Pop-Rock.com



Maxïmo Park : "A certain trigger"
Fashion !

jeudi 28 juillet 2005, par Jérôme Delvaux

DANS LA MEME RUBRIQUE :
Ghost Circus : "Across the line"
Antony & The Johnsons : "The crying light"
Emiliana Torrini : "Fisherman’s woman"
Bloc Party : "Silent Alarm"
Florian Horwath : "We are all gold"
Daria : "Silencer"
The Shins : "Chutes to narrow"
The Corrs : "Borrowed Heaven"
Linkin Park : "Minutes to midnight"
Au Revoir Simone : "Still night, still light "


Maxïmo Park débarquait il y a quelques mois sans crier gare avec un premier album classieux qui définissait à lui seul le mouvement art-rock renaissant. Pour peu, on aurait cru à une reformation de The Monochrome Set, mais il s’agissait bien d’un nouveau groupe. Véritable OVNI du catalogue du mythique label Warp (spécialisé dans l’électro instrumentale), Maxïmo Park ne vient pas de Manchester ou de Londres, mais bien de la campagne reculée du Nord-Est de l’Angleterre, comme en témoigne l’accent si particulier du chanteur Paul Smith... Oui, Paul Smith comme le célèbre styliste. Heureux hasard car Maxïmo Park, c’est un peu la haute couture de la pop : une sorte de contraire d’Oasis, où tout est permis du moment que c’est fait avec classe.

Produit par Paul Epworth (à qui on doit aussi Bloc Party, les Babyshambles, The Kills et The Futureheads), A certain trigger est un album de rock vintage rugueux qui évite (presque) tous les pièges du revival et ne se vautre (presque) pas dans tous les clichés habituels du post-punk.

Jeunes esthètes cultivés, Paul Smith, Tom English, Duncan Lloyd, Archis Tiku et Lukas Wooler ne sortent pas des écoles d’art - ou, dans le pire des cas, ils n’y ont fait qu’un passage anecdotique - mais ils font néanmoins preuve de bon goût dans tout ce qu’ils entreprennent. Refusant de faire semblant, à la manière pourtant payante des Libertines, ils prônent l’authenticité et ne prétendent rien aborder d’autre en musique que la romance du quotidien. Leur port du costume, de la cravate et de Church’s blinquantes souligne leur rafinement inné. Rarement des prolos auront eu l’air aussi aristocratiques et lettrés. The sky is often used as a metaphor / And I suppose it’s because it’s so big and expansive chante Paul Smith sur Acrobat. A ce qu’on en voit et en entend aujourd’hui, son groupe est appelé à devenir rapidement tout aussi big and expansive qu’un Interpol. Si ce n’est déjà fait.

A la première écoute, le rock angulaire de A certain trigger peut pourtant sembler quelque peu rebutant. On est loin ici de la pop instantanée et hyper efficace de l’Employment des Kaiser Chiefs, l’autre grande sensation anglaise du moment. La batterie est plus brute, le synthé est plus en retrait et la guitare plus nerveuse. A l’image d’un Antics, l’album ne compte aucun temps mort. Il comprend un sommet de rock virevoltant (The coast is always changing, très proche du son des Futureheads) dont les influences les plus évidentes sont à chercher au sein de la scène arty et punk britannique de la fin des années 70. Pour le reste de l’album, c’est la new wave des années 80 qui apparaît souvent comme référence. Signal and sign, qui ouvre l’album, raisonne comme un écho à The Jam. Plus loin, c’est le spectre des débuts des Smiths qui plane au dessus de Postcards of a painting. On pensera également aux Stranglers avec Acrobat, qui propose à sa manière une forme de relecture « en anglais dans le texte » de La Folie, le titre que déclamait Jean-Jacques Burnel en 1981. Sans vouloir sombrer dans le name-dropping simpliste, il est difficile de ne pas relever également ci et là des réminiscences de la no wave de Devo.

Contrairement à d’autres, Maxïmo Park ne nous fait pas l’insulte de nous proposer un mix peu fouillé du meilleur de ces grands noms. Paul Smith & Co n’ont pas de volonté manifeste de copier ou de ressembler à untel. Quand bien même ce serait le cas, il est temps de se faire à l’idée que plus personne n’invente rien en 2005. Le rock d’aujourd’hui n’est que recyclage. Quand c’est fait avec talent, imagination et finesse, on ne peut finalement pas trop s’en plaindre. On peut même parfaitement s’en accommoder. On ne cherchera donc pas midi à quatorze heures dans le cas de A certain trigger. Cet album est de ceux qui nous donnent envie de nous mettre sur notre 31 et de sortir danser frénétiquement sur du rock’n’roll toute la nuit. Aucun groupe ne nous avait fait ça depuis au moins... six mois.



Répondre à cet article

Jérôme Delvaux





Il y a 8 contribution(s) au forum.

> Maxïmo Park : "A certain trigger"
(1/1) 28 juillet 2005, par badrock




> Maxïmo Park : "A certain trigger"

28 juillet 2005, par badrock [retour au début des forums]
Octavarium

j’ai acheté l’album et c’est vrai que il est vraiment très bon... C’est un des rares groupes qui ma vraiment plu ces derniers mois... avec interpol et mars volta... bon ma critique n’est pas des plus intéressante lol mais il mérite bien qu’on parle d’eux positivement...

jme demande toujours... ca veut dire quoi trigger ??

[Répondre à ce message]