Pop-Rock.com



Portishead : "Third"
Autocaricature

dimanche 11 mai 2008, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Eiffel : "A tout moment"
Cartman & The Cartmen : "I love rock n’roll"
Blink 182 : "Blink 182"
The Hives : "Tyrannosaurus Hives"
Sum 41 : "Underclass hero"
The Libertines : "The Libertines"
Mintzkov : "360°"
Etron : "Necrodogs"
Yeah Yeah Yeahs : "Fever to tell"
Nada Surf : "The weight is a gift"


Considéré dans son ensemble, le trip-hop m’a toujours laissé de marbre, à la notable exception de Portishead. Fuyante, lancinante et mélancolique, la musique du collectif britannique a contribué de manière décisive à installer la renommée du genre auprès du grand public.

Dix ans après sa dernière apparition publique, Portishead livre enfin son troisième album et le moins que je puisse dire, c’est que je n’y retrouve définitivement plus le Portishead que je connaissais, celui des All mine, Sour times ou Glory box. Evidemment, il tombe sous le sens qu’après une période d’inactivité aussi longue, une formation du calibre de Portishead ne pouvait décemment refourguer le même matos qu’à la fin des années 90, mais dans le cas présent, la nécessaire évolution ne s’est vraiment pas déroulée à leur avantage. Si le chant de Beth Gibbons est resté aussi fluet et dépressif qu’à l’origine, les autres éléments constitutifs de l’identité Portishead se sont évaporés. Moderne, implacablement froid, ce Portishead-là, hésitant entre harmonies minimalistes et rythmique puissante, n’a pas la séduction facile ! Third contient pourtant de bonnes idées, quelques compositions de grande qualité (The rip, We carry on) et on sent que le groupe de Bristol a une idée assez claire de la voie à suivre. Mais la sauce ne prend pas. A vouloir instaurer une ambiance malsaine à tout prix à grands renforts de percussions sourdes et de synthés sinistres, Portishead échoue à proposer quelque chose qui soit réellement évocateur. Dix ans après sa disparition, le groupe semble s’être réduit à une caricature de lui-même.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 27 contribution(s) au forum.

Portishead : "Third"
(1/12) 27 juin 2008
Portishead : "Third"
(2/12) 18 mai 2008, par Voila une chronique, pas du Pipo :)
Portishead : "Third"
(3/12) 18 mai 2008
Portishead : "Third"
(4/12) 14 mai 2008
Portishead : "Third"
(5/12) 14 mai 2008, par Bouclesdor
Portishead : "Third"
(6/12) 14 mai 2008
Portishead : "Third"
(7/12) 14 mai 2008, par Dream Brother
Portishead : "Third"
(8/12) 12 mai 2008, par 3D
Portishead : "Third"
(9/12) 12 mai 2008
Portishead : "Third"
(10/12) 12 mai 2008
Portishead : "Third"
(11/12) 11 mai 2008
Portishead : "Third"
(12/12) 11 mai 2008, par Alex




Portishead : "Third"

27 juin 2008 [retour au début des forums]

Coucou bonyour tout le monde voilà c’était juste pour pas laisser un imposture en topic. Bye !

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

18 mai 2008, par Voila une chronique, pas du Pipo :) [retour au début des forums]

On parle de Chinese Democracy, mais Portishead a aussi fait fort : onze ans séparent cet album du précédent, Portishead. Difficile de dire s’il est vraiment attendu : après tant de temps, on n’attend plus grand chose, surtout que le contexte de l’époque a bien changé. Ce qui leur permet de sortir un album sans âge, et totalement époustouflant.

Mais il n’est pas facile. Geoff Barrow dit avoir été influencé par Sunn 0))), et on voit où il veut en venir. On ne retrouve pas de drone à chaque coin de rue, et les intestins irrités peuvent se sentir tranquilles, mais l’intensité, la puissance intrinsèque est comparable.

Silence ouvre l’album, comme si de rien n’était, après deux minutes et seize secondes, Beth Gibbons. Ethérée, inattendue, mal assurée, pénétrante : elle hante une musique extrêmement intense, toujours au fil du rasoir, prête à sauter à la gorge quand on ne s’y attend pas. Quand elle chante “I don’t know what I’ve done to deserve you / I don’t know what I’d do without you”, on la croit. Instrumentalement, la précision est de mise : des claviers soigneusement programmés, des coups /cinglants de guitare, des violons pas très sains, un beat chirurgical, même un ukulele. Le caractère menaçant de Plastic, le feeling 70s de The Rip, le rythme infernal de We Carry On : on devrait créer des films autour d’eux pour leur faire honneur, et pas le contraire.

