septembre 2009, par Scal
> Queens Of The Stone Age : "Songs for the deaf"
(3/3) 25 mars 2005




Queens Of The Stone Age : "Songs for the deaf"

4 octobre 2016 [retour au début des forums]

I’m not a fan of the group, but I agree that the band had never failed to impress its listeners. - Morgan Exteriors

[Répondre à ce message]

Queens Of The Stone Age : "Songs for the deaf"

21 septembre 2009, par Scal [retour au début des forums]

Juste en passant, "Everybody’s gonna be happy" est une reprise d’un vieux groupe des 60’s, les Kinks, que les Queens of ont ici magnifiquement survolté, comme des gamins dans leur garage. Sinon cet album je le crois deviendra un classique dans quelques années, quand on sera définitivement sourd

[Répondre à ce message]

> Queens Of The Stone Age : "Songs for the deaf"

25 mars 2005 [retour au début des forums]

Pas de post pour ce groupe pourtant réputé je trouve ça tout de même étonnant je me permet juste de vous conseiller(en plus de l’excellentissime "songs for the deaf")les autres albums du groupe (le quatrième vient de sortir) et également les albums de kyuss tous aussi déjantés.

[Répondre à ce message]