Pop-Rock.com



Nickelback : "All the right reasons"
...de surmonter ses a priori

mardi 3 janvier 2006, par Marc Lenglet

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Eels : "Blinking lights and other revelations"
Antony & The Johnsons : "I am a bird now"
Crowded House : "Time on earth"
Two Lone Swordsmen : "From the double gone chapel"
Spock’s Beard : "Snow"
Jamiroquai : "Dynamite"
Peter, Björn & John : "Living thing"
Jelly : "Pre First EP"
Agua de Annique : "Air"
Linkin Park : "Minutes to midnight"


Nickelback a toujours fait partie de cette catégorie de groupes dont on a envie de réaliser la chronique avant même d’avoir daigné écouter l’album. La musique pour rebelles pré-pubères, qu’elle soit metal ou plus rock’n roll comme ici, rassemblant toujours les mêmes caractéristiques, les mêmes qualités et les mêmes défauts, on se demandait bien ce que s’infliger cette écoute allait bien pouvoir nous apprendre de neuf. Et puis, à chaque fois, on finissait par se raviser, songeant à toutes ces étranges considérations sur l’éthique ou la déontologie dont on venait nous rabâcher les oreilles à longueur de forum. Ce fut encore une fois le cas avec ce nouvel album de la formation canadienne, qu’on déposa d’un air résigné dans le lecteur, les mots "quelconque", "insipide", "racoleur" déjà dégainés et prêts à l’usage. Et là, c’est une fameuse surprise qui survient, parce que cet album est bon. Étonnamment bon.

Nickelback n’a pourtant pas changé son fusil d’épaule. Les frères Kroeger donnent toujours dans un solide rock de bûcheron et des balades velues pour trappeur solitaire. L’ensemble est peut être un poil plus peaufiné qu’auparavant, mais rien qui remette en cause le mode de fonctionnement du groupe. Non, tout simplement, les morceaux ne provoquent pas le sentiment de lassitude précoce auquel on aurait pu s’attendre. Au rayon nouveauté, on signalera un nouveau batteur particulièrement énervé, celui de 3 Doors Down, un son vraiment énorme, un côté un poil plus démonstratif que d’habitude, mais surtout des morceaux diablement enlevés et accrocheurs. Ils passent même tellement bien le cap de nombreuses écoutes successives qu’on décide rapidement d’accorder une nouvelle chance à cette formation autrefois décriée.

Les ballades ? On n’en parlera pas plus que ça. Elles ont toujours constitué le principal vecteur de succès de Nickelback et dans le cas présent, sont honnêtes, pas trop larmoyantes, bien apprêtées, et formatées pour le succès (Photograph par exemple). C’est tout ce qu’on demande à une ballade rock, après tout. A l’inverse, All the right reasons propose des morceaux véritablement rageurs, qui ne contenteront peut être pas le fan-club traditionnel du groupe mais satisferont tout ceux qui désespéraient de pouvoir se coller quelque chose de plus remuant dans les écoutilles : le très haletant Animals par exemple, ou encore Side of a bullet, une fois de plus hommage à Dimebag Darrell et conçu sur base d’un riff inédit de ce dernier, qui se révèle le morceau le plus enragé de l’album, à défaut d’être le plus plaisant.

Soyons réalistes : nous ne sommes pas non plus en face de la huitième merveille du monde mais, venant de la part d’une formation qui cumulait toutes les tares de naissance possibles et imaginables, le résultat demeure tout de même très intéressant et surtout, bien au delà des attentes qu’on nourrissait. Moi qui avais toujours considéré Nickelback comme une formation d’habiles petits faiseurs de hits sans véritable personnalité, je dois bien avouer que All the right reasons renverse bon nombre de certitudes établies, et pourrait en remontrer à pas mal de groupes de metal actuels. Nickelback ne révolutionnera jamais le rock, sa vision musicale est classique au possible, ses textes, peu inspirés - quoiqu’occasionnellement amusants, mais peu importe tout cela. All the right reasons fonctionne à merveille, exclusivement dans son créneau personnel, celui du gros rock bateau. A un strict niveau de plaisir auditif, All the right reasons n’est pas loin de valoir le dernier Audioslave.



Répondre à cet article

Marc Lenglet





Il y a 4 contribution(s) au forum.

Nickelback : "All the right reasons"
(1/3) 24 novembre 2016
Nickelback : "All the right reasons"
(2/3) 3 avril 2007
Nickelback : "All the right reasons"
(3/3) 3 janvier 2006




Nickelback : "All the right reasons"

24 novembre 2016 [retour au début des forums]

The band never really failed to produce wonderful music. - Morgan Exteriors

[Répondre à ce message]

Nickelback : "All the right reasons"

3 avril 2007 [retour au début des forums]

Moi je veux juste dire que si on se met à faire des critiques de musiques, de films ou de quoi que ce soit, il est navrant et ridicule d’avoir une idée préconçue comme ce monsieur qui s’est occupé de cette rubrique sur Nickelback(et qui s’est occupé des précédentes sur nickelback d’ailleurs). Pourquoi ne pas laisser quelqu’un d’autre s’en charger ?

Il est vrai que Nickelback est parfois très prévisible dans sa musique mais ce monsieur l’est encore plus dans ses critiques !

Allez sur ce !

[Répondre à ce message]

Nickelback : "All the right reasons"

3 janvier 2006 [retour au début des forums]

« A un strict niveau de plaisir auditif, All the right reasons n’est pas loin de valoir le dernier Audioslave ». Donc, ce disque est une daube, quoi...

[Répondre à ce message]