Third est un de ces albums pour lesquels les mots viennent difficilement, parce que la musique parle directement, non pas au coeur ni au cerveau, mais aux entrailles. J’éprouve beaucoup de difficultés pour en parler, peut-être à cause d’un manque de repères, ou parce que la puissance viscérale du son me dépasse complètement. Machine Gun, par exemple, est d’une force inouïe, bien supérieure à ce que son titre évoque. Je n’essaierai donc pas de jongler avec les épithètes et les métaphores aussi ridicules que déplacées, et je m’incline avec plaisir et respect devant une oeuvre d’art totale, qui doit être vécue directement, personnellement.

9/10

[Répondre à ce message]

    Portishead : "Third"

    18 mai 2008, par HB [retour au début des forums]


    Aaah, LA chronique ! enfin ! Pile poil celle de mes rêves : aussi b..dante qu’un jus de wiki, bardée de diplômes et de pré-requis : no sex no drugs no sci-fi envisageables durant telle messe ! Et que ça prononce Portishead bien en deux mots comme il faut avec des sssh pleins la bouche, et qu’on comprend mieux maintenant comment se forment les tribus de têtes à claques référentielles qui ont fait tant de mal au trip-hop en le présentant comme ’intestinal" (au hasard et de mauvaise foi). Cela dit j’aime assez le côté désincarné total (c’est pas moi qui reçoit c’est Gibbons qui donne !), faut être capable. Et vous avez raison c’est pas de la musique pour baiser, plutôt pour tomber amoureux juste aprés, je sais pas je vais essayer. Justement le témoignage personnel se distingue bien de l’analyse quand il est spontané ; il est là simplement, en option d’ailleurs. Je préfère encore la "chronique" de Lenglet qui ne cherche pas à partager une émotion (qu’il n’a pas eu la chance de ressentir) derrière une logorrhée de précisions anatomiques aussi froides qu’indisposantes, à bien les décortiquer. Alors que le ressenti impudique de mon dimanche repentant, c’était cadeau, donc à prendre ou à laisser plus poliment, plutôt que de spéculer sur son prix avec insolence -normal qu’à moi ça ne m’ait pas plu, ce qu’il vous fallait démontrer plus frontalement sans doute.

    Pour le pipeau faut se mettre bien en face sinon ça marche pas (Humphrey b... ce con !). Excusez-moi beaucoup je me lâche puisque sans rancune possible nous aimons la même chose...

    [Répondre à ce message]

      Portishead : "Third"

      25 mai 2008, par Pipeau [retour au début des forums]


      La chimie de Portishead, de Bristol, aura marqué une époque. Les années 1990 n’auraient pas été tout à fait celles que nous avons connues sans ce triolisme en art : son enveloppe d’éther, ses granulés jazzy, ses voix de fantômes qui ont fait l’album bleu, le premier ("Dummy", 1994), l’album éponyme (le noir, en 1997) et un dantesque album live ("PNYC", 1998) dont les orchestrations sensibles avaient redimensionné l’œuvre du groupe anglais.

      Ca faisait longtemps qu’ils étaient partis alors ; qu’on se disait que c’était foutu, et dans les grandes largeurs. Beth Gibbons qui se lance difficilement (mais sans démériter) en solo, Geoff Barrow qui fuit en Australie ruminer son mal-être et découvre Sunn O))) (évènement qui, finalement, précipitera le retour du ferment artistique), etc. ... Tout cela ressemblait a priori au désert, à la mort.
      Portishead, en lambeaux.

      Et puis, 2008. Depuis quelques semaines, janvier 2008 plus précisément, l’information a circulé. Ils revenaient, assez soudainement pour tout dire. On n’y croyait à peine, trop surpris pour en attendre quelque chose de particulier.
      Ils restaient discrets, ne faisaient pas de grande annonce.
      Ça a commencé à sentir bon. C’était tout eux.

