Pop-Rock.com



Peeping Tom : "Peeping Tom"
Du Patton acessible !

samedi 19 août 2006, par Géry Brusselmans

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Manic Street Preachers : "Lifeblood"
The Subways : "Young for eternity"
Johnny Cash : "American V : A hundred highways"
We Are Scientists : "With love and squalor"
Spock’s Beard : "Octane"
Morrissey : "Years of refusal"
Kante : "Die Tiere sind unruhig"
The Music : "The Music"
Daan : "Victory"
Jens Lekman : "Night falls over Kortedala"


C’était déjà le nom d’un film d’horreur des années 60 mais c’est aussi désormais le nouveau projet du touche-à-tout Mike Patton. Attendu comme la création la plus accessible de l’Américain depuis Faith No More, Peeping Tom nous offre un cocktail de styles soutenu par une pléiade d’invités de marque.

Il y a des gens dans le monde de la musique au parcours assez unique, dont il suffit d’annoncer la sortie d’un album pour que les oreilles se dressent. Mike Patton, multi-intrumentiste, ex-chanteur de Faith No More, frontman de Mister Bungle et de Fantômas en fait sans aucun doute partie. Certains ne parlent même pas de Peeping Tom mais du « nouveau projet de Mike Patton ». Ici, c’est en partie vrai car il s’agit d’un projet solo. Enfin, façon de parler, puisque le musicien « sans frontières » s’entoure d’une belle brochette d’invités : Norah Jones, Massive Attack, Bebel Gilberto, Amon Tobin, Kool Keith et bien d’autres. A chaque chanson, son guest. On retrouvera, comme à l’habitude, une véritable éruption de courants musicaux allant du funk au jazz, de la bossa à l’électro ou du hip-hop au metal.

Il aura donc fallu six ans, depuis l’annonce du projet en 2000, pour que Peeping Tom aboutisse enfin à cet opus très attendu par les fans. Pour ceux qui ne résistent déjà pas à cette mise en bouche, sachez que neuf des onze titres sont disponibles en écoute sur la page MySpace de Peeping Tom.

Replaçons les choses pour les néophytes : la recette de Patton, assez unique et pratiquement inchangée depuis le début de ses multiples projets, se classe dans la catégorie experimental. Pourquoi expérimental ? Car pratiquement aucune étiquette ne peut se coller à ce style OVNI. Que les chansons démarrent sur les chapeaux de roue ou de façon plus douce, celles-ci virent soudainement d’ambiance ou de rythme : on peut ainsi passer d’une bossa envoûtante à un metal lourd pour terminer sur une touche électronique. Patton prend un malin plaisir à déconstruire son univers, le triturer, tester de nouveaux mélanges,... Une seule certitude : tout est imprévisible. Seulement, Peeping Tom est présenté comme plus accessible - hormis le plus conventionnel et réputé Faith No More - que ses autres projets. « C’est en quelque sorte la musique que j’aimerais écouter tous les jours à la radio » déclare régulièrement Mike Patton dans ses interviews. Accessible pour du Patton, certes, mais de là à dire que Peeping Tom est calibré radio, il y a plus qu’une marge. On trouve néanmoins quelques similitudes avec le projet Gorillaz de Damon Albarn - aussi un nom qui fait dresser les oreilles -, surtout par le mélange pop/electro/hip-hop. Pour ceux qui y verraient un signe, Mojo, deuxième titre de l’album, n’est autre qu’un featuring de Dan The Automator, producteur du premier album de Gorillaz.

Five seconds introduit sombrement ce disque par une ambiance glauque et mystérieuse... Peut-être pour rappeler ce vieux film d’horreur de 1960 qui est à la base Peeping Tom. Mais l’ambiance vire quelques secondes plus tard vers une sorte de rock/metal déjanté. Suit le titre Mojo, toujours avec cette atmosphère mystérieuse, aux ambiances electro/rock, voire trip-hop, et même agrémenté de quelques touches orientales. On retrouve en troisième position Don’t even trip, confectionné avec Amon Tobin, qui ne s’écarte d’ailleurs pas trop de son style electronica/breakbeat. Getaway, featuring avec le rappeur et producteur Kool Keith, nous emmène aussi vers des beats old school, toujours dans un style très hip-hop. Parmi les autres grands guests de cet opus, on retiendra la participation de Massive Attack sur Kill the DJ, assez représentatif de l’ambiance de la formation trip-hop anglaise. Caipirinha de Bebel Gilberto dans un esprit bossa plutôt déjanté, et le plus controversé Sucker, où Norah Jones pose sa voix, non pas pour des intonations jazz/pop, mais pour susurrer des sucker provocants. Joli coup de pub de la part de Patton, même sans pouvoir vraiment identifier la voix de la jolie Américaine. Joli coup de pub de manière générale, car cette pléiade d’invités aura plus servi à faire du bruit autour du projet qu’à vraiment donner un plus à la recette de Patton. Quant aux titres les plus réussis de l’album, difficile de se décider, tellement la diversité est au rendez-vous. On vous laissera juger par vous-même, maintenant que vous savez où les écouter.

Le vraie nouveauté par rapport aux autres projets du chanteur vient sans doute des mélodies vocales, plus caressées dans le sens du poil, ainsi que ce mélange de pop, d’electro et de hip-hop. En comparant Peeping Tom à un projet vraiment expérimental comme Mister Bungle, on peut sans conteste affirmer que le premier est moins décalé. Et comme une des finalités des chroniques est de donner envie - ou pas - d’acheter un album, on se posera l’élémentaire question : Peeping Tom est-il un album à se procurer ? Pour les inconditionnels de la discographie de Mike Patton, sans aucun doute. Pour les férus de musique décalée, oui... Avec la mention « bien, mais peut mieux faire ». Pour le simple curieux désireux de découvrir au moins album de Patton, n’achetez pas celui-ci, mais allez plutôt voir du côté de Mister Bungle ou Fantômas. Sans être à mettre aux oubliettes, Peeping Tom n’est sûrement pas le meilleur enfant accouché par Mike Patton. On sait que l’Américain excelle dans son style, mais à part cet esprit décalé très personnel et désormais plus accessible, il n’y a rien de foncièrement très neuf dans Peeping Tom.



Répondre à cet article

Géry Brusselmans





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Peeping Tom : "Peeping Tom"
(1/1) 2 janvier 2015, par David Jones




Peeping Tom : "Peeping Tom"

2 janvier 2015, par David Jones [retour au début des forums]

They simply supersede the old sounds with their so uniqe approach and music styles. - GE Pro Elite

[Répondre à ce message]