Pop-Rock.com



Morning Star : "The opposite is true"
Rentre par une oreille et sort par l’autre

lundi 6 juin 2005, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Peter Murphy : "Unshattered"
Martin L. Gore : "Counterfeit²"
My Sad Captains : "Here & elsewhere"
Muse : "Black holes and revelations"
Prince : "3121"
Camouflage : "Relocated"
The Strokes : "First impressions of Earth"
Goldie Lookin Chain : "Greatest Hits"
Ash : "Meltdown"
Bob Dylan : "Modern times"


The opposite is true est un gentillet nouveau petit album de brit-pop sans prétention (encore heureux !), qui jamais ne fâchera, mais jamais ne subjuguera. Idéal quand vous cherchez un fond sonore qui ne vous attirera pas les foudres de vos convives peu réceptifs à votre habituelle musique de sauvage.

Tout d’abord, il convient de signaler que l’artwork est très moche. J’en vois déjà qui râlent. Oui, je sais, ce n’est pas à sa pochette qu’on juge un disque. Mais il n’empêche que quand on se trouve face à une belle image, avec un beau livret, une sympathie instantanée naît à l’égard de l’album. Et si en plus l’artwork est représentatif du contenu et sert également de moyen d’expression à l’artiste en complément de la musique, alors là le bonheur est total. A l’heure où le piratage fait, selon les majors, des désastres pour les artistes, seuls l’artwork et le contenu du livret peuvent encore faire d’un CD un objet de désir, comme c’était auparavant le cas avec les vinyles. Ceci étant dit et assimilé, passons au contenu de ce très laid objet.

Les deux premiers titres sont très bien, et même mieux que ça. Mélancoliques à souhait, presque envoûtants. Entraîné par une voix chaleureuse, Black Swan, qui ouvre l’album, est cotonneux, moelleux comme un gâteau bien levé, et les chœurs féminins ont cette douceur et cette intonation mielleuse qu’on retrouvait sur le titre Sleep des Dandy Warhols (malheureusement, la comparaison s’arrêtera là). Encore mieux, Breaking throug a wave nous emmène très loin, avec une magnifique mélodie à la guitare sèche et un chant parfait.

Après deux titres pareils, on est chaud comme une baraque à frites. On se dit que le bonhomme a du talent et de l’émotion à revendre, et qu’on va passer un sacré bon moment. Mais dès la troisième chanson, et jusqu’à la fin, il n’y a plus rien ! Et quand je dis plus rien, c’est encore pire que cela ! C’est mou, ennuyeux au possible et absolument pas inspiré. Entre Next love qui se veut un hommage (?) à Brian Wilson et Going home, chanson qui devrait logiquement être enjouée vu son rythme mais qui est plombée par la voix désormais morne et sans âme de Jesse D. Vernon (vieux compère des Belges de Major Deluxe), l’album refuse de s’incruster entre nos oreilles. C’est quelconque, et je crois qu’on est encore plus déçus quand on repense aux très prometteuses premières chansons.

De temps en temps, il y a un petit morceau plus électrique, on fait intervenir des cuivres et autres gâteries pour avoir l’air de fignoler ou pour montrer à tout le monde combien on est éclectique, mais ça ne prend plus, notre intérêt est définitivement retombé. Et quand, en plus de compositions indigentes, l’interprétation est à ce point passe-partout, vous comprendrez qu’il est difficile de réfréner cette pressante envie de sauter d’une plage à l’autre.

Alors, mauvais ? Je suis en train d’écouter Great day, la pire chanson de l’album, ce qui fait que je ne suis peut-être pas dans les meilleures conditions pour répondre. Ouf, elle est terminée. Maintenant, c’est Invisible man (après la télé-réalité, la chronique-réalité), et oui, cet album est mauvais !

Décidément, le seul prodige que semble avoir accompli cet émissaire de Bristol est de présenter autre chose que du trip-hop comme tous les autres artistes de cette ville semblent condamnés à le faire.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 5 contribution(s) au forum.

> Morning Star : "The opposite is true"
(1/1) 7 juin 2005




> Morning Star : "The opposite is true"

7 juin 2005 [retour au début des forums]

Laissez les amateurs de pop planer en apesanteur et continuez donc à encenser les Malibu Stacy, c’est ce que vous faîtes le mieux.

[Répondre à ce message]

    > Morning Star : "The opposite is true"

    7 juin 2005 [retour au début des forums]


    et Jeronimo ! et Private Joke (le bien nommé)

    [Répondre à ce message]

    > Morning Star : "The opposite is true"

    8 juin 2005, par Geoffroy Bodart [retour au début des forums]


    Bonjour les arguments !

    Pour info, je n’ai pas spécialement d’atome crochu avec Malibu Stacy ni Jéronimo (je garde une option pour Private Joke que je n’ai jamais écouté). Du côté des musiques minimalistes et planantes, j’ai récemment dit tout le bien que je pensais de Matt Elliott et HRSTA. Et si je veux réellement décoller en écoutant un album, mes références sont plutôt Stupid Dream de Porcupine Tree, et A Fine Day to Exit d’Anathema. Ecoutez ces disques (si ce n’est déjà fait), ça vous apprendra à relativiser.

    [Répondre à ce message]