      Portishead a une attitude. Il ne fait pas partie de ces groupes vétérans qui, après de longues périodes de silence, laissent mugir des lustres durant la rumeur du retour avant de sortir un album à peine moyen, histoire de couvrir les frais fiscaux.
      "Third", plus de dix ans après ce qu’on crût être la fin, regorge de tout ce qui fait le précieux du groupe : discrétion, feutre, fragilité ont survécu au temps et renouent avec l’expérimentation sur le sombre et touchant "Third", inespérée collection de bijoux sonores. Sépulcraux, un brin plus krautrock que par le passé, les expositions sonores ne tombent ni dans le travers de la redite, ni dans l’aventure d’une réinvention totale. Le trio est resté ce qu’il est, le temps ne l’affectant que dans ce désir de redéfinir ce qui le faisait. Au fond, l’approche reste immuable, même si la forme, fort heureusement, a muté, sensiblement. Portishead n’est pas stratifié, certainement pas. Son style s’est affiné, le groupe renouant certes, au passage, avec certaines fondamentales : un minimalisme glaçant et des atmosphères lunaires qui retirent de squelettes acoustiques l’essence de nouvelles lenteurs (le final et menaçant "Threads").

      Ce disque est celui d’être humains ayant vécu des années loin de l’exégèse commune, trois créatures nourries du temps passé à chercher autre chose, ailleurs, mais dont le dialogue, réinstauré, recrée instantanément une magie, de type atomique. L’ailleurs a nourri l’esprit, et l’amène à ce qui ne s’explique pas mais se constate : certaines digressions apparaissent bien par rapport aux chemins de langueur qu’avait monopolisé l’approche antérieure. Ces petites bifurcations sont le signe de vie. "Third" est sans doute plus tortueux, complexe et effilé que ses prédécesseurs sur les plans rythmique (l’urgence esquissée par "We carry on", chanson sur le choix et la survivance) comme harmonique ("We carry on" toujours, parasitée de dissonances façon Sonic Youth). Cet album est celui d’une quête, assoupie un temps mais dont les résurgences ramènent aux possibles, à leur infinité.

      "Third" est tout sauf un disque prétexte. Il est celui de l’assise, d’une pertinence qui ne se défait jamais (et pour cause) de l’idée de mise en danger (le beat electro old school, presque industriel, de "Machine Gun"). Portishead ne suit que sa voie, et accouche d’orchestrations rampantes (celles qui compensent le bruitisme des guitares et tapissent le fond du groove mécanique de l’ouvrant "Silence"), de sons synthétiques crades et en pleine dépression. Ailleurs, il y aura une pose associant psychédélisme et phrasé martial ("Small", aux relents finaux americana). Les ambiances, curieusement exotiques parfois ("Nylon Smile"), parcourent la pénombre, fondées sur presque rien : une grosse caisse assoupie enrobant un accord acoustique mais se taisant face aux claviers extraterrestres ("Hunter"), par exemple.

      La force de Portishead réside dans cette économie de moyens, ce sens du sacrifice qui donne à l’approche globale tout son mystère. Comme si la multitude grouillait derrière tout cela, planquée par les rideaux de fumée et les tendances au tribalisme de Gibbons (voile vocal sans âge), Barrow et Adrian Utley, aussi peu soucieux que par le passé de savoir si pareil résultat pourrait, à terme, être ramené à ce "Trip Hop" auquel on les associera toujours. On le fera bien, faute de mieux, mais l’essentiel n’est de toute manière pas là. Portishead n’est pas "actuel", mais contemporain, et ça n’est pas la même chose. Il est dans l’esprit et, qui plus est, dans une grâce retrouvée, intacte ; un style qui plus que jamais fuit le carcan. Ce son n’est celui d’aucun vrai territoire, si ce n’est celui des rêves. Son indicible typologie musicale, ses limites floues, réalisent l’inconscient.
      "Third", au final, ne tient qu’à ces trois-là. Ce résultat est la décalque du ferment chimique unissant, à un instant T, trois humains au physique anonyme. Leur monde est un endroit plein d’énigmes, une fondation aux angles incertains, un meuble don tles tiroirs se cachent mais en lequel on voit encore un chez nous, plus de onze ans après l’album noir.
      Rien, alors, n’aurait vraiment changé ? Si, si, tout a un peu changé. Comme nous, comme eux, bien sûr.

      [Répondre à ce message]

        Portishead : "Third"

        27 mai 2008, par HB [retour au début des forums]


        Ce site est magicien qui vous donne la chronique de qualité que vous n’espériez plus. J’ignorais que l’Obsküre Emmanuël sévissait aussi en Belchique -ou aurait-"on" abusé de la crédulité du lecteur ?
        Du ressenti des tripes et pas de la volaille c’est bien. Transmettez.

