Pop-Rock.com



Nid & Sancy : "Talk to the Machine"
Just fucking machines

jeudi 11 août 2005, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Pet Shop Boys : "Fundamental"
Aeria Microcosme : "8"
Nine Inch Nails : "Year zero"
Raphaël : "Je sais que la terre est plate"
« Rinôçérôse » : "Futurinô »"
Oasis : "Don’t believe the truth"
Buzzcock : "Buzzcocks"
Great Lake Swimmers : "Ongiara"
Kelly De Martino : "Radar"
Orson : "Bright idea"


Nous vous avions présenté il y a de cela quelques semaines (voir ici) ce duo flamand d’electro-punk qui cartonne au nord de notre plat pays et aux Pays-Bas, et qui a profité des festivals de cet été pour infiltrer la scène electro wallonne. Et c’est vrai qu’avec un album de ce calibre, et malgré quelques imperfections, ils méritent bien de percer les frontières linguistiques et nationales.

L’electro et le punk ou le trash sont des genres à priori opposés mais dont la fusion peut s’avérer passionnante. A l’image du cinéma de David Cronenberg ou de l’œuvre de H.R. Giger (bien plus intéressante et fouillée que l’image réductrice qu’on peut avoir du créateur d’Alien), Nid & Sancy baignent dans un univers chaotique où les machines ont une âme et les hommes n’en ont plus, un monde dans lequel la fusion entre ces deux entités est sexuelle et seule source de création. C’est ainsi qu’ils font cohabiter spontanéité et programmation, la chair et le métal, le sexe et la distanciation. Il s’en dégage une ambiance malsaine et décadente retranscrite à la perfection par l’ouverture 69 record machine. Le malaise ressenti sera prolongé notamment sur Misunderstood, hommage à Suicide (voir ici). Et sur Anorak Nervosa, on a l’impression d’écouter un délire electro qui aurait pu figurer sur le Mechanical Animals de Marilyn Manson.

Tout au long de l’album, le leitmotiv sex, drugs and rock and roll sera décliné sur le ton glacé et impersonnel des machines. Cette dichotomie trouvera son expression la plus accomplie avec l’épatant No F*** All. Impossible de tenir en place quand Sancy, sur une rythmique tonitruante, pose les paroles : No Fuck all / No disco / No heart / No soul / No sweat / no ideas / just fucking machines. Des titres comme Plug and slide, Be yourself tonight et Where’s your acid, brother ?, participent à la même ambiance.

Musicalement, si certains morceaux se cantonnent dans une tonalité extrêmement sombre et ambiante, le groupe ne se détourne toutefois que rarement de sa priorité qui est de faire bouger son auditorat. Et de ce point de vue, ça souffle le chaud et le froid. Certains morceaux sont bougrement remuants : No F*** all, qui est définitivement le meilleur titre de l’album, mais aussi What you want / What you get avec une basse comme je n’en avais plus entendue depuis longtemps. Par contre, certaines chansons comme Jambalaya peinent à décoller, Be yourself tonight est un poil trop long et répétitif et Plug ans Slide est franchement horripilant. Ca fonctionne peut-être quand on est complètement défoncé en after-after, mais il ne faudrait tout de même pas oublier les petits bourgeois qui ne se sont jamais shootés avec quelque chose de plus fort que leur médicament contre le rhume des foins.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Nid & Sancy : "Talk to the Machine"
(1/1) 14 avril 2006




Nid & Sancy : "Talk to the Machine"

14 avril 2006 [retour au début des forums]

Pour les avoir vus en concert (si toutefois pousser des boutons pour lancer des séquences et jouer sur les filtres peut être considéré comme "concert"), leur morceaux sont pas mal du tout, mais franchement chiants. Au bout de 40 minutes tu te demandes si on est passé au morceau n°2 ou si c’est toujours le même qu’au début ...
Tu peux t’endormir dans les jocs et revenir 5 minutes avant la fin sans être passé à côté de quoique ce soit. Mais bon, c’est vrai pour la plupart des groupes électros qui ressemblent plus à des DJ’s qu’à des créateurs de musique : lancer des loops de 20 minutes, jouer sur les filtres, gueuler des trucs distortionnés et prendre des poses de rock star, je trouve ça un peu "léger".

En fait SoldOut fait fort pareil, mais eux au moins c’est bon. Va savoir pourquoi ...
Ce sont souvent les petites choses qui font la différence.

[Répondre à ce message]