Pop-Rock.com



Néry Belgistan : "Yanzi"
Petit à petit l’hirondelle refait son nid

dimanche 17 décembre 2006, par Antonin Serre

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Arkol : "On aurait dit qu’on était bien"
Kaiser Chiefs : "Employment"
Suzi Quatro : "Back to the drive"
Montevideo : "Montevideo"
Nosound : "Lightdark"
Nid & Sancy : "Talk to the Machine"
Transit : "Decent man on a desperate moon"
Pearl Jam : "Riot act"
No One Is Innocent : "Revolution.com"
Pet Shop Boys : "Yes"


C’est un drôle de crabe, Néry. On l’avait connu pince-sans-rire et voilà qui revient tel un prince sans ire. Comment dire ! Question de maturité ? Ça poétise les états d’âme, ça collectionne les anecdotes dans un journal de bord en attendant... mieux ou peut-être la rencontre qui manquait. Qui sait ?

Si tout album est d’abord affaire de simulacres qui se combinent plus ou moins bien, celui-ci s’avère être un deal réussi : « 2005, rencontre avec les musiciens du Belgistan : ils m’apportent leurs musiques et j’y pose mes mots » lit-on sur la pochette verso. C’est noté et le chanteur/diseur Néry qui se cherche en solo depuis la prospection glorieuse des VRP ou la virée démoniaque des Nonnes Troppo nous livre ici un album modeste et soigné en compagnie de ces jeunes Belges à qui manquaient un porte-voix. Cependant, leur musique savante semble s’effacer à la manière d’un orchestre qui exécuterait efficacement n’importe quel thème... La révérence, probablement. Surtout quand celui qui officialise le mariage n’est autre que le perfectionniste M qui ficelle et labellise en un tour de patte féline.

L’album ainsi manufacturé s’enchaîne sur douze morceaux disparates.... rassemblés vite fait bien fait de peur que ça s’essouffle malgré les chœurs. De vieux textes endormis dans un tiroir côtoient des chansons d’appoint comme Les Petites M pastiche complaisant sur les effets collatéraux du diablotin à la queue de pie. Je retiendrai particulièrement Destins croisés pour le finish théâtral en duo avec la québécoise Marie-Jo Thério. Trop rare fulgurance pour un disque ronron.

Néry est un contemplateur délicat qui aime flairer... Non, il ne chante pas du nez ! Il capte l’effluve chargée d’une gare, le parfum d’un pot de miel, l’arôme qui émane d’une bonne tambouille, voilà tout. Et son coup de crayon qui esquisse habilement une géographie déboussolée n’est pas pour me déplaire. Pourtant, Néry Gainsbourg, Néry Delerm, Néry M se cherche encore... Comme des amants banals ? Et ça oscille sans jamais vaciller, mi grave mi aigu, ni aigre ni doux. Il n’y a plus qu’à attendre qu’il imite définitivement sa propre voix. On me tend le bouquet, je renifle... il sent bon. Fane-t-il déjà, qui sait ?



Répondre à cet article

Antonin Serre





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Néry Belgistan : "Yanzi"
(1/1) 26 juillet 2016




Néry Belgistan : "Yanzi"

26 juillet 2016 [retour au début des forums]

I couldn’t agree more of this review. It is indeed, a nice album. - Morgan Exteriors

[Répondre à ce message]