        [Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

18 mai 2008 [retour au début des forums]

Je pensais en avoir suffisamment brouté comme ça du trip hop youp’là boum, surtout après ma décision de retourner au progue festif depuis qu’on en refait lol. Surgit cet
ovni-là, Troize, que t’es obligé d’écouter si t’as plus de 30 ans... cette truanderie perlimpimpine m’a fait ravaler ma morve (comme on dit chez vous), même si j’ai mis un
bon mois pour ressortir le deuze et le preums (mal rangés, gluants et poussiéreux,
balafres de rails irisées, galettes interverties, genre). Et donc, ce matin qu’il
pleuvait a ressurgi le souvenir de ce concert à l’Elysée Montmartre enfoui dans ma
mémoire et ce témoignage, en exclu pour Pop-Rock : pendant "Only You" l’aréopage, même la faune enfumée du bar, a fait de l’apnée, de l’apnée bouche bée, genre aussi...
Aujourd’hui j’en suis sûr Ils nous ont tous kidnappés pour faire des expériences de
cryogénie sur les Humains pendant ce moment flottant. En tous cas, in a small place si
je peux (*) et pendant "Small" justement, Humphrey bien kidnapper encore !

(*) Portninoique Portishead à Bercy ! Halte au tourisme de masse !

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

14 mai 2008 [retour au début des forums]

je viens de moins en moins voir ce qui se passe sur site... qui n’aime rien et qui descend tout, maintenant c’est au tour de Portishead... vous me faîtes bien rire, au début (y’a 2 ans en ce qui me concerne) je trouvais les critiques fondées, étayées, là ça tire à boulets rouges sur tout (Radiohead, Bloc Party, Arctic Monkeys, Interpol, Portishead...)
je ne viendrais plus du tout

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

14 mai 2008, par Bouclesdor [retour au début des forums]
http://www.bouclesdor.net/article-1...

AHHHHHHHH
ça me manquait les taquineries entre pop-rockiens ;o)))....,
et même me décevait un peu, mais là tout rentre dans l’ordre :o)

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

14 mai 2008 [retour au début des forums]

critique non fondée, non constructive, comme ce site en somme... des pseudos connaisseurs... blasés les gars ????

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

14 mai 2008, par Dream Brother [retour au début des forums]

Une critique pour le moins paresseuse et qui manque totalement de discernement...
Loin de moi l’idée de jouer au fanboy, mais je crois sincèrement que Monsieur Lenglet est complètement passé à côté du disque.
Third, une caricature ? peut être difficile d’accès, trop lourd ou même chiant pour certains, mais le traiter de caricature montre une méconnaissance totale du sujet.

Et juste pour éviter les "quote" des "pisse-froid", je suis un "jeune" de 36 ans qui doit bien connaitre Portishead (ainsi que le "Wild Bunch") depuis une quinzaine d’années (suis-je assez légitime ?)...Je trouve Third excellentissime ; un album qui ne se base pas sur ses acquits et qui, dénudé de ses apparats nineties n’en est que plus fragile. Ceci dit, chacun sa sensibilité, vous n’aimez pas Radiohead, je n’aime pas le metal...

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

12 mai 2008, par 3D [retour au début des forums]

Mauvais album.
Mais après 10 ans "d’attente", y avait-il place pour autre chose que la déception ?

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

12 mai 2008 [retour au début des forums]

je préfère m’en aller plutôt que d’entendre ça plutôt que d’être sourd...

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

12 mai 2008 [retour au début des forums]

Avis non partagé, je trouve cet album très prenant, très personnel, même s’il est d’une grande froideur, cette froideur cache une grande sensibilité de par la voix de Gibbons et des arrangements géniaux qu’il renferme...un des grands albums de 2008...il nécessite aussi un grand nombre d’écoute....l’avez vous mis sur votre platine plus de trois fois Maitre Lenglet ?????

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

11 mai 2008 [retour au début des forums]

Bien paresseuse cette chronique...

[Répondre à ce message]

Portishead : "Third"

11 mai 2008, par Alex [retour au début des forums]

Texte incohérent : pour réaliser une autocaricature, il est nécessaire de parodier ce qu’on est...

