Pop-Rock.com



Nosound : "Lightdark"
Powered by Wilson and Bowness

mardi 6 mai 2008, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Blackmore’s Night : "Ghost of a rose"
Leonard Cohen : "Dear Heather"
Agua de Annique : "Air"
Devendra Banhart : "Ninõ rojo"
Riverside : "Rapid eye movement"
Melotron : "Cliché"
Pearl Jam : "Riot act"
Cecilia Eyes : "Mountain tops are sometimes closer to the moon"
Bryan Ferry : "Dylanesque"
Simple Minds : "Our secrets are the same"


Burning Shed est un petit label online indépendant fondé entre autres par Tim Bowness, acolyte de Steven Wilson sur le projet No-Man. Burning Shed semble donc la plateforme de lancement idéale pour des groupes comme Nosound, dont la parenté musicale avec le groupe auteur du fabuleux Together we’re stranger est plus que criante. Le défi principal de ce type de formation étant de s’affranchir de son parrain.

Et c’est là que le bât pourrait blesser. Après la première écoute ou après la dixième, la double conclusion reste inchangée : cet album est formidable, mais il ne plaira qu’aux amateurs de No-Man et à eux seuls. Bien sûr, on va plus loin que le simple appendice, ou que la compilation de faces B destinées à contenter les acharnés compulsifs, mais Giancarlo Erra et son groupe ne proposent strictement rien d’autre que ce à quoi Wilson et Bowness nous ont habitués. Les influences sont communes, l’approche est la même, le son est immédiatement reconnaissable. Fort heureusement, le plaisir ressenti à l’écoute est également similaire.

Tout en mid ou down tempo, traversé par d’onctueuses et oniriques nappes de clavier, ponctué d’une batterie rare mais précise, guidé par des lignes de chant tendres et chaleureuses et une guitare qui a bien appris ses leçons chez tonton Gilmour, l’album est de ceux qui se dégustent au calme, au casque. Une écoute dans de bonnes conditions s’avère en effet indispensable pour savourer à sa juste valeur un mixage de premier plan. Dès le deuxième titre, Places remained, on est en effet foudroyé par la limpidité, la précision et la beauté de la batterie et des claviers. Ressentir encore ce genre d’émerveillement devant un aspect aussi trivial que la production et le mixage est un événement assez rare que pour qu’il soit souligné.

Sinon, à signaler en particulier l’épique From silence to noise dont on ne sent pas passer le quart d’heure, et l’hypnotique et lancinant Someone starts to fade away qui se voit gratifié de la participation au chant de Monsieur Tim Bowness en personne. ‘pas à dire : ça faisait trop longtemps qu’on n’avait plus eu l’occasion de profiter du timbre si chaleureux du bonhomme.

Encore une fois, regrettons une relative absence de risque de la part d’un disque qui vise avant tout à contenter (outre ses auteurs) les fans de Porcupine Tree et No-Man sans chercher à aller voir ailleurs. Mais pour tous ceux qui regrettent l’orientation plus robuste des derniers disques de Steven Wilson ou qui trouvent que sa collaboration avec Tim Bowness est trop rare, Lightdark est un de ces disques dont on reprendra sans crainte louchée sur louchée. En attendant que Schoolyard ghosts ne vienne remettre les pendules à l’heure...



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 5 contribution(s) au forum.

Nosound : "Lightdark"
(1/3) 4 juin 2008, par Oliv’
Nice post.
(2/3) 9 mai 2008, par diowlsom
Nosound : "Lightdark"
(3/3) 7 mai 2008




Nosound : "Lightdark"

4 juin 2008, par Oliv’ [retour au début des forums]

Très bonne surprise que "Lightdark".
bien sur, à la première écoute j’ai failli parler de plagiat éhonté et changer de disque illico presto, mais j’ai essayé de faire la part des choses et récidivé en donnant une seconde chance à cet album pour le moins étonnant. car à l’heure actuelle ou le père Wilson s’évertue plus que jamais à vouloir faire sonner Porcupine Tree comme un Dream Theater matinée de Floyd, les Nosound eux, ne se sont jamais remis de "The Sky Moves Sideways", "Signify" ou même "Stupid Dream" du Tree, et se prennent au petit jeu de recréer des morceaux dans le même esprit !
bien sur, ça fait un peu double emploi avec No-Man, surtout maintenant que "Schoolyard Ghosts" est dans les bacs, mais on ne va pas se plaindre d’avoir les originaux et de bons faussaires à côté, n’est-ce pas ?

[Répondre à ce message]

Nice post.

9 mai 2008, par diowlsom [retour au début des forums]
http://www.fotolog.com/video_lover/about

well done, man

[Répondre à ce message]

Nosound : "Lightdark"

7 mai 2008 [retour au début des forums]

Je suis venu, j’ai téléacquis, auscultaré, vaincu ! Je confirme en tant qu’esclave marron de Porcupine Tree que cette veine est d’honnête facture et potentiellement riche en plaisirs épais (comment dire ?) et la présente prescription d’utilité publique. Je partage également ce qui a été détaillé : "Places Remained", "Themisplay"... ont de de ces gueules d’atmosphère tabagique, voire tétrahydrocannabinolique (comment dire là aussi ?) qui vous foutent tranquillement, l’air de pas y toucher, ta grande claque dans ta bouche que t’attendais pour te calmer un coup.
Merci Bodart. Vous semblez vieillir dans une des rares bonnes directions actuellement disponibles sur Terre, car en vous préoccupant de pesanteur. C’est bien finalement, non ?

Porcupine, Eno, Gershwin... musiques pour grands Césars et autres divers seigneurs, forever !

[Répondre à ce message]