Pop-Rock.com



Marillion : "Somewhere else"
Somewhere, but not here...

vendredi 25 mai 2007, par Geoffroy Bodart

DANS LA MEME RUBRIQUE :
The Gossip : "Standing in the way of control"
The Bishops : "The Bishops"
The Departure : "Dirty words"
Jeepster : "What if all the rebels died ?"
Lloyd Cole : "Antidepressant"
Shack : "The Corner of Miles & Gil"
Louis XIV : "The best little secrets are kept"
Motörhead : "Motörizer"
Les Rita Mitsouko : "Variéty"
Frank Black & The Catholics : "Show me your tears"


Arrivé vers la dixième écoute, je fus pris d’une soudaine hésitation. Devais-je continuer à écouter cet album ? Les deux, trois premières écoutes m’avaient enchanté. Et puis, par la suite, chaque écoute me sembla de plus en plus pénible. Certains morceaux me devinrent carrément insupportables. D’où mon interrogation. Devais-je continuer à l’écouter, quitte à le prendre en grippe ? Devais-je en rester là et en garder un souvenir vaguement positif ? Y avait-il une chance que Marillion voie sa cote remonter en cas d’abstinence ? Ou en cas de prolongation de ce qui commençait à s’apparenter à un supplice ? Conscience professionnelle oblige, j’ai poursuivi l’écoute de Somewhere else.

Et ce fut pour mon plus grand malheur. Et pourtant, tout ceci n’est qu’une question de vocabulaire. Ce qui, au début, me semblait être de l’agréable pop-rock teintée de quelques réminiscences prog (pour faire « plus mieux » que les autres), termina sous l’appellation pop sucrée encombrée de tics progueux (pour faire plus pompeux que les autres). On va à présent tenter d’expliquer pourquoi cette première opinion positive, ensuite pourquoi cette opinion finale désastreuse, et ce qui est à l’origine du glissement de l’une vers l’autre.

Au niveau de ce qui a plu, on citera sans hésiter cette maîtrise absolue de son sujet par le groupe. Les musiciens sont bourrés de talent, savent donner à leurs compositions toute l’emphase nécessaire au genre qu’ils pratiquent, peuvent balancer des soli tout en spleen et se lancer dans des montées en puissance très convaincantes. Expérimentés, comptant de solides œuvres à leur actif, les membres de Marillion sont avant tout des professionnels qui, peut-être, pensent n’avoir plus rien à prouver. Si on y ajoute un feeling pop très prononcé qui permet d’accoucher de mélodies directement accrocheuses, on semble tenir la recette idéale de la pop néo-progressive, plus fouillée que la soupe radiophonique, moins agressive et prise de tête que les nerds qui s’enorgueillissent de ne pas être connu par plus d’une poignée de fans. Témoignent de cet agréable versant de la musique de Marillion une introduction convaincante (Other half), un climax très inspiré en milieu d’album (Somewhere else), quelques passages très intéressants et audacieux sur une œuvre aussi abordable (le doublé guitare-voix très psyché sur See it like a baby) et aussi, surtout, quelques très beaux morceaux de musique, tout simplement (l’envoûtant et éthéré No such thing). Une fois l’album terminé, on se sent calme et reposé. Somewhere else est une pièce planante, sans grande ambition, qui coule toute seule. On aurait pu en rester là, mais quelque chose s’est sournoisement immiscé dans notre boîte crânienne.