Or ici, ce n’est nullement le cas : des morceaux easy-listening trip-hop des 2 premiers albums, on est passé à de l’exploration alternant folk et musique électronique entre industriel et kraut-rock.
Pour s’autocaricaturer, il aurait été nécessaire de reproduire de manière figée ce qui existait auparavant...

Ce qui n’est pas le cas ici, car "Third" est à 100 lieues de leur début, même si le spectre musical est toujours celui de la mélancolie...

[Répondre à ce message]

    Portishead : "Third"

    13 mai 2008 [retour au début des forums]


    Third est le 1er album de portishead que j’ai découvert.

    Je me suis ensuite procuré les autres.

    Je ne suis pas loin de prétendre que Third est mon favori.

    J’étais au concert jeudi passé, et la playlist était très cohérente et fluide. Les nouveaux morceaux alternaient avec les anciens, et çà ne jurait à aucun moment...

    Ce qui est clair, c’est qu’ils n’ont pas refait la même soupe.

    petit conseil : réécoutez ! ;-) vous allez peut-être trouver la porte d’entrée..

    Mathieu

    [Répondre à ce message]

      Portishead : "Third"

      13 mai 2008, par Teddy [retour au début des forums]


      Attends coco, tu nous demandes quoi là ?

      Parce que là, tu es en train de nous dire que tu prétends connaître Portishead...après seulement deux semaines d’écoute et un concert (pour lequel tu es prêt à claquer 40€ soit dit en passant, alorsque tu viens de découvrir le groupe).

      Ici, la plupart des gens qui donnent leur avis connaissent et suivent la formation depuis une bonne dizaine d’années, si pas plus, et ont eu bien plus le temps d’appréhender l’oeuvre de Portishead. Dès lors, je te trouve un peu présomptueux de venir donner des conseils et avis sur les albums de Portishead, et surtout de qualifier leurs précédents albums de "soupe".

      Petit conseil, réécoute la discographie de Portishead, laisse passer, réécoute, passe à autre chose, réécoute, et reviens nous donner ton avis !

      [Répondre à ce message]

        Portishead : "Third"

        13 mai 2008 [retour au début des forums]


        Je ne prétends pas ’connaître’ Portishead, je prétends juste aimer leur musique, tous leurs disques sans exception. J’aurais pu utiliser le mot ’recette’ à la place de ’soupe’, mais la remarque était de toute façon positive (dans le sens : ces disques sont vraiment différents !!) , donc je ne comprends pas votre réaction...

        Que je donne un avis spontané sur des disques que je ne connais que depuis quelques semaines est apparemment présomptueux pour le Taliban de la musique que vous êtes, mais çà, je m’en balance un peu..

        Par ailleurs, je ne savais pas que pour avoir le droit de parler d’un groupe ou d’avoir un avis valide sur leur musique, il fallait laisser passer une décennie...

        Quant à la remarque du ticket de concert, elle n’a vraiment rien à voir..çà ne t’arrive donc jamais d’aller voir un concert sur un coup de coeur ? Ou d’avoir l’esprit ouvert, du style ’je ne connais pas, mais çà m’intéresse, donc j’y vais’ ?

        Je suis pas sur que Portishead serait ému par ton ’ouverture d’esprit’. Tu es clairement le fan élitaire, genre gardien de l’authenticité qui veut garder les discussions sur son petit groupe pour les initiés, et pour qui les nouveaux fans sont des intrus...

        Sauf si ils la ferment bien sur, et qu’ils laissent les ’connaisseurs’ parler...

        M’enfin si çà te dérange pas, je m’abreuverai de tes paroles...

        [Répondre à ce message]

          Portishead : "Third"

          13 mai 2008, par nickouse [retour au début des forums]


          En effet Teddy, ta remarque était un peu con et pleine de haine assez incompréhensible ...

          Pour ma part, je suis un grand fan également de Portishead depuis de nombreuses années.
          J’ai été totalement déçu de third durant les premières écoutes, mais après le concert de Forest, je l’ai attaqué avec une oreille bien différente, et j’adopte depuis, comme pour chacune de leurs "soupes", un profond respect..

          [Répondre à ce message]

          Portishead : "Third"

          13 mai 2008, par Teddy [retour au début des forums]


          Bon, on arrête de s’énerver.

