Pop-Rock.com



Obake : "Obake"
Electro minimaliste en images...

mercredi 10 janvier 2007, par Géry Brusselmans

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Stupeflip : "Stup Religion"
Sting : "Sacred love"
Alice Cooper : "Dirty diamonds"
Alice Cooper : "The Eyes of Alice Cooper"
Depeche Mode : "Sounds of the Universe"
Cali : "L’espoir"
Lloyd Cole : "Antidepressant"
Eyeless In Gaza : "Summer salt & subway sun"
Panico : "Subliminal kill"
Devendra Banhart : "Ninõ rojo"


Allier l’image et le son pour tendre vers un projet artistique presque interactif. Le concept n’est pas vraiment neuf quand on pense au Daft Club de Daft Punk. Obake pousse la recherche plus loin en proposant un original digipack DVD à tendance électro minimaliste. Explications.

L’arrivée en force des formats MP3, MP4 et DVD anéantissent petit à petit l’empire du CD, déjà mal en point depuis quelques années. Pour faire le pont entre ces anciennes et nouvelles technologies, Obake propose un produit hybride, le CDVD : un CD audio 14 titres et un autre DVD de clips, d’interviews et d’images animées. Un concept original, d’autant plus qu’Obake sévit dans l’électro minimaliste, milieu où le côté visuel est pratiquement mis au même rang que l’aspect musical. Et quand on sait que le groupe vient de l’hexagone, où la « concurrence » entre les acteurs de la scène électro est rude, on comprend pourquoi le groupe met ici les petits plats dans les grands. Obake n’est pas à proprement parler un groupe mais une collaboration d’artistes réunis autour d’Al aux claviers et aux machines, de Pat aux guitares et de Gé au graphisme.

Le plat de résistance de ce package comprend donc un CD audio, avec quatorze titres aux tendances électro minimaliste, que le trio place sous l’étiquette « électro grunge ». Difficile pourtant d’y voir plus qu’un soupçon de grunge avec certes, la mise en avant de quelques lignes de guitares aux nombreux effets, mais avec surtout l’abondance de sons électroniques. On se trouve donc plus dans la sphère électro, du DJ et de ses machines que celui du grunge à proprement parler. N’y voyez pas une french touch dancefloor à la Bob Sainclar mais plutôt une électro ciblée avec des beats minimalistes presque robotiques. Sur ce coup-ci, on a envie de penser à une influence palpable des indémodables Kraftwerk. Entre féérie fantastique et absurdité du monde moderne, le collectif développe une atmosphère peu banale qui reflète l’ambiance des jeux vidéos, des mangas ou autres japonaiseries animées. Pas étonnant donc que le collectif tire son nom du mot japonais Ho-Ba-ké, à traduire par « fantôme ».

Côté visuel, le DVD propose essentiellement une série de clips en flash. Gé, le graphiste, nous plonge dans un univers naïf et simple proche de celui d’une bande dessinée. Certains clips se laissent agréablement regarder alors que d’autres donnent l’impression d’un travail vite fait-bien fait. A noter la présence du trio sous forme de figurines style South Park. D’autres clips montrent la vraie tête des musiciens mais la majorité du DVD tourne autour des trois héros animés. Au hasard des menus, on tombe sur quelques galeries photo, une interview animée et un making of. Bref, l’initiative de ce DVD est à souligner, mais sans plus : une fois regardé, il devrait vite être oublié dans la boîte de rangement.

A une époque où il faut savoir s’écarter des sentiers battus pour se démarquer du flot d’informations, Obake propose un produit accrocheur et presque novateur. Même un public non initié par le style électro minimaliste jettera sans doute un œil du côté d’Obake, juste pour la démarche artistique. Une démarche pour finir assez « ché-bran » ou hype, car on imagine bien le collectif se produire pour des défilés de modes, des vernissages d’art moderne ou autres soirées parisiennes branchées, en formule V-jay (accompagné d’un DJ visuel). Plusieurs titres pourraient aussi faire office de bande originale pour films, mangas ou dessins animés. Pour l’aspect purement musical, certains morceaux montrent un potentiel et s’avèrent même accrocheurs, alors que d’autres lassent par leur côté répétitif. Bon OK, le côté répétitif est primordial pour ce genre de musique ; Obake est donc moins propice à l’écoute pure qu’au fond d’ambiance. Un CDVD découverte pour le grand public et une galette de plus dans la discothèque des fans d’électro.



Répondre à cet article

Géry Brusselmans