Cette chose, c’est Thank you, whoever you are. Troisième piste de l’album, elle fut la première pierre de l’édifice à s’effriter, entraînant de ce fait la chute de l’ensemble. Malgré un final flamboyant, la chanson est plombée, outre son titre, par un refrain des plus irritants et un clavier à baffer. Le chant est forcé comme jamais, les instruments ont l’air d’être tiraillé par des musiciens métamorphosés en sergent-instructeur Hartman qui leur gueulent dessus : « tu vas chialer, oui ou merde ? ». A partir de là, tout ce que les vrais rockeurs et les punks ont jamais pu reprocher au rock progressif refait surface. C’est pompeux, c’est de la branlette, c’est intello, ils s’y croient, il n’y a pas d’énergie. Tout ça, et bien plus encore, est absolument vrai pour une invraisemblable marmaille de groupes que j’apprécie. Mais alors que ces prétendus défauts m’apparaissaient comme des maux nécessaires à l’émergence d’un véritable courant musical alternatif, et ont souvent été transcendés par certaines formations qui ont réussi à accoucher d’albums masturbatoires, intellos, tout mous et pourtant devenus des classiques de la musique du dernier demi-centenaire, dans le cas présent, tout cela me semble indéfendable. La musique de Marillion n’a plus rien de progressive, dans le sens novateur et pionnier du genre. Ce n’est plus que de la pop boursoufflée qui ferait passer Coldplay pour un groupe minimaliste et dont les textes ne demandent qu’à être lus par Bono lors de son prochain meeting pour la paix dans le monde (parvenir à chanter Last century for Man avec autant de larmes de crocodiles et de morve de désespoir dans la gorge est un exploit qui devrait beaucoup complexer Matthew Bellamy).

On aura beau faire des efforts par la suite, réduire l’écoute du disque d’une bonne moitié des morceaux les plus horripilants, on ne pourra s’empêcher d’être las devant la prétention du chant, la candeur exaspérante des claviers, et la mollesse générale du tout, car à partir du moment où l’album n’apparaît plus reposant en raison des éléments évoqués ci-dessus, il en devient tout simplement plat, vide et morne.



Répondre à cet article

Geoffroy Bodart





Il y a 16 contribution(s) au forum.

Marillion : "Somewhere else"
(1/7) 15 juillet 2007, par juju
Marillion : "Somewhere else"
(2/7) 29 mai 2007, par marc
Marillion : "Somewhere else"
(3/7) 28 mai 2007
Marillion : "Somewhere else"
(4/7) 26 mai 2007, par Guibluk
Marillion : "Somewhere else"
(5/7) 25 mai 2007, par naughtyfrog
Marillion : "Somewhere else"
(6/7) 25 mai 2007
Marillion : "Somewhere else"
(7/7) 25 mai 2007, par Imax




Marillion : "Somewhere else"

15 juillet 2007, par juju [retour au début des forums]

J’ai commençé à écouter Marillion en 1987, et même si j’adore ce groupe, je dois avouer que chaque album supplémentaire depuis cette période m’apporte à chaque fois un peu plus de chagrin. Pourtant, Marillion est loin d’être un mauvais groupe, mais il n’a pas cessé de se chercher une nouvelle identité depuis le départ de Fish, sans jamais retrouver la puissance et l’originalité qui était la sienne jusqu’à Clutching at Straws.

Ce qui frappe d’emblée sur somewhere else, c’est l’effort que le groupe a fourni pour synthétiser sa musique, et qui finalement semble aller contre sa propre nature ; en effet Marillion n’est jamais aussi bon que lorsqu’il se lance dans de grandes pièces de rock progressif (je pense evidemment à certains morceaux de marbles, mais surtout à la première partie de brave, qui est selon moi ce que le groupe a fourni de meilleur au milieu des années 90). C’est quand il laisse du temps et de l’espace à sa musique pour se dévellopper, que ce groupe enchante.

Ici, on sent bien que le quintet est à l’étroit dans cette formule de chansons courtes, et qu’il se saborde lui-même, comme il l’a fait sur holidays in Eden par exemple. C’est dommage, parce quà l’écoute d’Invisible Man, sur Marbles, on sent les possibilités encore immenses d’un groupe tellement singulier. En contrepoint, Somewhere Else refuse d’aller vraiment loin pour revenir vers des sentiers plus balisés.

Mais bon... Le fait de ne pas avoir de maisons de disques les oblige sûrement à faire des ronds de jambe au jeune public, et on sent bien qu’ils essayent, et c’est louable, de séduire et de rester dans l’air du temps. En tous cas, je suis d’accord, Somewhere Else, très plaisant au début, devient vite saoulant parce qu’ici le groupe affirme qu’il ne veut pas mourir, alors qu’on lui demande juste de vivre...