          C’est juste que je trouve énorme que tu viennes la ramener sur ce groupe, point à la ligne. Tu ne t’y connais apparemment pas, donc c’est barbant d’avoir des gens qui viennent discerter sur un sujet qu’ils ne maitrisent pas. Parce que oui, moi le taliban de la musique, j’ose affirmer que si tu ne connaissait pas Portishead avant avril, tu n’y connaissait rien au Trip-Hop, et par conséquent tu n’as pas la capacité de t’exprimer pertinnement sur le sujet ; qu’il faut plus que deux semaines pour pouvoir appréhender et apprécier pleinement l’oeuvre de toute une carrière, et encore plus pour pouvoir se prétendre apte à en parler.

          J’en ai rien à foutre qu’un jeunot vienne causer de Portishead, mais quand c’est pour se faire passer pour un expert là oui ça me casse les couilles.

          NB : Pour la place de concert, je trouve ça juste énorme de claquer 40€ "sur un coup de coeur", et encore plus POUR L’INTERET. T’as surement du acheter tout le merchandising qui allait avec, pour montrer à tes potes que t’étais devenu KOEL.

          [Répondre à ce message]

            Portishead : "Third"

            13 mai 2008 [retour au début des forums]


            Un peu âpres et intimidants vos posts, Teddy :-(

            Ne vous laissez pas démonter "jeunot" ; votre contribution apporte au contraire un témoignage rare et j’applaudis l’honnêteté de l’explorateur qui avoue tomber de la dernière pluie -la malheureuse soupe vous aura simplement échappé. Vieux de la vieille je partage "étrangement" votre sentiment (Third est mon préféré) alors que je me demandais justement comment seraient accueillis Pedestal ou Glory Box (1994), s’ils sortaient en 2008.

            Et puis je me fonds dans la large majorité exprimée ici qui considère que Marc Lenglet a
            bâclé son devoir de vacances à cause du sable qui grippe le clavier et sans doute de ce
            tag-là, trip-hop, que personne n’ose remplacer, parce que c’est difficile avec la
            canicule... Nous reparlerons bien un jour de fraicheur de l’unique album de grâce de Jeff
            Buckey (1994), qu’il serait tout aussi restrictif et trop lâche en même temps de
            cataloguer d’alternatif. Un autre album d’ailleurs qui vous donne l’air d’une mouette
            rieuse quand vous l’écoutez à la plage...

            [Répondre à ce message]

              Portishead : "Third"

              13 mai 2008 [retour au début des forums]


              Quelques précisions : le jeunot en question a 36 ans. Il aime Massive Attack, Tricky jusqu’à ’Angels with dirty faces’ (mon favori de Tricky), et a des bases en hip-hop et musique électronique.

              De Portishead je connaissais les singles, et quelques morceaux (’cowboys’, quelle merveille !), mais je n’avais jamais écouté leurs disques. Je pensais (à tort, est-il nécessaire de le rappeler ?) que Portishead devait être un groupe à singles intéressants, mais à disques dispensables.. Je ne me suis donc jamais donné la peine de découvrir leurs disques...jusqu’à il y a quelques semaines (mieux vaut tard que jamais).

              Ceci est la raison pour laquelle je n’ai pas souhaité prétendre que je les ’connaissais’ : j’ai découvert beaucoup de choses dans ’Dummy’ et ’Portishead’ les dernières semaines, choses dont je ne soupçonnais pas l’existence il y a 14 ans.

              Le concert était excellent, et je suis content d’y être allé... Pas un morceau trop long, pas un temps faible, pas un moment d’auto-complaisance musicale...

              Quant au merchandising, une fois de plus, Teddy, je ne vois pas ce que ta remarque apporte au débat...à part que çà montre une fois de plus le mépris du fan ’authentique’ pour les amateurs qui ne font pas partie de son club restreint.

              Au fond, qui de nous deux tient absolument à être ’koel’ dans le débat ici ?

              Quant au merchandising, n’oublie pas que celui-ci fait vivre ces groupes. Libre à toi de t’estimer au-dessus de la pauvre masse ignorante qui achête du merchandising.. Que j’aie acheté ou non un t-shirt ne contribue en rien au débat.

              Moi j’aime l’idée que les groupes que j’aime puissent vivre de leur art.

              Bien à vous

              Mathieu

              [Répondre à ce message]

            Portishead : "Third"

            20 février 2009, par Bernard Pivot [retour au début des forums]


            disserter*

            [Répondre à ce message]