Pop-Rock.com



Monta : "The brilliant masses"
Un gros lamantin

lundi 7 mai 2007, par Clarisse de Saint-Ange

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Band Of Horses : "Everything all the time"
Doves : "Some cities"
Pearl Jam : "Backspacer"
Morning Star : "The opposite is true"
Hollywood Porn Stars : "Year of the tiger"
Evan Dando : "Baby I’m bored"
Arrested Development : "Among the trees"
30 Seconds To Mars : "A beautiful lie"
De/Vision : "Subkutan"
aMute : "The sea horse limbo"


Monta, pour ceux qui ne connaîtraient pas, c’est le projet solo de Tobias Kuhn, l’ancien leader du groupe Miles. Ici, il s’agit de musique plutôt douce, ambiante, avec des guitares acoustiques et des petits pianos et plein de petits trucs du genre, vous savez, ce genre de petites musiques germano-scandinaves gentiment séduisantes un après-midi d’automne. Et bien voici le deuxième album de Monta après le plutôt réussi Where circles begin.

Ouais mais voilà, Where circles begin, c’est terminé. Fini. Basta. The brilliant masses présente un versant assez conventionnel des influences de Tobias Kuhn, qui est entretemps devenu père. La paternité peut-elle influencer l’inspiration d’un artiste ? A cette question ô combien cruciale qui, j’en suis sûre, vous fait déjà frémir d’ennui, je répondrais un "oui" franc et massif. Et dans le cas de monsieur Kuhn, ce "oui" franc et massif s’accompagne d’une baisse indéniable de la qualité musicale. Comprenez-moi, les morceaux sont tous agréables, gentillets, bien foutus... mais chiants, en définitive. Chiants, c’est-à-dire, sans beaucoup de relief, sans inventivité. Les accords sont téléphonés et se téléscopent douillettement au sein de mélodies délicieusement convenues. C’est une sorte de fausse musique indie réellement médiocre, ou bien l’inverse. Mais que Dieu me pelote, je ne pourrai jamais affirmer que The brilliant masses est un chef-d’œuvre.

Des morceaux insipides, il y en a un paquet sur cet album : See me through your eyes, déjà, qui nous donne envie de passer à la plage suivante au bout d’une minute trente, mais aussi Good morning stranger et son manque évident de prise de risque. "The world is a bug / And it sucks all your blood", chante Kuhn. Il ne croit pas si bien dire. Remplacez "the world" par "this record" et vous aurez mon sentiment au sujet de cet opus certes honorable, mais moyen. Moyen du genre mollasson. Moyen comme votre voisin qui est certes au deumeurant très gentil, mais dont vous ne sauriez tolérer plus de deux minutes de conversation en small-talk au risque de briser l’harmonie sociale. C’est ça, The brilliant masses : un album qu’on peut tolérer par respect, mais qu’on ne peut pas respecter par tolérance - je vous laisse méditer là-dessus, je me suis emmerdée à la trouver celle-là.

Y a-t-il de réels bons morceaux sur cette galette ? Tout ne peut quand même pas être directement bon à jeter violemment à la poubelle, si ? Et bien non, c’est vrai, il y a deux ou trois titres à sauver. Kiss goodnight tient quand même foutrement bien la route et reste bien en tête, et Capitulate parvient à faire de l’esbrouffe en tant que premier morceau de l’album. Hé oui ! En entendant Capitulate, on a tout de suite l’impression que l’album va être formidable. Bien joué, Tobias, tu as failli nous avoir. Car Capitulate n’est rien d’autre qu’un miroir aux alouettes foutrement bien fichu qui n’ôte absolument rien de l’ennui qui se dégage des autres titres de cet album. Cependant, si vous souhaitez faire un investissement inutile, n’hésitez pas à vous lâcher sur cet album. Plus sérieusement, dans le même genre et en plus réussi, fondez plutôt sur This atom heart of ours de Naked Lunch. Là au moins, il s’y passe quelque chose.



Répondre à cet article

Clarisse de Saint-Ange





Il y a 1 contribution(s) au forum.

Monta : "The brilliant masses"
(1/1) 10 juillet 2015




Monta : "The brilliant masses"

10 juillet 2015 [retour au début des forums]

I actually like this album. All my favorites are featured in this material. It’s good to have this oe. - Sophia Wong YOR Health

[Répondre à ce message]