[Répondre à ce message]

Marillion : "Somewhere else"

29 mai 2007, par marc [retour au début des forums]

alors là je rêve : belle critique, mais dégommer un album parce que 2 titres (sur 10) sont, je suis bien d’accord, gonflants (surtout "last century" qui est vraiment une daube), c’est vraiment un réflexe d’élitiste bas de plafond... A cette proportion, je met au défie quiconque de ne pas conserver plus de 10 albums dans sa collection...

Car il reste 8 titres excellents, denses, émotifs.... Combien de groupes prog se sentent obligés de nous assomer de morceaux de 10 min pour en dire autant ? Ici, c’est au moins intense !

Cela fait bientôt 20 ans que Marillion fait évoluer sa musique, avec des hauts et quelques bas.... Mais il y a de l’ambition et non pas de la suffisance ! (je dis 20 ans, car je ne compte pas les débuts bouffons et ringards de la période Fish dont ne restent à sauver que la moitié de Misplaced et, disons, les 2/3 de CAS...) ...

Il y a toujours eu un côté larmoyant chez Marillion... besoin d’attendre le 14e album pour le relever ?

[Répondre à ce message]

    Marillion : "Somewhere else"

    30 mai 2007, par naughtyfrog [retour au début des forums]


    il faut absolument consulter un ORL, tu as surement un pb d’audition.
    Pas une seconde de Marillion (le vrai) ne m’ennuie et alors que je connais genesis a peu pres par coeur, je n’ai (sauf sur Grendel, un morceau des tout débuts) vu une quelconque imitation, un simple plagiat.
    le mauvais gout est universel et DEHAUSSY a beaucoup d’avenir

    [Répondre à ce message]

Marillion : "Somewhere else"

28 mai 2007 [retour au début des forums]

Le problème de Marillion, c’est qu’ils ont toujours été du sous-quelqu’un d’autre. Sous-Genesis, sous-BJH, sous Porcupine tree. La virtuosité des musiciens n’est pas en cause, pas plus que celle du remplacant de Fish. Il faut plutôt chercher du coté de la démarche créative qui semble totalement impossible chez eux (et déja du temps de Fish) et les réduits en éternels suceurs. Les Zoetemelk du rock.

[Répondre à ce message]

Marillion : "Somewhere else"

26 mai 2007, par Guibluk [retour au début des forums]

Je ne suis pas du tout d’accord avec ce que je lis ici,sauf pour Last Century For Man(que j’ai pas détesté mais qui est trop moralisateur et larmoyant à mon goût).Je prend encore un grand plaisir à l’écoute de cet album,même après la 10ème fois.Ok,il y a des morceaux moins convaincants(pour moi,See it like a baby et Most toys)mais ça reste très bon et très maîtrisé.Après,je pense que c’est une affaire de goûts,mais l’article est tellement catégorique qu’il donne l’impression d’une merde sans nom.Et puis le coup du chant "forcé"de Steve Hogarth,ça c’est cherché loin.Je les ai vus en live il y a 2 semaines et ce mec maîtrise totalement ce qu’il fait,a une justesse incroyable et un très bon feeling avec le public.Les chansons de l’album rendent très bien sur scène et ils nous ont épargné les 2 chansons faibles précitées.Alors bon,ceux qui disent que le groupe est mort depuis le départ de Fish,ça me fait penser à ceux qui affirment que Maiden est mort après le départ de Di Anno:c’est de la mauvaise foi et le refus de passer à autre chose.Voilà,c’était juste pour donner mon avis,j’espère que je n’ai pas paru aussi hystérique qu’un fan vexé de Him ou d’Eté 67,j’adore votre site qui me fait souvent bien rire(les commentaires,surtout...).Bonne continuation

[Répondre à ce message]

    Marillion : "Somewhere else"

    28 mai 2007, par naughtyfrog [retour au début des forums]


    désolé mais dans un sens maiden est mort avec le départ de dianno sauf que et meme si cela ne s’est pas fait en un seul album (je n’aime pas number of the beast et j’appellais à l’epoque dickinson le lapin bondissant), maiden a su renaitre de ses cendres.

