Pop-Rock.com



Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"
Paradis perdus

lundi 1er juin 2009, par Julien Gas

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Comets on Fire : "Blue cathedral"
Asia : "Silent nation"
Spiritual Beggars : "Demons"
Placebo : "Battle for the sun"
Bon Jovi : "Bounce"
Fleet Foxes : "Fleet Foxes"
David Gilmour : "On an island"
Moby : "Wait for me"
Tomte : "Buchstaben über der Stadt"
The Blue Nile : "High"


Le buzz Phoenix ne cesse d’enfler, trois ans après It’s never been like that’s, le groupe sort son successeur, sur son propre label Loyauté, l’étrangement nommé Wolfgang Amadeus Phoenix. Un buzz rondement mené par le groupe qui commença le 23 février par la distribution, en téléchargement gratuit sur son site, du premier single 1901. Bilan : le groupe devient le band le plus bloggé cette même semaine. S’ensuivra un joli cadeau, Phoenix est reçu comme invité musical dans l’émission américaine culte Saturday Night Live sur NBC. C’est la première fois qu’un groupe français y est reçu pour une prestation live . Le groupe y joue 1901, Lisztomania et pour clôturer le show leurs tubes Too young et Consolations prizes. Bien évidemment, ce passage à Saturday Night Live représente un impact mondial et une vitrine de luxe pour le groupe français. Sans compter les quatre vidéos de très bonne qualité, made in NBC, qui se transformeront vite en carte de visite en or. Circulant de blogs en blogs, elles s’affichent comme la meilleure pub pour Wolfgang Amadeus Ph…. et pour Phoenix en tant que tel. Derrière ce show à l’américaine, se cache pourtant un véritable chef-d’œuvre de pop.

L’album conçu dans des endroits forts en symbolique, comme l’appartement parisien de Théodore Géricault, un bateau sur la Seine ou au Bowery Hotel de New York, permit au groupe de trouver l’inspiration pour un quatrième opus qui s’avère être celui de la consécration. Leur Wolgang Amadeus Phoenix risque bien de rythmer l’été de bons nombres d’amateurs de musique et, plus spécialement, les amateurs de Pop avec un grand P, celle des Beach Boys ou de Roxy Music. On ne peut donc vous le cacher bien longtemps, l’album est vraiment très très bon, bien que cela reste du Phoenix pur jus. La recette est connue, mais n’en demeure pas moins jouissante. On retrouve donc le Phoenix des anciens albums, mais en mieux, plus tendu, plus rock, plus ambitieux. Une pop absolue, un sens du groove génialissime, des refrains délicieusement sucrés, sans écœurement, le tout saupoudré d’une production profil bas, tout en sobriété. Décidément, le retour de Phoenix est fracassant.

On entame l’album avec les énormes tracks, Lisztomania et 1901 , les deux premiers singles de Wolfgang Amadeus Phoenix. Le premier, ode à Frans Lytz, est calibré tube en puissance et est déjà sur toutes les lèvres, une efficacité dès la première écoute, sans lasser (jusqu’à présent). Le second, plus rock et cent pour cent « phoenix style » , s’avère tout aussi efficace, j’adore la rythmique sur ce titre et le chant tout en tension de Thomas Mars. Arrive ensuite Fences, meilleur titre de l’album pour moi, très eighties, très romantique, un côté synthétique dans les claviers avec une voix lunaire, parfait. Après ce trio gagnant ; break, place à Love like a sunset part. 1 et Love like a sunset part. 2, qui s’écoutent, finalement, comme un seul track, un track très Tangerine Dream d’ailleurs. Ces deux morceaux, les plus surprenants de l’album, sont pourtant d’une grande réussite. Lasso arrive avec une rytmique tout droit venu d’une batterie assez fabuleuse sur ce titre, toute la classe d’un batteur pop se retrouve ici. Rome se révèle encore être un énorme tube, un de plus, à la sauce Phoenix, classe et tout en retenue. J’accroche moins sur le titre Countdown, peut-être le titre de trop sur l’album. Mais on ne terminera, néanmoins, pas sur une fausse note, car débarque Girlfriends, jolie chanson, réussie haut la main. Avec un titre pareil, ça aurait été dommage. On termine l’album sur le fabuleux Armistice, rapide, puissant, avec un break au clavecin qui donne une ambiance de film d’horreurr, surréaliste au titre, belle trouvaille.

Avant de réappuyer sur PLAY, pour se refaire une dose de phoenix POP (une des meilleures en 2009), on laisse le mot de la fin à Sebastien Tellier : « La musique de Phoenix, c’est la musique des derniers jours de classe, avant les vacances d’été avec son lot d’émotions précieuses qui créent, quand on les ranime, la sensation de “paradis perdus” ». Voilà, on a trouvé les paradis perdus qui accompagneront notre été 2009, et peut-être même plus…


Phoenix sera ce 5 juin à L’Orangerie du Botanique et le 21 août au festival Pukkelpop à Kiewit (Hasselt).



Répondre à cet article

Julien Gas





Il y a 3 contribution(s) au forum.

Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"
(1/3) 12 novembre 2016
Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"
(2/3) 6 janvier 2010, par Simon
Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"
(3/3) 4 juillet 2009, par Turbo Cowboy




Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"

12 novembre 2016 [retour au début des forums]

Such an impressive album. It was a big success for the group. - Paradise Home Improvement Charlotte

[Répondre à ce message]

Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"

6 janvier 2010, par Simon [retour au début des forums]

Que ce soit pas très bien écrit, d’accord, mais il faut au moins corriger Franz Liszt !

Sinon, effectivement cet album est sans doute leur sommet jusqu’ici, leur pop devient comme évidente.

[Répondre à ce message]

Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"

4 juillet 2009, par Turbo Cowboy [retour au début des forums]

Superbe album en effet.

[Répondre à ce message]