Pop-Rock.com



Prince : "3121"
Bienvenue chez lui !

jeudi 13 avril 2006, par Albin Wagener

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Band Of Horses : "Everything all the time"
Editors : "The back room"
Florian Horwath : "We are all gold"
Björk : "Medúlla"
Kiss : "Sonic boom"
Emilie Simon : "La marche de l’Empereur"
VETO : "Crushing digits"
Motörhead : "Kiss of death"
Kaiser Chiefs : "Yours truly, angry mob"
Black Rebel Motorcycle Club : "Take them on, on your own"


Catapulté à la première place des charts américains dès sa sortie, cette première sortie de Prince chez Universal est sans nulle doute la preuve évidente que notre cher petit roi du funk de Minneapolis vient d’effectuer ce qu’on peut d’ores et déjà appeler le retour le plus remarqué de l’année. La dernière fois que cela était arrivé à Prince, c’était en 1991 avec l’album Diamonds & Pearls... après une très longue traversée du désert et un Musicology moyen, mais prometteur, nous voilà devant un joyau de funk minimaliste.

Et voilà donc où en est Prince Roger Nelson. Un premier single sirupeux histoire d’alanguir le chaland, Te amo corazón (dont le clip avait été réalisé par Salma Hayek), puis un Black sweat expérimental mais bougrement funky, qui tourne actuellement en boucle sur toutes les radios du monde. On se croirait revenu à l’époque bénie de Prince, quand des duels de presse l’opposaient à Michael Jackson, et où on l’intronisait comme l’un des artistes les plus importants du siècle... avant qu’un duel avec sa maison de disque le prive de son patronyme, et que le petit Nelson sombre dans des disques soit diablement mauvais, soit très bons, mais trop expérimentaux pour la foule en délire.

Et puis voilà. Prince a décidé d’affubler cet album du numéro de son domicile (et quel domicile, à en juger par les photos logées dans la pochette de l’album !), et c’est avec le morceau éponyme, 3121, que Roger Nelson nous gratifie d’une invitation en bonne et due forme, pour embarquer dans son grand vaisseau spatial du funk, de la classe, et disons-le, de la débauche à l’américaine. Pourtant, le tout reste incroyablement digeste et facile d’accès, tout en arborant les meilleures facettes de Prince, façon Purple Rain, lorsque l’artiste se permettait moult expérimentations habillées d’un funk débridé et diaboliquement efficace. Ici, il en est ainsi de Black sweat, qui ne comporte pour ainsi dire qu’un beat, deux et trois effets sonores et des voix suaves et hachées, savamment placées au gré du groove. Ce qui en fait un single plus qu’efficace. Dans la même veine, Lolita ose même user de vieux synthés façon 1999 (tout comme Fury d’ailleurs), et Love a même ce petit côté contagieux et simple que l’on avait à l’époque sur When the doves cry. A vrai dire, 3121 possède tout pour être le meilleur album de Prince depuis le légendaire Sign ‘O’ The Times.

A côté de ça, Prince enrubanne nos esgourdes de véritables perles de soul et de jazz, comme le langoureux et téléphoné Satisfied (mais bon dieu, c’est tellement bon !), alors qu’Incense and candles se place carrément dans la catégorie « chanson love love love pour artiste r’n’b en mal de femelles ». On ne sait plus si on est dans du deuxième degré ou pas, mais à vrai dire, les tapis rouges successifs que déroule cet album sont tellement agréables à regarder qu’on s’y perd. Et puis le très détendu The word finit par nous acquérir à la cause de Prince, dans un ballet de cuivres et de voix presque gospel.

Impossible de résister à cette avalanche de finesse et de savoir-faire, qu’on le veuille ou non. Si on est sensible à ce genre de musique, tout du moins ! Car ici, il y a de tout : alors que Get on the boat nous transporte dans un club black new-yorkais, Beautiful, loved and blessed laisse la part belle à Támar, jeune chanteuse prise sous la coupe de Mister Nelson. D’autres collaborations font également saliver, puisque Maceo Parker ou encore Candy Dulfer ont tous deux participé à ce 3121. Un excellent album, parfait pour ceux qui connaissent Prince, mais également pour ceux qui ne le connaissent pas et qui souhaiteraient voir de quoi est capable cette légende vivante de la pop. Et à en croire ce nouvel opus, il n’est pas prêt de disparaître de nos ondes de sitôt, grâce à une seconde jeunesse amplement méritée.



Répondre à cet article

Albin Wagener





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Prince : "3121"
(1/2) 22 avril 2010, par marina10
Prince : "3121"
(2/2) 14 avril 2006, par R.T.




Prince : "3121"

22 avril 2010, par marina10 [retour au début des forums]

=>Petite astuce pour concert exceptionnel de PRINCE le 9 juillet à ARRAS pour le Main square festival ! je me suis déjà pré-inscrite pour être la première informée de l’ouverture des ventes ! Et mon copain qui est client SFR va lui pouvoir acheter ces billets en avant première !

Je vous laisse l’adresse du lien :
http://www.digitick.com/prince

Bon concert à tous les fans ! ! ! !

[Répondre à ce message]

Prince : "3121"

14 avril 2006, par R.T. [retour au début des forums]

Miam ! Il a été dit que c’était son meilleur album depuis les années 80, que cet album était ce qu’il a fait de mieux depuis au moins, pfff...the gold expérience, qu’il était revenu à SA musique, etc, etc. Et bien tout ceci est vrai. C’est un putain de bon album qu’il nous a pondu là. Bien supérieur à Musicology, plus accessible que ces derniers albums à diffusion réduite, je me suis régalé. A l’exception de "Beautiful, loved and blessed" qui est vraiment mauvais, le reste va du bon à l’excellent. 3121, Black Sweat, Love, Fury, the word et Get on the boat sont mes favorites (quoique Fury a perdu de sa force par rapport à la version télé au "Saturday Night Live") mais les autres ne sont pas à jeter.
C’est en tout cas un Prince comme je les aime, du funk, de la ballade, du jazz, une pointe de rock. Le CD va rejoindre les 33 autres et risque bien d’être aérer très souvent.

[Répondre à ce message]