    En ce qui concerne marillion, (groupe emblématique de ma jeunesse) rien de tout cela. On ne remplace pas un véritable poete à la carrure de bucheron écossais et au charisme très fort par un nain à la voix quelconque, aux textes débiles et au jeu de scène inexistant.

    Je me souvient d’un concert au zenith de paris en 1988, au temps où sur le credit de leur gloire passée, M emplissait encore le zenith, où pour qu’on le voit, ou pour qu’on l’entende, le nain de jardin en kimono noir qui sert (dessert) de chanteur à m était obliger de monter sur les enceintes !!

    Je crois que j’ai passé une bonne partie du concert à hurler "fish" après que cet imposteur ait massacré "script".
    Désolé pour tant de ranceur mais l’enterrement d’une part de sa jeunesse ca ne s’oublie pas

    [Répondre à ce message]

Marillion : "Somewhere else"

25 mai 2007, par naughtyfrog [retour au début des forums]

désolé mais Marillion est mort avec le départ de fish et son remplacement par un nain de jardin à la voix et aux textes d’une mièvrerie adolescente dénuée totalement d’interêt. (a part easter que j’apprécie beaucoup)
autre époque autre musique marillion n’est plus vive le prog

[Répondre à ce message]

Marillion : "Somewhere else"

25 mai 2007 [retour au début des forums]

Fan de marillion depuis des années, je suis aussi assez deçu de la cuvée 2007. 1/3 de l’album est tres bon, le reste est franchement ennuyant. Et il est vrai que l’on s’en rend bizarrement compte vers la 10e ecoute, qui constitue en générale la derniere.

[Répondre à ce message]

Marillion : "Somewhere else"

25 mai 2007, par Imax [retour au début des forums]

Entièrement d’accord avec cette critique : creux, mou, et pas forcément beau ni inspiré. Certains passages m’ont fait penser à du sous-porcupine tree.

[Répondre à ce message]

    Marillion : "Somewhere else"

    26 mai 2007, par fab [retour au début des forums]


    Parlant de Porcupine Tree, comptez-vous publier une chronique du dernier album ??

    [Répondre à ce message]

      Marillion : "Somewhere else"

      26 mai 2007 [retour au début des forums]


      bande de pompeux prétentieux !!!
      Marillion est un groupe qui a su évolué : passer d’un groupe prog caricatural avec à sa tête un mollosse écossais qui n’a jamais briller par la suite, pour faire enfin de la pop-prog de qualité dans les 90’s....
      Ok, ce somewhere else n’apporte pas de grandes évolutions, mais ça reste de la très bonne musique avec vraiment beaucoup d’émotions (somewhere else, voice from the past, wound, faith...) et une superbe prod (mention spéciale au son de batterie) ... Un groupe qui a 25 ans d’histoires mériterait un peu plus de respect.... parlons de porcupine tree tiens.... qui virent de + en + dans le métal boutonneux et vous venez après parler de qualité...

      [Répondre à ce message]

        Marillion : "Somewhere else"

        28 mai 2007, par naughtyfrog [retour au début des forums]


        de la pop prog = de la pop merde

        [Répondre à ce message]

          Marillion : "Somewhere else"

          29 juillet 2007, par mano [retour au début des forums]


          j ai comme l’ impression que la plupart d entre vous est reste bloque annee 80 . eh bien apartir de 1989 fallait plus acheter d album depuis ce temps la bientot 20 ans la musique a enormement evoluer et moi que ce soit marillion ou par exemple marilyn manson et bien d’autres ils vont dans ce sens .bien sur si vous continuer a ecouter du ac/dc ou du scorpions ou encore du bon jovi tout ca par contre vous pouvez continuer a les acheter il n’ont jamais evolue , c’est toujours la meme musique depuis 25 ou 30ans.

          [Répondre à ce message]