Pop-Rock.com



Mother Mars : "Primitives"
Le monde est encore très stone pour certains

dimanche 8 août 2010, par Vincent Ouslati

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Bon Jovi : "Have a nice day"
Phoenix : "Wolfgang Amadeus Phoenix"
Grizzly Bear : "Veckatimest"
Tears For Fears : "Everybody loves a happy ending"
Buzzcock : "Buzzcocks"
Tori Amos : "Scarlet’s walk"
The Mars Volta : "The Bedlam in Goliath"
Eyeless In Gaza : "Summer salt & subway sun"
Oasis : "Dig out your soul"
Patrick Watson : "Close to paradise"


Les psychédéliques ne sont pas morts, ils sont toujours parmi nous, rats rampant entre les bulles de savon, s’insinuant encore parfois en de longs trips au fond de nos cavités auditives. Il serait faux de croire que Jefferson Airplane, Grateful Dead et autres Janis Joplin n’ont pas fait quelques petits avant de tomber la gueule la première dans le pot de farine. Car si - au hasard - Kyuss avait brillamment alourdi le sujet, Mother Mars poursuit lui la réflexion dans l’herbe avec ce très bon et très classique Primitives, aux sources acides du stoner et du rock.

Mother Mars redonne un peu de vigueur à un univers que l’on croit souvent totalement disparu. La relation d’avec Kyuss n’est pas fortuite car des passerelles sont rapidement visibles entre les dispersions de Josh Homme et nos amis en poudre de la mère Mars. Passons l’introduction typée bruitages car la suite est nettement plus convaincante : guitares déchainées et un John Garcia des temps modernes qui fait plus qu’assurer. Clairement, ce gros rock pesant est habilement mené, et bien que l’on ne décèle que difficilement des titres vraiment à part, le tout forme un ensemble efficace.

Magneticspaceplug, hormis son nom rappelant les dérives alambiquées de nos fous de Palm Desert, rappelle également par sa musique typiquement stoner les prémices des Queens Of The Stone Age ou de Fu Manchu.
Serait-il honteux de dire que le stoner en ce sens est par trop particulier pour le laisser manipuler par plus de trois groupes dans le monde connu ? Car si l’on prend plaisir à se passer ces bandes de psyché lourd de temps à autre, il est difficile d’y voir une quelconque évolution avec ce que laissaient entendre les maitres de la catégorie il y a de cela plus de dix ans désormais.

De fait, de pistes en pistes, on se croit chez les ainés, tel un vague remix de vieilles bandes certes potables, certes bonnes, mais par trop accrochées aux branches pour décoller. Un Movin’on est efficace, entrainant, mais Flat spare tyre est vraiment de la grosse pompe honteuse, ce qui du coup fait chuter tout le bazar avec lui. Là où Mother Mars surprend, c’est lorsqu’ils se lâchent vraiment, font fi des traditions du genre et balancent le court mais jouissif The voices are back, rempli de cordes, rempli de génies bizarres qui voyagent entre les cellules. En trois minutes, ils sont plus efficaces que sur tout un album, alors on est conciliant et on se dit que quelque chose de bon pouvait sortir du carcan psychédélico/stoner dans notre petit quotidien.

Primitives est un bon petit album, qui ne pouvait que souffrir de la comparaison d’avec d’aussi pesants ancêtres. Qui ne peut pâtir d’une telle ascendance, finalement ? Les Australiens de Mother Mars ne se débrouillent pas si mal et, si l’on fait abstraction de quelques hommages trop gros pour être honnêtes, voilà un petit quelque chose d’agréable à vous foutre dans le lecteur.



Répondre à cet article

Vincent Ouslati





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Mother Mars : "Primitives"
(1/1) 10 juillet 2015




Mother Mars : "Primitives"

10 juillet 2015 [retour au début des forums]

It is a collection of songs that any music fan could never try to miss. - Sophia Wong YOR Health

[Répondre à ce message]