Pop-Rock.com



Mucc : "Kyuutai"
S’écrit aussi "ムック" mais prononcez "Mukku" !

jeudi 7 mai 2009, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Frigo : "Funambul"
Art Brut : "It’s a bit complicated"
Piers Faccini : "Tearing sky"
Suzanne Vega : "Beauty & crime"
Kosheen : "Kokopelli"
Eric Darius : "Goin’ all out"
New Order : "Get Ready"
Covenant : "Skyshaper"
Friendly Fires : "Friendly Fires"
Brian Wilson : "Smile"


Du pays du Soleil Levant, je ne connaissais en gros que Balzac pour l’horror-punk, Sigh pour le black, Moi Dix Mois pour le Visual Kei pur et dur, X-Japan pour le power/speed metal et puis... le désert. Moins fameux que les derniers cités (vénération exacerbée par le suicide de leur guitariste Hide en 1998), Mucc a suivi un chemin plus modeste que ces encombrantes stars, mais ne propose certainement pas quelque chose de musicalement secondaire. Loin de cette pernicieuse supposition, leur petit nouveau, Kyuutai, a de quoi me faire ressortir du grenier ma panoplie de Bioman.

J’ai eu du mal à m’y mettre au gros son du Japon, les voix me semblaient trop particulières, le gout prononcé pour la balade très sirupeuse entre deux joutes de guitares de vingt minutes, du clavier partout et un accoutrement parfois trop équivoque me faisant craindre pour ma propre identité sexuelle. Mais à force, avec quelques épisodes de Gundam et Full Metal Alchemist, l’on finit par s’y faire. Je n’aurai jamais ni voulu ni pu écouter Mucc il y a de cela trois ans, totalement hermétique que j’étais à ce monde curieux. Puis l’on évolue et passée la difficile puberté, nous avons la volonté d’élargir le spectre de nos petites connaissances.

Cette année, je découvris donc Mucc et la bande démontre avec ce Kyuutai qu’elle n’a aucune barrière précise devant la tronche, évoluant vers ce qui les intéresse, laissant libre cours à leurs idées et influences pour éditer leurs disques et les faire sonner comme bon leur semble. Au premier abord, on se sent un peu à la masse, les repères occidentaux n’ayant pas cours ici, le padawan va devoir oublier tout ce qu’il sait ou croit savoir avant d’oser même apprécier ce qu’on lui offre. Et c’est à ce moment que je peste contre le Club Dorothée qui me fit bouffer du jingle japonais chaque matin durant une petite décennie. Maintenant que je suis passé de l’aveugle passion à la sourde haine pour Goldorak et autres Power rangers, maintenant que les séances de psychothérapie ont pansé quelques plaies, pas évident de faire abstraction de ce traumatisme enfantin lorsque j’écoute du nippon métal.

Mais tentons d’oublier cette cruelle enfance, rapide revue pour les pressés, essayez de suivre :

Suite à un instrumental de toute beauté, nous passons par Houkou, efficace petit morceau de power metal, pour aborder l’introduction acoustique de Ageha qui flotte dans des variations thrash et speed. Passage au heavy metal de Haidoandoshiiku qui amène au rockisant/balade Kagerou. Détour, deux virages plus tard, on revient à du punk symphonique (oui, oui !) avec Remingu, et à du vrai hard rock (ce riff de guitare d’Ozu !). Ce n’est pas fini, car la power balade de rigueur fait son entrée, soit Fuyuu, un peu moins mielleuse que la moyenne. Sanbika est la seconde ballade avec une guitare acoustique belle comme un champ de dahlias et petit passage obligé au neo metal avec Sora to ito. Enfin, Hanabi et son passage a capella, piano minimaliste (on n’y échappe que difficilement), et sa petite furie en plein milieu. Fin du panoramique.

Bordélique vous trouvez ? Curieusement non, divers plutôt, mais si bien maîtrisé que l’on s’appesantit plus sur chaque morceau que sur une quelconque cohérence à trouver. De cohérence il n’y en a point de toute façon, mais du fort bon morceau, Kyuutai en a à proposer par grosses pelletées. Si je tique toujours sur les passages trop "romantiques", Mucc a du savoir-faire et une belle énergie tout du long.

Tatsurou, le chanteur, a pour lui une impressionnante capacité d’interprétation, aussi violent que larmoyant, il manie avec talent ses cordes vocales. Mucc est ma petite japoniaiserie de l’année, Balzac et son horror-punk ayant été celle de l’année passée, il ne manquerait plus que X-Japan offre un successeur à Dahlia et je réfléchirai sérieusement à un exil au Japon.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 2 contribution(s) au forum.

Mucc : "Kyuutai"
(1/2) 15 août 2015
Mucc : "Kyuutai"
(2/2) 7 mai 2009, par Djéb




Mucc : "Kyuutai"

15 août 2015 [retour au début des forums]

Japan has great version of their own music. Their sounds is unique and appealing. - Dennis Wong YOR Health

[Répondre à ce message]

Mucc : "Kyuutai"

7 mai 2009, par Djéb [retour au début des forums]

A propos de la pop/rock jap’, certains albums de Gackt sont aussi très sympas dans leur genre (dommage que ses principales fans soient des hystéros folles de son corps...).
Sinon, la pochette de cet album est magnifique.

[Répondre à ce message]